. . . . BIENVENU·E . . . .

 

Anciennement www.paris8philo.com, ce site, créé en 2006 lors du mouvement anti-CPE, a rendu compte de l'actualité et de l'expérimentation à Paris 8. Il s'occupe plus largement de rendre compte d'une transformation dans les paradigmes philosophiques suivant la pensée du Dehors ou du Surpli, omme la nomme les métaphysiciens classique. Nous avons quant à nous déjà basculé d'emblée dans la modernité quantique, résolvant la plupart des impasses philosophique du WWe siècle. Cette pensée hors contrat est la marque d'une complexité, riche de multiples facteurs et échelles. Ce site contient des articles pour être apte à un plus grand nombre de choses.

Pour nous soutenir abonnez-vous à la newsletter gratuite (2 mails par mois), commentez sans hésitation, partagez le contenu sur les réseaux et si vous le pouvez faîtes des liens depuis votre site.

Bonne lecture :) 

 

Accueil

 

Liens vers sites

Archives

Publié par La Philosophie

Les deux épiphanies dans une nouvelles de J. D. Salinger

Après avoir posté sa lettre à Sœur Irma, Smith subit la première de ses deux «expériences quasi mystiques». Le biographe Kenneth Slawenski décrit le premier de ces épisodes:

Le premier est muet et est un aperçu effrayant de sa propre aliénation qui l'amène au point de s'effondrer. Après avoir marché une nuit, il est attiré par la vitrine éclairée du magasin d'appareils orthopédiques au rez-de-chaussée du bâtiment scolaire. En regardant le contenu de l'exposition - des bassins de lit en émail et des urinoirs surveillés par un mannequin en bois portant une structure de rupture - il subit un dépouillement brutal de son ego qui révèle son aliénation [et] reconnaît qu'il est spirituellement inconscient, sans lien avec l'inspiration divine qu'exige le véritable art ou la vraie vie. Son art est pollué par l'ego.[1]

Smith réagit à cette révélation en se livrant à des fantasmes romantiques d'adolescents impliquant sœur Irma. Il s'accroche aux illusions de sa supériorité.

La deuxième épiphanie de Smith se produit dans la même fenêtre d'affichage, mais Salinger présente un tableau qui comprend une jeune femme qui réorganise les objets exposés. Absorbée par l'habillage du mannequin de présentation, elle devient momentanément agitée lorsqu'elle remarque que Smith l'observe attentivement, puis glisse et tombe. Elle se relève et reprend son humble tâche avec dignité. La fille correspond à Sœur Irma et sa simple occupation est assimilée au véritable dévouement de la religieuse à Dieu. Salinger décrit le moment de l'épiphanie du narrateur:

Soudain… le soleil s'est levé et a filé vers l'arête de mon nez à une vitesse de quatre-vingt-treize millions de miles par seconde. Aveuglé et très effrayé, j'ai dû poser ma main sur le verre pour garder mon équilibre. Quand j'ai retrouvé la vue, la fille était partie de la fenêtre, laissant derrière elle un champ chatoyant de fleurs en émail exquises, deux fois bénies.[2]

L'épiphanie ou visitation de la grâce  chez Simone Weil (S. Galois)

A x « ». 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article