. . . . BIENVENU.E . . . .

;)


Anciennement www.paris8philo.com, ce site, créé en 2006 lors du mouvement anti-CPE, a rendu compte de l'actualité et de l'expérimentation à Paris 8. Il s'occupe plus largement de rendre compte d'une transformation dans les paradigmes philosophiques suivant la pensée du Dehors ou du Surpli, omme la nomme les métaphysiciens classique. Nous avons quant à nous déjà basculé d'emblée dans la modernité quantique, résolvant la plupart des impasses philosophique du WWe siècle. Cette pensée hors contrat est la marque d'une complexité, riche de multiples facteurs et échelles. Ce site contient des articles pour être apte à un plus grand nombre de choses.

Pour nous soutenir abonnez-vous à la newsletter gratuite (2 mails par mois), commentez sans hésitation, partagez le contenu sur les réseaux et si vous le pouvez faîtes des liens depuis votre site.

Bonne lecture :) 

 

Accueil

 

Liens vers sites

Archives

Publié par Nicolas Bazeilles

Le 21 septembre 1792, l'Assemblée nationale cède la place à la Convention nationale qui constitue dix-huit comités et nomme les membres du Conseil exécutif (ex. provisoire).

Le 1er janvier 1793, la Convention nationale crée le comité de défense générale.

Le 10 mars 1793, on rétablit le Tribunal révolutionnaire.

Les 18 et 19 mars 1793, c'est la défaite de Neerwinden face au prince de Cobourg, le Général Dumouriez passe à l'ennemi plutôt que d'être guillotiné. C'est aussi le début de l'insurrection vendéenne.

25 mars 1793, le comité de défense générale devient la Commission de salut public qui se réunit le lendemain avec le Conseil Exécutif.

Le dimanche 10 mars 1793, pour faire face au retour offensif des armées coalisées, la Convention vote la levée en masse de 300 000 hommes. Sur le soir, comme le président s'apprête à lever la séance, Danton intervient et réclame des mesures contre les contre-révolutionnaires et les ennemis de la liberté. Des voix s'élèvent et évoquent le spectre des massacres de septembre 1792 et des exécutions sommaires. Alors, le tribun s'exclame : « Soyons terribles pour dispenser le peuple de l'être ! ». Dans la foulée, il fait voter la création d'un Tribunal criminel extraordinaire, qui deviendra plus tard, sous le nom de Tribunal révolutionnaire, l'outil de la Terreur.

Le 6 avril 1793, l'assemblée de la Convention transforme la Commission de salut public en Comité de salut public. à l'initiative de Danton. Il s'agit de sauver la France et la Révolution des périls intérieurs et extérieurs. Danton lui-même préside le Comité. Mais enrichi par la corruption et remarié le 13 juin 1793 avec une jeunette de 17 ans, Sébastienne Gély, il aspire à jouir de la vie dans sa retraite d'Arcis-sur-Aube et prend du recul par rapport à la Révolution.

Les journées du 31 mai et du 2 juin 1793, 31 chefs parmi les Girondins sont proscrits et certains emprisonnés

Le 10 juillet 1793, Danton est évincé de la présidence du Comité, où fait son entrée Robespierre.

Un mois plus tard, le 13 août 1793, à la tribune de la Convention, Danton soumet le projet d'une instruction publique, gratuite et obligatoire : « Quand vous semez dans le vaste champ de la République, vous ne devez pas compter le prix de la semence ! Après le pain, l'éducation est le premier besoin du peuple ! ».

Le 3 octobre 1793, « 73 » députés pétitionnaires sont emprisonnés après avoir protesté contre l'arrestation des 31 Girondins.

A lire :
Chronologie - GlossaireSinistrisme - Babouvisme - Sans-culottes -  Enragés - Montagne - Jacobins - Cordeliers : indulgents , fripons , exagérés - Feuillants - Girondins - Plaine - Comité de sûreté générale - Comité de salut public - Assemblée nationale constituante - Assemblée nationale législative - convention nationale - Mort du roiTerreurDirectoire - Coup d'État du 18 fructidor - Coup d'état du 18 brumaire - Consulat

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article