Pages

Archives

Publié par Jean-Charles Robin

PARTI REPUBLICAIN SOLIDARISTE / Qui est Didier Lemaire, l'ancien prof de philosophie de Trappes ?
DIDIER LEMAIRE
Ancien professeur de philosophie à Trappes
Secrétaire national au Parti Républicain Solidariste
Parcours et faits :

Il est difficile de cerner le personnage et ses acolytes du Parti Républicain Solidariste, fondé par Laurence Taillade. D'ailleurs la plupart des articles sur cette affaire ont un point d'interrogation dans leur titre (1) et (2) : « « Zozo de la République » ou « vrai lanceur d'alerte » ? « Philosophe mythomane » ou « citoyen laïque jusqu’au bout des ongles » ? À moins que ce soit les deux en même temps ou alternativement ? L’affaire n’est pas simple à dénouer. » (1)

Il évoque comme reconversion et nouvelle piste professionnelle : « la direction d'une mission interministérielle sur la défense des valeurs républicaines. » (1)

Il a fondé un Cercle de réflexion et d'action contre l'emprise islamiste. En février 2019, cette association rebaptisée Dire et agir. (2) Elle se tenait au sein du lycée de la Plaine de Neauphle (1, propos de l'ancienne proviseure).

Le 1er novembre 2020, il écrit une tribune dans L'Obs appelant à résister à la menace islamiste. (9)

Fin 2020, il rejoint le Parti Républicain Solidariste (2).

Le 22 janvier 2021, diffusion d'un reportage à la télé (2). Didier Lemaire était interviewé dans le cadre d'un reportage réalisé à Trappes pour l'émission néerlandaise "Nieuwsuur". Dedans, le professeur déclarait notamment que "le salafisme à Trappes gagne vraiment du terrain". (10)

Le 26 janvier 2021, averti par un tiers, le parquet de Versailles a ouvert une enquête pour « menaces sur personne chargée de mission de service public », qui est confiée à la police judiciaire de Versailles (2).

Le 5 février, l'affaire médiatique démarre avec un article paru dans Le Point (0).

Le lundi 8 février, il est reçu à l'académie de Versailles, où il est décidé qu'il continuerait d'enseigner dans le même établissement, selon le communiqué du rectorat « Conformément à sa volonté, l'académie assurera, en lien avec la préfecture des Yvelines, les conditions permettant son maintien dans l'établissement [...] La situation a été prise très au sérieux et un signalement a été immédiatement effectué auprès du commissariat de Trappes ainsi que de la préfecture des Yvelines »

Le jeudi 11 février 2021 « Le maire de la ville, Ali Rabeh (Génération.S), s'est d'abord rendu devant l'établissement vers 8 heures du matin, avec plusieurs personnes de son entourage, dont des élus, pour distribuer des tracts aux jeunes gens venus suivre leurs cours ou leurs épreuves de bac blanc. "Message d'Ali Rabeh aux élèves de la Plaine de Neauphle" » (3)

L'après-midi du 11 février, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin annonce, dans un tweet, qu'il avoir proposé une protection rapprochée à Didier Lemaire que ce dernier a accepté. (2) Le soir même, Didier LeMaire annonce quitter l'enseignement sans pour autant quitter l'Education Nationale (7 à 5:50).

Contexte :

La synagogue incendiée à Trappes en octobre 2010. Le procureur de la République de Versailles, avait classé l'affaire en 2002 pour ne pas attiser les braise au moment de la seconde intifada (cf. Raphaëlle Bacqué et Arianne Chemin, La Communauté)

Entre 2013 : et octobre 2016, 67 jeunes ont quitté la ville pour aller en Irak ou en Syrie faire le djihad. Ce chiffre est un record européen, proportionnellement à la population. (4) Ce nombre monte en réalité à 77 : « Trappes, c’est aussi la cellule Ansar al-Fath, les « partisans de la victoire », démantelée en 2005. Elle était chargée de l’envoi de combattants en Irak. Et soupçonnée de préparer des attentats en France. Son chef, Safé Bourada, était connu depuis les attentats de 1995 à Paris. Au profit du GIA, il avait recruté Khaled Kelkal, un des auteurs de l’attentat du RER B à Saint-Michel. Condamné en 1998, Bourada va continuer à recruter après sa libération en 2003. Cette fois, il cible les jeunes de Trappes. Kaci Ouarab, comptable, est le premier, en 2005, à partir s’entraîner au Liban, où il apprend le maniement des armes. En 2008, à son retour, Ouarab est condamné à neuf ans de prison pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste. On connaît la suite : 77 jeunes Trappistes qui quittent leur ville pour mener la guerre sainte en Syrie à partir de 2014. » (1)

« Il y a actuellement à Trappes 400 fichés S de catégorie « radicalisation » qui se promènent librement, sans compter les fichés pour terrorisme. » (9)

16 octobre 2020, assassinat de Samuel Paty décapité pour avoir fait un cours sur la liberté d'expression et avoir montré à ses élèves des caricatures dénudées de Mahomet.

Les notes rédigées par les Renseignements territoriaux affirment que Didier Lemaire n'a reçu aucune menace de mort directement.

Propos :

Le 8 février sur l'antenne de Sud Radio « Aujourd'hui il y a des atteintes à la laïcité qui ne sont pas simplement des actes individuels mais vraiment des actes de pression répétée et collective, : par exemple, en début d'année, dans une classe, l'ensemble des filles de la classe qui refuse une sortie scolaire au prétexte qu'elles seront filmées sans leur voile. C'est cette transformation, finalement à l'intérieur de l'école, qui empiète sur notre liberté pédagogique et qui crée une tension permanente pour les enseignants [... Qu'est-ce qui a changé ? ...] Il y a encore deux ans mes élèves pouvaient exprimer des critiques de la laïcité, me dire que la laïcité c'était fait contre les musulmans. Je pouvais avoir une discussion avec eux, y compris sur le voile. Les élèves réfléchissaient, d'ailleurs souvent changeaient de position avec le temps. Aujourd'hui ce que j'observe c'est beaucoup de silence, beaucoup de non-dit et une difficulté même à avoir un lien avec certains élèves, pas tous on en n'est quand même pas là ... encore. [...] Les élèves musulmans qui pratiquent de façon modérée, comme une spiritualité, aujourd'hui sont en minorité à Trappes et subissent une pression très forte de la part des salafistes, y compris dans les salles de classe. J'ai une élève, par exemple, qui refuse de se voiler, parce qu'elle considère que le voile n'est en rien un signe religieux (d'ailleurs dans le Coran il n'y a pas d'obligation de porter ce voile) et c'est très très difficile pour elle aujourd'hui de ... le regard de ses camarades, les propos sans cesse, qui font que pour elle, ça devient difficile d'être une musulmane modérée. »  (5)
Il revient souvent sur le conflit de loyauté qui s'exerce sur les jeunes maghrébins : « Et nos élèves vivent dans une situation schizophrénique où le conflit de loyauté devient pour eux inextricable. » (9) Après j'ai certains élves qui sont pris dans des conflits de loyauté, j'ai des élèves dont les parents sont fortement idéologisés, voire qui jouent un rôle dans l'islamisme politique, euh dans l'islamisme, pardon. » (7 à 3:23)

Propos inexacts ou du moins exagérés

En fait nous avons eu du mal à les recenser, n'ayant pas suivi tous les retours des journalistes...

« Comment un élève fait semblant d'apprendre ? Didier Lemaire répond : Bah il se met au fond de la classe, il ouvre son cahier, il ne regarde pas le professeur dans les yeux et je ne sais pas ce qu'il écrit. Il ne fait pas grand chose. [... On lui fait remarquer que cela a toujours existé ...] C'est la fuite, de plus en plus les élèves baissent les yeux, ne me disent pas bonjour, au revoir. C'est l'évitement. » (7) Intéressant il fait un lapsus sur « l'islamisme politique » [7 à 3:30] 

Etrange attitude de celui qui dit ne pas avoir peur : « Mon combat c'est justement de protéger contre cette emprise de manière à ce qu'ils deviennent des Français comme les autres. Aujourd'hui ils ne le sont plus parce que, comme je viens de l'expliquer, il sont pris par cette idéologie, par une pratique identitaire de la religion, ils ne peuvent pas faire des choix, ils n'en ont pas forcément conscience eux-mêmes [mais ce sont des Français] bien sûr  [qui aiment leur pays, la France : il fait un hochement de la tête que repère Patrick Cohen] qui aiment la France ? pas tous je ne pense pas, non Ils n'ont verbalisé cela mais on approuvé les attentats par leur attitude. » (7 à 6:15)

Ses références :

(A quoi sert l'autorité sinon de bride ?)

Son réseau :

C'est une personne décrite comme discrète.
Depuis novembre 2020, le Parti Républicain Solidariste

Différents vis sur lui :

Tweet du 8 février 2021 de son ancien élève Issam alias @kimsoon78 : « Il y a 18 ans #DidierLemaire mon ancien prof de #philo à #Trappes m’a dit : « tu n’auras jamais ton bac, tu n’as aucun avenir ». J’ai pourtant eu mon bac, une licence, un master et une belle carrière pro. Voilà le type de personne qu’il est ... ne vous laissez pas avoir! » (5)

Tweet du 8 février 2021 de son ancien élève et aujourd'hui journaliste, Pierre Dezeraud, alias @PierreDzrd : « J'ai passé 8 heures par semaine (bac L) en classe avec #DidierLemaire pendant 1 an. Nous parlions tout le temps politique ! Je peux attester que M. Lemaire n'avait rigoureusement rien d'un islamophobe ou d'un militant d'extrême-droite. C'était même à peu près tout le contraire. » (5)

Des avis partagés parmi les lycéens de Trappes selon le Nouvel Obs : « Un bon prof », juge une élève sous couvert d’anonymat. « Il est sympa, gentil, normal quoi », renchérit une autre, pas franchement étonnée par ses propos : « il nous avait déjà donné son avis sur les islamistes ». « Je ne suis pas d’accord avec lui quand il dit qu’il ne se sent pas en sécurité à Trappes », affiche à l’inverse Joanna, 18 ans. « C’est ridicule », renchérit même Yasmine. (8)

Natacha Polony : « C’est-à-dire que c’est au fonctionnaire de la République de s’effacer parce que cette même République ne peut plus le protéger et que nous acceptons l’idée que des territoires sont perdus. » (5)

Rachid Benzine, politologue et islamologue de Trappes qui au sein du même lycée conduit un atelier sur les problème d'identité et de reconnaissance des enfants d'immigrés, dit de lui : « C'était un mec bien. Il m'avait aidé à faire jouer au lycée de Trappes ma pièce de théâtre "Lettres à Nour" qui raconte les courriers d'un père à une fille partie faire le djihad en Syrie. Mais depuis qu'il a publié sa lettre ouverte dans "l'Obs" (après la mort de Samuel Paty, ndlr), dans laquelle il appelle les enseignants à entrer en résistance contre les islamistes, il mène un combat obsessionnel et névrotique contre tous les musulmans. Et il jette l'opprobre sur Trappes ruinant des années de travail contre le communautarisme et le djihadisme. » (1)

Anne-Laure Arino, proviseur du lycée de la Plaine de Neauphle de 2016 à 2018 dit de lui. « Je n'ai jamais eu de souci avec lui. Il était même très discret [...] En privé, explique-t-elle, Didier avait une peur non maîtrisée de l'islam qui le rendait moins libre dans la pratique de ses cours face à des élèves dont la majorité sont des musulmans... » (1) Elle rapporte qu'il participait aux travaux d'un comité pour la prévention de la délinquance et de la radicalisation (1).

Didier Lemaire est surtout menacé pour ses positions prises dans les médias. Didier Lemaire n'est pas un simple professeur mais un militant, avec un programme politique (6). Pour le maire de Trappes, Ali Rabeh, « c'est un militant d'un parti, d'un petit groupuscule politique qui est anticlérical qui est ultra laïque c'est son droit il peut exprimer ses convictions mais il ne doit pas faire semblant d'être un enseignant de philosophie qui enseigne à trappes et qui décrit une réalité qui l'a largement fantasmée depuis des années il écrit dans des journaux qui ont une couleur politique très à droite voire à l'extrême droite en l'occurrence journal causeur et ce monsieur a donc un point de vue très subjectif. » (6) Un engagement politique au parti républicain solidariste assumé par Didier Lemaire et ses propositions sont radicales, il prône entre autres : l'éloignement des personnes fichées S de france et l'interdiction de scolarisation de leurs enfants. (6) Et Monsieur Rabeh, sur le plateau de Jean-Marc Morandini, de répondre au passage plus dans la matinée sur la même antenne de Didier Lemaire et d'ajouter : « "Raconter qu'à Trappes, il n'y a aucun coiffeur mixte, c'est factuellement faux ! Il y a quatre coiffeurs mixtes à Trappes, a-t-il déclaré. Oui, à Trappes, il y a des difficultés de radicalisation, de djihadisme, de communautarisme. Je ne mets pas la poussière sous le tapis, comme l'ont fait certains. Je traite ces questions activement et avec lucidité. Mais qui s'est posé la question de savoir qui est Monsieur Lemaire ?" » (4), et face à Marianne : « tous les commerçants du centre l’ont vu marcher sereinement dans la ville. Personne n'aurait cru qu'il était l'homme le plus menacé de France ! » Et l’élu d’expliquer qu’il s’agit là d’une « opération de déstabilisation de Trappes et de tous les Trappistes » et d’un « homme manipulé par [ses] adversaires politiques qui n'ont pas digéré leur défaite aux municipales... » (1) A cette stigmatisation Didier Lemaire répond que « c'est l'argument victimaire classique qui vise en quelque sorte à déstabiliser l'autre puisqu'on vous accuse de vous haïr. Evidemment cela va justifier un contre discours, une contre attitude. On le voit dans tous les débats, la manière dont ce monsieur [le maire] se comporte en mettant en cause les journalistes , leur probité, leur métier, leur qualité : c'est tout de même une attitude qui ne correspond pas au débat démocratique » (7 à 5:00)  « C'est un manipulateur, il m'a sali. Et aujourd'hui il se permet d'enfreindre les codes de la République en s'introduisant dans le lycée pour faire sa propagande... » (1)

Ces soupçons sont contre balancés par les propos de Orbin : Jean-Pierre Obin, ancien haut fonctionnaire de l'Éducation nationale, auteur en 2004 du fameux rapport sur « les signes et manifestations d’appartenance religieuse dans les établissements scolaires. » Pour ce dernier, « En 2018, nous avons écrit une lettre conjointement au président de la République pour défendre la laïcité et les enseignants. C'est un laïque pur et dur, mais parfois intransigeant. Lors d'une réunion au sein du collectif "Vigilance collèges et lycées" auquel nous appartenions tous les deux, nous avions décidé d'exclure l'un des nôtres qui avait tenu des propos antisémites. La lettre d'exclusion se terminait par une formule de politesse du genre "Cordialement". Il a exigé que le mot "Cordialement" soit retiré sur-le-champ. Nous n'avons pas cédé, alors il a démissionné... » (1) Jean-Pierre Obin raconte cependant que Didier Lemaire lui ferait tenir des propos qu'il n'a jamais tenus : « C'est regrettable, car c'est un vrai républicain. Un honnête homme, un vrai démocrate ». (1) Il y a donc bien une dimension d'exagération, d'inexactitude mais qui selon lui ne remets pas en cause la vérité (7)

La personne de Jean-Pierre Obin est importante pour comprendre le parcours ultérieur souhaité par Lemaire au sein de l'Education Nationale, nous semble-t-il Notre avis est que Didier Lemaire fait preuve d'une lassitude et qu'en se mettant en avant il a souhaiter faire montre de sa particularité victimaire et de sa loyauté républicaine, ce fut le pari du changement de statut parce que Paty était déjà mort. La défiance entre professeurs et élèves rétifs a toujours exister. Lui, pointe cette culture qui nous est totalement étrangère (mais on aurait pu dire de même des Portugais, des Italiens ou des Polonais au début du XXe siècle). Il y a certes un problème d'intégration mais il n'est pas pire que les cas de familles suivis par les services sociaux comme les 66 pédophiles d'Angers qui en quelque sorte avaient fait sécession. Quoiqu'il en soit l'assimilation a déjà eu lieu même si elle n'est pas une totale intégration mais on peut penser aux jeunes partis en Syrie qui avaient déjà des habitudes de Koufars (de mécréants, ce sont souvent de néo-convertis) et qui était mis dans des équipes avec des Tchétchènes pour être encadrés. 

PARTI REPUBLICAIN SOLIDARISTE / Qui est Didier Lemaire, l'ancien prof de philosophie de Trappes ?
Sources :

(0) Le Point, « Trappes : un professeur, cible de menaces, placé sous protection », par Nadjet Cherigui, publiée le 12 février 2021.
(1) Marianne, 
« Trappes : Didier Lemaire, mytho ou héros ? », une enquête de Claude Ardid, publiée le 12 février 2021.
(2) France Info,
« Que sait-on des menaces et de la protection policière dont Didier Lemaire, professeur de philosophie à Trappes, dit faire l'objet ? », par Sophie Neumayer, Julien Pain, Luc Brisson et Benoît Zagdoun, le 11 février 2021.
(3). Le Point, « Trappes : comment les enseignants du lycée de Didier Lemaire ont décidé de le soutenir », par Etienne Girard, le 12 février 2021.
(4) Le Point, « Trappes : comment un enseignant a remis la ville au centre des débats sur le séparatisme », par L. B., le 12 février 2021.
(5) hashtag #BrunoLemaire sur Twitter
(6) France 3 Paris Ile-de-France : « Qui est Didier Lemaire, professeur de philo menacé à Trappes ? » diffusé sur YouTube le 10 février 2021.
(7) C à Vous, « Didier Lemaire, le professeur qui fait débat », France 5, le 12 février 2021 : https://youtu.be/6mg9MUhVwEg.
(8) Nouvel Obs. https://www.nouvelobs.com/societe/20210214.OBS40215/le-prof-l-emprise-islamiste-et-la-politique-retour-sur-une-semaine-de-polemiques-a-trappes.html
(9) Didier Lemaire, Lettre ouverte d’un prof de Trappes : « Comment pallier l’absence de stratégie de l’État pour vaincre l’islamisme ? » publiée dans l'Obs le 1er novembre 2021.
(10) BFMtv, « Trappes: Darmanin annonce une "protection rapprochée" pour l'enseignant qui se dit menacé  » https://www.bfmtv.com/societe/trappes-darmanin-annonce-une-protection-rapprochee-pour-l-enseignant-qui-se-dit-menace_AN-202102110415.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article