. . . . BIENVENU.E . . . .

;)


Anciennement www.paris8philo.com, ce site, créé en 2006 lors du mouvement anti-CPE, a rendu compte de l'actualité et de l'expérimentation à Paris 8. Il s'occupe plus largement de rendre compte d'une transformation dans les paradigmes philosophiques suivant la pensée du Dehors ou du Surpli, omme la nomme les métaphysiciens classique. Nous avons quant à nous déjà basculé d'emblée dans la modernité quantique, résolvant la plupart des impasses philosophique du WWe siècle. Cette pensée hors contrat est la marque d'une complexité, riche de multiples facteurs et échelles. Ce site contient des articles pour être apte à un plus grand nombre de choses.

Pour nous soutenir abonnez-vous à la newsletter gratuite (2 mails par mois), commentez sans hésitation, partagez le contenu sur les réseaux et si vous le pouvez faîtes des liens depuis votre site.

Bonne lecture :) 

 

Accueil

 

Liens vers sites

Archives

Publié par Gilles Andecq et Michel Albigens

Sous la direction de l'ancien maire de Paris et ancien ministre de la guerre Jean Nicolas Pache, les exagérés du nouveau ministre de la Guerre Bouchotte, et leur porte-parole Hébert, qui visaient à renverser la Convention nationale réclamaient l'intensification de la Terreur. D'autres montagnards commencèrent à nourrir des doutes sur le bien-fondé des sévérités nécessaires qui masquaient selon eux un projet contre-révolutionnaire. Danton alors chef de file du Modérantisme, et Camille Desmoulins furent les premiers à dénoncer l'instrumentalisation de la Terreur, notamment dans Le Vieux Cordelier. Dans son journal, Desmoulins fit tomber le masque du "Le Père Duchesne" qui fut reconnu comme contre-révolutionnaire. Ils bénéficient du soutien du général Westermann qui sert en Vendée.

Le 5 janvier à la tribune du club des cordeliers, les exagérés Momoro et Collot d'Herbois, sentant le danger pour eux, dénoncèrent à leur tour Camille Desmoulins. Aux Jacobins, Robespierre valida les accusations de Desmoulins en demandant le renvoi au Tribunal révolutionnaire des amis et complices de Jacques-René Hébert dont quelques-uns seulement furent arrêtés dans la nuit du 14 au 15 mars. Jugés dans une relative obscurité, ils furent guillotinés - à l'exception de leur chef, Jean-Nicolas Pache - le 24 mars.

Le 30 mars 1794, les principaux protecteurs des exagérés - et notamment Bertrand Barère de Vieuzac, Jean-Marie Collot d'Herbois et Jean Nicolas Billaud-Varenne, en liaison avec le Comité de sûreté générale - demandèrent à leur tour la tête des Modérés, notamment Danton, Desmoulins et Philippeaux. On les réunit à dessein aux fripons compromis dans l'affaire de la liquidation de la Compagnie des Indes (1793). Au terme d'un procès qui se déroula du 2 au 4 avril 1794, les indulgents comme les fripons furent condamnés par le Tribunal révolutionnaire le 5 avril 1794, et guillotinés. Le 13 avril suivant, des modérés et des exagérés furent cette fois réunis sur les mêmes charrettes et exécutés dans un procès à nouveau biaisé pour lequel on invoqua contre eux le crime de conspiration dans les prisons.

A lire :
Chronologie - GlossaireSinistrisme - Babouvisme - Sans-culottes -  Enragés - Montagne - Jacobins - Cordeliers : indulgents , fripons , exagérés - Feuillants - Girondins - Plaine - Comité de sûreté générale - Comité de salut public - Assemblée nationale constituante - Assemblée nationale législative - Assemblée conventionelle - TerreurDirectoire - Coup d'État du 18 fructidor - Coup d'état du 18 brumaire - Consulat

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article