. . . . BIENVENU.E . . . .

;)


Anciennement www.paris8philo.com, ce site, créé en 2006 lors du mouvement anti-CPE, a rendu compte de l'actualité et de l'expérimentation à Paris 8. Il s'occupe plus largement de rendre compte d'une transformation dans les paradigmes philosophiques suivant la pensée du Dehors ou du Surpli, omme la nomme les métaphysiciens classique. Nous avons quant à nous déjà basculé d'emblée dans la modernité quantique, résolvant la plupart des impasses philosophique du WWe siècle. Cette pensée hors contrat est la marque d'une complexité, riche de multiples facteurs et échelles. Ce site contient des articles pour être apte à un plus grand nombre de choses.

Pour nous soutenir abonnez-vous à la newsletter gratuite (2 mails par mois), commentez sans hésitation, partagez le contenu sur les réseaux et si vous le pouvez faîtes des liens depuis votre site.

Bonne lecture :) 

 

Accueil

 

Liens vers sites

Archives

Publié par Anthony

Pour Aristote la vérité est "adéquation" :
- au sein d'une proposition : "le vrai, c’est l’affirmation de la composition réelle du sujet et de l’attribut, et la négation de leur séparation réelle" (Métaphysique, E, 4, 1027b, l. 20, trad. Tricot). C'est la vérité soumise à la grammaire, la véridicité d'une proposition.
- entre une proposition et ce à quoi elle se réfère : "les propositionssont vraies en tant qu’elles se conforment aux choses-mêmes" (De l’interprétation, 9, 19a, l. 33). C'est la question de la référence ou de l'indication.
La vérité serait alors l’obéissance à la réalité, ou encore la prise en compte de ce qui est par ce qui est dit, respectant de cette façon une des principales finalités du langage soumis à la grammaire.

Il suffit donc pour avoir raison de mutiler les processus en "choses" et de nier les évènements en en restant aux "faits", au constat qu'il ne s'est rien passé, pour que les choses et les faits soient conformes aux propositions issues de la pensée homonome qui interprête ce qu'elle appelle le "monde".

Il y a pour Aristote une troisième forme qui traduise la volonté de vérité. Elle ouvrira une large porte au sensualisme (par exemple chez les épicuriens) tout en marquant la divergence entre Platon et Aristote : " la perception des sensibles propres est toujours vraie " (De l’âme, III, 3, 427b 12, trad. Bodéüs).


Voir aussi l'article sur les 4 vérités ou la certitude chez Descartes
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article