. . . . BIENVENU·E . . . .

 

Anciennement www.paris8philo.com, ce site, créé en 2006 lors du mouvement anti-CPE, a rendu compte de l'actualité et de l'expérimentation à Paris 8. Il s'occupe plus largement de rendre compte d'une transformation dans les paradigmes philosophiques suivant la pensée du Dehors ou du Surpli, omme la nomme les métaphysiciens classique. Nous avons quant à nous déjà basculé d'emblée dans la modernité quantique, résolvant la plupart des impasses philosophique du WWe siècle. Cette pensée hors contrat est la marque d'une complexité, riche de multiples facteurs et échelles. Ce site contient des articles pour être apte à un plus grand nombre de choses.

Pour nous soutenir abonnez-vous à la newsletter gratuite (2 mails par mois), commentez sans hésitation, partagez le contenu sur les réseaux et si vous le pouvez faîtes des liens depuis votre site.

Bonne lecture :) 

 

Accueil

 

Liens vers sites

Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Un penseur s'oriente toujours avec son nez et ses lèvres car ceux-ci lui révèlent les facettes de son cerveau, de son "pratico-inerte", de son "inconscient", de ce qu'il a mis en mémoire mais que son hippocampe lui masque. Il y a là une sorte d'alchimie, en ce que transformant son orientation au Dehors, la matière pour les alchimistes, on transforme la cartographie et les intensités du cerveau, la conscience pour les alchimistes (video). Mais rappelons-le il n'y a pas de Matière, l'inerte n'a pas d'importance contrairement à ce qui végète ou ce qui s'active, la Matière n'est qu'une vue de l'"Esprit". Quant à la "conscience", l'homme figé sur elle lui attribue trop d'importance, elle n'est qu'un outil de communication. Elle naît de la nécessité d'avertir d'un danger, elle est donc plus grégaire que singulière. C'est pour cela que Rimbaud pouvait se prévaloir du "je est un autre", tout au plus d'un langage qui nous réfléchit plus qu'on ne pense à travers lui.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article