. . . . BIENVENU.E . . . .

;)


Anciennement www.paris8philo.com, ce site, créé en 2006 lors du mouvement anti-CPE, a rendu compte de l'actualité et de l'expérimentation à Paris 8. Il s'occupe plus largement de rendre compte d'une transformation dans les paradigmes philosophiques suivant la pensée du Dehors ou du Surpli, omme la nomme les métaphysiciens classique. Nous avons quant à nous déjà basculé d'emblée dans la modernité quantique, résolvant la plupart des impasses philosophique du WWe siècle. Cette pensée hors contrat est la marque d'une complexité, riche de multiples facteurs et échelles. Ce site contient des articles pour être apte à un plus grand nombre de choses.

Pour nous soutenir abonnez-vous à la newsletter gratuite (2 mails par mois), commentez sans hésitation, partagez le contenu sur les réseaux et si vous le pouvez faîtes des liens depuis votre site.

Bonne lecture :) 

 

Accueil

 

Liens vers sites

Archives

Publié par Le Cazals

On reproche souvent à Nietzsche, les dialecticiens les premiers, de ne pas définir la vie. Il y a toujours un risque à parler de la vie (en général) de la substantialiser un peu comme le fait Bergson avec l’élan vital. Reste que pour Nietzsche : « la vie  … est l’expression des formes de croissance de la substance », c’est-à-dire l’expression des volontés en vue de la puissance (Willes zur Macht).

 

Cette vie est au fond une « vie dans les périls », un vie faite d’audace ou de virtù, la vertu sans moraline, moralinefrei. Pour donner un exemple, Nietzsche disait de Kant : « sa façon de travailler lui enlève le temps de vivre quelque chose, — je pense, bien évidemment, non à de grands « événements » extérieurs, mais aux destuns et aux soubresauts auquels est soumise la vie la plus solitaire et la plus silencieuse, si elle a du loisir et se consume dans la passion de penser. » (Aurore, V, § 481)

 

La plus grande distinction ne se trouve pas en une vie digne et une survie , qui est encore une manière déguisée pour la morale de mépriser la vie, mais la distinction majeure se situe entre le vivant et l’inerte, entre ce qui est vivant et ce qui est inerte.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article