. . . . BIENVENU·E . . . .

 

Anciennement www.paris8philo.com, ce site, créé en 2006 lors du mouvement anti-CPE, a rendu compte de l'actualité et de l'expérimentation à Paris 8. Il s'occupe plus largement de rendre compte d'une transformation dans les paradigmes philosophiques suivant la pensée du Dehors ou du Surpli, omme la nomme les métaphysiciens classique. Nous avons quant à nous déjà basculé d'emblée dans la modernité quantique, résolvant la plupart des impasses philosophique du WWe siècle. Cette pensée hors contrat est la marque d'une complexité, riche de multiples facteurs et échelles. Ce site contient des articles pour être apte à un plus grand nombre de choses.

Pour nous soutenir abonnez-vous à la newsletter gratuite (2 mails par mois), commentez sans hésitation, partagez le contenu sur les réseaux et si vous le pouvez faîtes des liens depuis votre site.

Bonne lecture :) 

 

Accueil

 

Liens vers sites

Archives

Publié par Anthony Le Cazals

PHILOSOPHIE / Néolibéralisme et minorités : les critical studies de la partie.

Les luttes micropolitique d'émancipation basées sur les minority sutdies (gender studies, disability studies, cultural studies, female studies) que nous menons passe d’abord par une lutte pour l'affirmation, pour l’autoreprésentation. L’un des ressorts du "système de domination", à l’instar du patriarcat ou du cléricat, est en effet d’infantiliser les personnes minorées en les plaçant dans une sorte de position d’éternelles mineures qui légitime le fait que d’autres qu’elles-mêmes parlent en leur nom pour dire publiquement ce qui est bien pour elles et décident à leur place. En France, la parole publique sur une minorité est portée majoritairement par des personnes non discriminées qui justifient souvent leur légitimité par le fait d’avoir un∙e proche discriminé∙e, fût-elle ou fût-il adulte, sans que le paternalisme de cette posture ne soit interrogé. L’expression des personnes discriminées ou tout du moins minorées est en outre couramment cantonnée à une fonction de témoignage, circonscrite à la restitution d’un vécu et d’une expérience individuelle, quand la ressaisie de ces témoignages dans une parole de portée générale et injonctive sur la minorité demeure le privilège d’autres qu’elles-mêmes, leur majorité. Surtout, la dépossession de la parole des personnes concernées vient de ce que les principales productrices de discours public sur la minorité sont souvent des institutions : dans la cas des handicapé.e.s ce sont des associations gestionnaires d’établissements et de services spécialisés ; en effet dans ce cas, l’Etat français a en effet historiquement délégué la prise en charge du handicap à ces associations qui sont devenues les gestionnaires d’un important secteur d’activité économique, le secteur médico-social. L'insistance à rendre compte de l'agentivité des personnes minorées, subordonnées, discriminées va à l'encontre du travail des structuralistes traditionnels. La pensée minoritaire est en effet post-structuraliste. Au-delà du combat qui consiste à rendre évident (visibiliser) les rapports de force qui structurent le champ de la minorité considérée,

Les Critical studies réalisées par les théoriciens issus de la quatrième bourgeoisie, la bureaucratie morale, n'attaquent en rien le pouvoir de l'influence et même de la propagande plus largement libérale (libertaire). Elles pensent être une critique de l'universalisme, tout en revendiquant soit la liberté, soit l'égalité, soit la solidarité. Pourtant construire une égalité au-delà du couple, relève de la gabegie mais n'empêche en rien de combattre les inégalités, de tendre à la réduire par une redistribution des richesses grandement accumulées par les échanges marchands, où l’Etat prélève ses impôts soit sur l'activité de service soit sur la vente de biens. L'Etat étant le nom du compromis au sein du rapport de forces actuel.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article