Pages

Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Emmanuel Todd

Historien, démographe, anthropologue, économiste.

Articles en ligne
EMMANUEL TODD / Après l'empire (lecture)
EMMANUEL TODD / Après la démocratie (lecture) : Narcisse ou l'homme nouveau
EMMANUEL TODD / l'Euro et la diversité anthropologique européenne
EMMANUEL TODD / Le fonctionnement anti-démocratique de l'Europe

Parcours
Démographe, sociologue, assez génial, mais assez largement incompris, aussi. Fils du brillant journaliste et écrivain socialiste Olivier Todd, petit-fils de l'écrivain communiste Paul Nizan et arrière-petit-cousin de l'anthropologue Claude Lévi-Strauss.

Faits


Propos
La condition humaine est problématique en ce qu'elle se situe entre dignité et survie : « Le problème c'est la condition humaine. Il faut partir du principe que la condition humaine est quand même un problème. Si vous partez du principe que la condition humaine n'est pas un problème vous n'irez nulle part. Alors tant que vous êtes dans des questions de survie économique, survie incluant la notion de vie décente, à un niveau raisonnable et ordinaire, le problème de la condition humaine se pose de façon raisonnable. » (1)
Sur notre démocratie : « Ce système oligarchique sera toléré par mollesse jusqu’à ce que la baisse du niveau de vie devienne trop violente pour les jeunes, pour les vieux et pour les surdiplômés.  »

Patience vis-çà-vis de l'Islam.  » Le modèle associant à la modernisation mentale - avec ses deux composantes principales, l'alphabétisation et la chute de la fécondité - des troubles idéologiques et politiques opposant des classes, des religions, des peuples est très général. Sans échapper absolument à l'angoisse de la transition, quelques pays n'ont jamais sombré dans la violence de masse. Mais j'éprouve certaines difficultés à citer le nom d'un pays sage, par peur d'oublier telle ou telle crise, tel ou tel massacre. Les pays scandinaves ont peut-être échappé au pire, si l'on s'en tient au Danemark, à la Suède et à la Norvège. Car la Finlande, de langue finno-ougrienne, s'est quant à elle offert une guerre civile entre rouges et blancs, tout à fait honorable, au lendemain de la Première Guerre mondiale et dans les remous de la révolution russe. Si l'on remonte à la Réforme protestante, point d'origine de la marche à l'alphabétisation, nous trouverons des Suisses fébriles, agités par la passion religieuse, parfaitement capables de s'entre-tuer au nom de grands principes, de brûler des hérétiques et des sorcières, mais sur le point d'acquérir, par cette crise précoce, leurs légendaires qualités de propreté et de ponctualité, en attendant de fonder la Croix-Rouge et de donner des leçons de concorde civile au monde. Alors, abstenons-nous, par simple décence, de catégoriser l'islam comme différent par nature et de juger son « essence ». Les événements du 11 septembre 2001 ont malheureusement abouti, entre autres, à une généralisation du concept de « conflit de civilisation ». Le plus souvent, dans notre monde si « tolérant », par une dénégation: le nombre invraisemblable d'intellectuels et d'hommes politiques qui ont affirmé, dans les jours, les semaines, les mois suivant l'attentat, qu'il ne saurait y avoir de « conflit de civilisation » entre islam et chrétienté prouve assez que cette notion primitive est dans la tête de tous. Les bons sentiments, qui font désormais partie de notre vulgate supérieure - l'idéologie des 20 % d'en haut -, ont interdit une mise en accusation directe de l'islam. Mais l'intégrisme islamique a été codé en langage usuel par la notion d'un « terrorisme » que beaucoup veulent voir universel. »

Propos démentis par la réalité
Le familialisme leplayssien en est encore à son adolescence, surtout qu'il n'explique pas que les structures complexes en France sont à la périphérie (alors que le principe à la base de la démographie Toddienne explique que la complexité et la nouveauté arrivent par le centre).

Ses références (A quoi sert l'autorité sinon de bride ?)
 

Son réseau :
 

Avis
« »

Sources
(1) Conférence d'Emmanuel Todd et Marcel Gauchet intitulée « La France sous Macron : de la fracture sociale à l'explosion ? », le 26 mars 2019

-

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article