. . . . BIENVENU·E . . . .

 

Anciennement www.paris8philo.com, ce site, créé en 2006 lors du mouvement anti-CPE, a rendu compte de l'actualité et de l'expérimentation à Paris 8. Il s'occupe plus largement de rendre compte d'une transformation dans les paradigmes philosophiques suivant la pensée du Dehors ou du Surpli, omme la nomme les métaphysiciens classique. Nous avons quant à nous déjà basculé d'emblée dans la modernité quantique, résolvant la plupart des impasses philosophique du WWe siècle. Cette pensée hors contrat est la marque d'une complexité, riche de multiples facteurs et échelles. Ce site contient des articles pour être apte à un plus grand nombre de choses.

Pour nous soutenir abonnez-vous à la newsletter gratuite (2 mails par mois), commentez sans hésitation, partagez le contenu sur les réseaux et si vous le pouvez faîtes des liens depuis votre site.

Bonne lecture :) 

 

Accueil

 

Liens vers sites

Archives

Publié par Georges Kupcek

Au cours des deux dernières décennies, la Chine est devenue l’un des principaux prêteurs mondiaux, avec des créances impayées qui dépassent aujourd’hui plus de 5 % du PIB mondial. Au total, l’État chinois et ses filiales ont prêté environ 1 500 milliards de dollars en prêts directs et en crédits commerciaux à plus de 150 pays dans le monde. Auxquels il faut ajouter 200 milliards de dollars US prêts non déclarés de la Chine, c'était leur montant en 2016. L’encours moyen de la dette envers la Chine est passé de moins de 1 % du PIB du pays débiteur en 2005 à plus de 15 % en 2017, pour les 50 principaux pays en développement qui en sont bénéficiaires. Une douzaine de pays ont une dette d’au moins 20 % de leur PIB nominal envers la Chine : Djibouti, Tonga, Maldives, République du Congo, Kirghizstan, Cambodge, Niger, Laos, Zambie, Samoa, Vanuatu et Mongolie.

Cela a fait de la Chine le plus grand créancier officiel du monde, dépassant les prêteurs officiels traditionnels tels que la Banque mondiale, le FMI ou tous les gouvernements créanciers de l’OCDE réunis. La quasi-totalité des prêts accordés par la Chine sont gérés par le gouvernement et diverses entités publiques, telles que les entreprises et les banques publiques. Le boom des prêts à l’étranger de la Chine est unique en son genre par rapport aux sorties de capitaux des États-Unis ou de l’Europe, qui sont en grande partie le fait du secteur privé. Cela montre également que la Chine a tendance à prêter aux conditions du marché, c’est-à-dire à des taux d’intérêt proches de ceux des marchés de capitaux privés. De nombreux prêts chinois sont garantis par des garanties, ce qui signifie que les remboursements de la dette sont garantis par des revenus, tels que ceux provenant des exportations de matières premières. D’autres entités officielles, telles que la Banque mondiale, prêtent généralement à des taux d’intérêt inférieurs à ceux du marché et à des échéances plus longues.
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article