. . . . BIENVENU·E . . . .

 

Anciennement www.paris8philo.com, ce site, créé en 2006 lors du mouvement anti-CPE, a rendu compte de l'actualité et de l'expérimentation à Paris 8. Il s'occupe plus largement de rendre compte d'une transformation dans les paradigmes philosophiques suivant la pensée du Dehors ou du Surpli, omme la nomme les métaphysiciens classique. Nous avons quant à nous déjà basculé d'emblée dans la modernité quantique, résolvant la plupart des impasses philosophique du WWe siècle. Cette pensée hors contrat est la marque d'une complexité, riche de multiples facteurs et échelles. Ce site contient des articles pour être apte à un plus grand nombre de choses.

Pour nous soutenir abonnez-vous à la newsletter gratuite (2 mails par mois), commentez sans hésitation, partagez le contenu sur les réseaux et si vous le pouvez faîtes des liens depuis votre site.

Bonne lecture :) 

 

Accueil

 

Liens vers sites

Archives

Publié par Paris8philo

On pense souvent que Deleuze et Guattari sont à l'origine du concept de rhizome. Pourtant on en retrouve l'emploi déjà chez Jung, que, lisait, en bon schizo-analyste, Félix Guattari. Un extrait de Jung, donc :

Life has always seemed to me like a plant that lives on its rhizome. Its true life is invisible, hidden in the rhizome. The part that appears above the ground lasts only a single summer. Then it withers away —an ephemeral apparition. When we think of the unending growth and decay of life and civilizations, we cannot escape the impression of absolute nullity. Yet I have never lost the sense of something that lives and endures beneath the eternal flux. What we see is blossom, which passes. The rhizome remains.

Carl Jung
Prologue from Memories, Dreams, Reflections

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Traduction : La vie me semblait toujours comme une plante qui vit sur son rhizome. Sa vraie vie est invisible, cachée dans le rhizome. La partie qui apparaît au-dessus de la terre dure seulement un été simple. Alors elle se flétrit - une apparition éphémère. Quand nous pensons à la croissance incessante et à la décadence de vie et de civilisations, nous ne pouvons pas échapper à l'impression de nullité absolue. Pourtant je n'ai jamais perdu le sens de quelque chose que vit et dure au-dessous du flux éternel. Que nous voyons est la fleur, qui passe. Le rhizome reste.
Répondre