. . . . BIENVENU·E . . . .

 

Anciennement www.paris8philo.com, ce site, créé en 2006 lors du mouvement anti-CPE, a rendu compte de l'actualité et de l'expérimentation à Paris 8. Il s'occupe plus largement de rendre compte d'une transformation dans les paradigmes philosophiques suivant la pensée du Dehors ou du Surpli, omme la nomme les métaphysiciens classique. Nous avons quant à nous déjà basculé d'emblée dans la modernité quantique, résolvant la plupart des impasses philosophique du WWe siècle. Cette pensée hors contrat est la marque d'une complexité, riche de multiples facteurs et échelles. Ce site contient des articles pour être apte à un plus grand nombre de choses.

Pour nous soutenir abonnez-vous à la newsletter gratuite (2 mails par mois), commentez sans hésitation, partagez le contenu sur les réseaux et si vous le pouvez faîtes des liens depuis votre site.

Bonne lecture :) 

 

Accueil

 

Liens vers sites

Archives

Publié par La Philosophie

Les mensonge de Poutine servent d'indicateurs des limites à ne pas franchir pour ne pas être dans le collimateur du pouvoir. Ils indique les territoires politiques à ne pas investir, un peu comme les étiquettes produits dangereux. Cette une sorte de mode d'emploi de survie en autocratie. Nous nous baserons à présent sur le témoignage d'un écrivain d'Odessa qui nous explique le rapport ambivalent des Russes au discours du pouvoir.

Boris Khersonsky, auteur de Samizdat à Odessa, poète juif

Boris Khersonsky, auteur de Samizdat à Odessa, poète juif

Khersonsky explique que le Kremlin a diffusé un type très spécifique de mensonge soviétique : « Les menteurs savent non seulement qu'ils mentent, mais savent aussi que leurs auditeurs savent qu'on leur ment. Ce mensonge insensé ne vise pas à faire croire aux gens, le but est de projeter du pouvoir, de montrer qu'ils en sont capables.»

Khersonsky dit que « la Russie abusait de la référence à la lutte soviétique contre le nazisme pour se mêler de la politique locale à tel point que cela devenait grotesque, donc les gens ne la prenaient pas au sérieux.» Les bombes russes sur Odessa ont évoqué les mythes de la Seconde Guerre mondiale, mais cette fois, c'est réel et Moscou est du côté de l'occupant.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article