. . . . BIENVENU·E . . . .

 

Anciennement www.paris8philo.com, ce site, créé en 2006 lors du mouvement anti-CPE, a rendu compte de l'actualité et de l'expérimentation à Paris 8. Il s'occupe plus largement de rendre compte d'une transformation dans les paradigmes philosophiques suivant la pensée du Dehors ou du Surpli, omme la nomme les métaphysiciens classique. Nous avons quant à nous déjà basculé d'emblée dans la modernité quantique, résolvant la plupart des impasses philosophique du WWe siècle. Cette pensée hors contrat est la marque d'une complexité, riche de multiples facteurs et échelles. Ce site contient des articles pour être apte à un plus grand nombre de choses.

Pour nous soutenir abonnez-vous à la newsletter gratuite (2 mails par mois), commentez sans hésitation, partagez le contenu sur les réseaux et si vous le pouvez faîtes des liens depuis votre site.

Bonne lecture :) 

 

Accueil

 

Liens vers sites

Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Avec la théorie des images Bergson pose la réalité comme existant pour elle-même, avec des images existant en soi. On abandonne dès lors le lien prélogique qui unit un pour soi (sujet) à un en soi (objet). Mais si on ne s’arrête pas là, d’autres conséquences peuvent être tirées de la théorie des images pour peu qu’on ne rabatte pas le problème des images comme le fait Bergson. En fait c’est le matérialisme et le spiritualisme dans leur conception traditionnelle de frères ennemis qui sont renvoyés dos à dos et s’annulent l’un l’autre. Nous tirons là les conséquences de la théorie des images avant que Bergson n’y introduise le problème de la mémoire et donc toute la métaphysique des multiplicités pures qui en découle : 


Illustration. Il y aurait un moyen, et un seul, de réfuter le matérialisme : ce serait d’établir que la matière est exactement comme elle paraît être. Par là on éliminerait de la matière toute la virtualité, toute puissance cachée, et les phénomènes de l’esprit auraient une réalité indépendante. Mais pour cela il faudrait laisser à la matière les qualités que matérialistes et spiritualistes s’accordent à en détacher, ceux-ci pour en faire des représentations de l’esprit, ceux-là pour n’y voir que le revêtement accidentel de l’étendue. Telle est l’attitude du sens commun vis-à-vis de la matière, et pourquoi le sens commun croit à l’esprit. Bergson BgMM_76.

 

C’est la prise en compte de la lumière 435 qui fit s’effondrer les dogmes tant matérialistes que spiritualistes. La physique quantique en s’attaquant aux problèmes soulevés par l’existence autonome de la lumière, va contre le sens commun ou l’intelligibilité restreinte à la matière telle que Kant en fixe le cadre à partir de la réduction newtonienne des idées modernes. Rappelons que la physique de manière générale supprime les inobservables. C'est donc l'affirmation d’un matérialisme tout autre qui n’est pas celui fixé sur la matière 431 par les lois de l’esprit ni le consumérisme ambiant : il porte directement sur l’activité génératrice, qui produit en partant de sa propre audace, telle est la praxis de Marx, telle est la contingence radicale de Bergson qui, poussée à son extrême, ne perçoit jamais les mêmes aspects, puisque toujours en variation. L’esprit est inepte à saisir la lumière, ses apparentes aberrations.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article