. . . . BIENVENU.E . . . .

;)


Anciennement www.paris8philo.com, ce site, créé en 2006 lors du mouvement anti-CPE, a rendu compte de l'actualité et de l'expérimentation à Paris 8. Il s'occupe plus largement de rendre compte d'une transformation dans les paradigmes philosophiques suivant la pensée du Dehors ou du Surpli, omme la nomme les métaphysiciens classique. Nous avons quant à nous déjà basculé d'emblée dans la modernité quantique, résolvant la plupart des impasses philosophique du WWe siècle. Cette pensée hors contrat est la marque d'une complexité, riche de multiples facteurs et échelles. Ce site contient des articles pour être apte à un plus grand nombre de choses.

Pour nous soutenir abonnez-vous à la newsletter gratuite (2 mails par mois), commentez sans hésitation, partagez le contenu sur les réseaux et si vous le pouvez faîtes des liens depuis votre site.

Bonne lecture :) 

 

Accueil

 

Liens vers sites

Archives

Publié par Franck Fauché

CINEMA JEAN-LUC GODARD / Histoire(s) du Cinéma (1998)

Retrouvez le film gratuit ici..

Hommage à Emmanuel Pehau et à sa fille.

Phrase culte :

« .Ne va pas montrer tous les côté des choses, garde toi une marge d'indéfini »

Distribution des rôles :

Jean-Luc Godard, lui-même à la machine à écrire
Julie Delpy, elle-même
Juliette Binochey, elle-même
Anne-Marie Miévilley, elle-même

Analyse : 

Dans Histoire(s) du cinéma, sa principale critique du cinéma est qu'il n'a pas capté l'événement principal du XXe siècle. Auschwitz. Il s'est rattrapé trop tard.. Le patchwork de courtepoints qu'est Histoire(s) du cinéma est conçu comme une discussion incessante avec le cinéma, une « Conversation sans fin » cela renvoit à L'Entretien infin, l'oeuvre de Blanchot. Aussi mélancolique que puisse apparaître Godard, Histoire(s) du cinéma se termine par les mots « à suivre... ». Le point final sera donné par l'adieu au langage car pour Godard le Cinema est langae avant tout, ce n'est donc rien d'autre d'un adieu au cinéma, qui ne laissera que quelques images fugaces...

Godard, dans Histoire(s) du cinéma, fait ce dans quoi Deleuze n'a pas réussi quant à la fluidité de l'image. La pensée cinématographique est trop fluide, et c'est là un autre point de contact de feu Godard avec Epstein - tous deux ont été hypnotisés par l'eau. Aucun de ses films n'est complet sans un plan aavec avec une étendue d'eau qui brisent la rythmique de l'image enchaînée : la mer est déchaînée dans Mozart - Forever (1996). Deleuze dans "Cinéma" ne fait qu"assouplir les concepts et leur donner autant qu(il peut du dynamisme, mais n'a atteint pas la fluidité seulement la plasticité, propre au cerveau, propre à la nouvelle image du cerveau qu'il souhaite élaborer. On est dans le au lieu de plus que dans le hic et nunc propre à Godard.. « Au lieu de faire un film, il a écrit un 'livre sur'... » se plaint Godard.. Faire une image, créer une valeur plutôt que penser en faisant, en élaborant.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article