. . . . BIENVENU·E . . . .

 

Anciennement www.paris8philo.com, ce site, créé en 2006 lors du mouvement anti-CPE, a rendu compte de l'actualité et de l'expérimentation à Paris 8. Il s'occupe plus largement de rendre compte d'une transformation dans les paradigmes philosophiques suivant la pensée du Dehors ou du Surpli, omme la nomme les métaphysiciens classique. Nous avons quant à nous déjà basculé d'emblée dans la modernité quantique, résolvant la plupart des impasses philosophique du WWe siècle. Cette pensée hors contrat est la marque d'une complexité, riche de multiples facteurs et échelles. Ce site contient des articles pour être apte à un plus grand nombre de choses.

Pour nous soutenir abonnez-vous à la newsletter gratuite (2 mails par mois), commentez sans hésitation, partagez le contenu sur les réseaux et si vous le pouvez faîtes des liens depuis votre site.

Bonne lecture :) 

 

Accueil

 

Liens vers sites

Archives

Publié par La Philosophie

à 19:05 (précédé d'un passage sur la liberté)

une presse pour dire quoi ?

la presse j'emploie le mot presse pour désigner tous les mass media jouit naturellement elle aussi de la liberté la plus grande mais comment en est elle nous le savons déjà en se gardant bien de transgresser les cadres juridiques mais sans aucune vraie responsabilité morale si elles dénaturent les faits et des formes les proportions journaliste et son journal sont ils vraiment responsables devant leurs lecteurs ou devant l'histoire quand il leur est arrivé en donnant une information fausse ou des conclusions erronées d'induire en erreur l'opinion publique ou même de faire faire un faux pas à l'état tout entier les at-on jamais vu l'un ou l'autre battre publiquement leur coulpe non bien sûr car cela aurait nui à la vente dans une affaire pareille l'étape laisser des plumes le journaliste lui s'en tire toujours vous pouvez parier qu'il va maintenant avec un aplomb renouveler écrire le contraire de ce qu'il a jamais auparavant la nécessité de donner avec assurance une information immédiate force à combler les blancs avec des conjectures à se faire l'écho de rumeurs et du suppositions qui ne seront jamais démentie par la suite et resteront déposé dans la mémoire des masses chaque jour que deux jugements hâtifs téméraire présomptueux et fallacieux qui embrument le cerveau des auditeurs et s'y fixent la presse a le pouvoir de contrefaire l'opinion publique est aussi celui de la pervertir la voici qui couronne les terroristes deslauriers dayraut strates la voici qui dévoilent jusqu'au secret défensif de son pays la voici qui viole impudemment la vie privée des célébrités aux cris de tout le monde à droite tout savoir slogans mensongers pour un siècle de mensonge car bien dessus de ce droit car bien au dessus de ce droit il y en a un autre perdu aujourd'hui le droit qu à l'homme de ne pas savoir de ne pas encombrer son dame créé par dieu avec des ragots des bavardages des futilités les gens qui travaillent vraiment et dont la vie est bien remplie n'ont aucun besoin de ce flou pléthorique d'information abrutissante la presse est le lieu privilégié où se manifeste cette hâte et cette superficialité qui sont à la maladie mentale du 20e siècle aller au coeur des problèmes lui est contre indiquée cela n'est pas dans sa nature elle ne retient que les formules à sensation et avec tout cela la presse est devenue la force la plus importante des états occidentaux elle dépasse en puissance des pouvoirs exécutif législatif et judiciaire pourtant voyons en vertu de quelle loi at elle été élue et à qui rend elle compte de son activité si dans l'état communiste un journaliste est ouvertement nommé comme tout fonctionnaire quels sont les électeurs de qui les journalistes occidentaux tiennent leur position prépondérante pour combien de temps le cubtile et de quels pouvoirs sont il investit enfin encore un très inattendu pour un homme venu de l'est de thalie terre où la presse est strictement unifiée si on prend la presse occidentale dans son ensemble on y observe également des sympathies dirigé en gros du même côté celui où souffle le vent du siècle des jugements maintenu dans certaines limites acceptées par tous peut-être aussi des intérêts corporatifs commun et tout cela pour résultats n'ont pas la concurrence mais une certaine unification la liberté  sans frein c'est pour la presser de même ce n'est pas pour les lecteurs une opinion ne sera présenté avec un peu de relief et de résonances le ciel n'est pas trop en contradiction avec les idées propres du journal et avec cette tendance générale de la presse.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article