. . . . BIENVENU·E . . . .

 

Anciennement www.paris8philo.com, ce site, créé en 2006 lors du mouvement anti-CPE, a rendu compte de l'actualité et de l'expérimentation à Paris 8. Il s'occupe plus largement de rendre compte d'une transformation dans les paradigmes philosophiques suivant la pensée du Dehors ou du Surpli, omme la nomme les métaphysiciens classique. Nous avons quant à nous déjà basculé d'emblée dans la modernité quantique, résolvant la plupart des impasses philosophique du WWe siècle. Cette pensée hors contrat est la marque d'une complexité, riche de multiples facteurs et échelles. Ce site contient des articles pour être apte à un plus grand nombre de choses.

Pour nous soutenir abonnez-vous à la newsletter gratuite (2 mails par mois), commentez sans hésitation, partagez le contenu sur les réseaux et si vous le pouvez faîtes des liens depuis votre site.

Bonne lecture :) 

 

Accueil

 

Liens vers sites

Archives

Publié par La Philosophie

COMENIUS / L'école mère

Chapitre I

Puisque les enfants sont le don le plus précieux de Dieu et un trésor incomparable, ils doivent être traités avec le plus grand soin.

<... > Que pour les parents les enfants devraient être plus doux et plus chers que l’or et l’argent, les perles et les pierres précieuses, ... cela peut être déduit d’une comparaison mutuelle des deux. Premièrement, l’or, l’argent et d’autres objets de ce type sont des choses inanimées et rien de plus que des cendres piétinées, à peine plus traitées et purifiées, et les enfants sont des images vivantes du Dieu vivant.

Deuxièmement, l’or et l’argent sont des choses extérieures, et les enfants sont les créatures que Dieu a créées en premier.

Troisièmement, l’or et l’argent ne sont pas des choses fiables, et les enfants sont un héritage immortel. Car bien que beaucoup d’enfants meurent, ... ils ne se transforment pas en rien et ne périssent pas, mais passent seulement de la coquille mortelle au royaume immortel.

Quatrièmement, l’or et l’argent passent de l’un à l’autre, comme s’ils n’appartenaient à personne, mais qu’ils étaient un tout commun, et les enfants sont un tel atout pour les parents qu’il n’y a personne au monde qui pourrait priver quiconque de ce droit, lui enlever cette propriété.

Sixièmement, celui qui a des enfants dans sa maison peut être sûr qu’il y a des anges dans sa maison; quiconque embrasse les petits enfants avec ses mains, qu’il n’ait aucun doute qu’il embrasse les anges. Quelle importance !

Enfin, l’argent, l’or, les pierres précieuses ne peuvent nous apprendre rien d’autre que les autres créatures enseignent, à savoir la sagesse, le pouvoir, la bonté. Et les enfants nous sont donnés comme un grain de modestie, d’affabilité, de gentillesse, d’harmonie et d’autres vertus.

 

Chapitre II

Dans quels buts Dieu donne-t-il aux enfants et ce qui devrait être recherché dans leur éducation.

Les gens apprennent à un bœuf à labourer, à un chien à chasser, à un cheval à monter et à porter des poids, car ils sont créés à ces fins et ne peuvent pas être adaptés à d’autres fins. L’homme, créature supérieure à tous ces animaux, doit être conduit aux objectifs les plus élevés.

Par conséquent, les parents ne remplissent pas assez leur devoir s’ils apprennent à leurs enfants à manger, boire, marcher, parler, décorer avec des vêtements, car tout cela ne sert que pour le corps, qui n’est pas une personne, mais sert de hutte pour une personne. Le maître de cette cabane (l’âme sensible) habite à l’intérieur; il devrait être pris en charge plus que la coque extérieure.

Les parents doivent veiller à ce que, en plus de faire preuve de foi et de piété, ils donnent à leurs enfants la possibilité d’acquérir des compétences culturelles élégantes et d’apprendre les arts libéraux et tout ce qui est nécessaire à la vie.

En bref, le triple objectif de l’éducation des jeunes doit être fermement établi : la foi et la piété, les bonnes mœurs, la connaissance des langues et des sciences. Et tout cela dans le même ordre dans lequel il est proposé ici, et non l’inverse.

Chapitre III

Les jeunes ont inévitablement besoin d’éducation et de formation adéquate.

Cependant, personne ne devrait penser que la jeunesse par elle-même et sans travail acharné peut être élevée (dans la piété, les vertus et dans les sciences). Si le greffon à partir duquel l’arbre doit pousser nécessite qu’il soit greffé, planté, arrosé, clôturé et soutenu; si le matériau de la statue en bois doit être coupé, fendu, gratté, coupé, poli et peint de différentes couleurs; si un cheval, un taureau, un âne, une mule doivent être habitués au fait qu’ils peuvent servir l’homme; de plus, si une personne elle-même a besoin d’exercices pour s’habituer à manger, boire, courir, parler, saisir avec sa main, travailler, comment, je demande, quelqu’un peut-il par lui-même obtenir la possession de qualités de foi, de vertu de sagesse et de connaissance supérieures et plus éloignées des sentiments extérieurs? C’est complètement impossible.

C’est pourquoi Dieu a confié aux parents le devoir, avec la plus grande diligence, d’inculquer et d’endoctriner habilement les esprits relatifs à la connaissance de Dieu et à la crainte de Dieu, et d’en parler à leurs enfants, qu’ils soient à la maison ou qu’ils marchent, dorment ou se lèvent.

Mais comme souvent les parents sont soit incapables d’élever des enfants, soit, en raison de l’occupation des affaires officielles ou familiales, n’ont pas le temps pour cela, et que d’autres le traitent même avec dédain, alors, par une décision sage et salvifique, depuis les temps anciens, il a été établi que dans chaque État, l’éducation de la jeunesse, ainsi que le droit de punition, étaient confiés à des hommes sages, pieux et respectables.

Ils sont appelés enseignants, maîtres, mentors et enseignants, et les lieux désignés pour ces classes sont les collèges, les gymnases, les écoles (c’est-à-dire les lieux de loisirs ou de divertissement littéraire); ce nom indique que le travail d’apprentissage et d’apprentissage est en soi et par nature agréable et doux et est un pur jeu et amusant pour l’esprit.

Cependant, dans les temps ultérieurs, l’éducation s’est immensément éloignée de son caractère agréable d’origine, de sorte que les écoles sont devenues pour les jeunes non pas un lieu de jeu et de plaisir, mais un lieu de travail acharné et de tourment, surtout dans certains cas, lorsque la jeunesse a été confiée à des gens stupides, complètement étrangers à la piété et à la sagesse de Dieu, affaiblis par l’oisiveté, bas, qui ont donné le pire exemple, qui se sont vendus pour de l’argent comme enseignants et mentors. Ils enseignaient aux jeunes non pas la foi, la piété et les bonnes mœurs, mais la superstition, la méchanceté et la mauvaise moralité. N’étant pas du tout familiers avec la vraie méthode et voulant tout marteler avec force, ils ont terriblement tourmenté les étudiants.

Bien que nos prédécesseurs, avec la réforme de l’Église, aient corrigé une partie de cela, Dieu a conservé quelque chose à notre époque, de sorte qu’à sa gloire et à notre consolation, il puisse le corriger avec un enseignement plus facile, plus concis et plus approfondi.

Maintenant, avec l’aide de Dieu, nous commençons à exposer l’idée de cette éducation, appliquée principalement dans les six premières années de la vie dans l’école de la mère.

Chapitre IV

Dans quelles activités les enfants devraient-ils pratiquer progressivement dès la naissance, de sorte qu’au cours de la sixième année de leur vie, ils auront maîtrisé ces exercices.

Qui ne sait pas que les brindilles d’un arbre vivace conservent la même disposition mutuelle les unes envers les autres, selon laquelle elles auraient dû être formées dès le début. Après tout, il ne pouvait en être autrement. Qui aurait espéré qu’un animal développerait également tous ses membres par la suite, s’il n’en recevait pas un embryon au début de sa formation, qui pourrait corriger n’importe quel animal s’il était né boiteux, aveugle, incomplet ou infirme? Par conséquent, une personne au début de la formation du corps et de l’âme devrait être créée comme elle devrait l’être tout au long de la vie.

Certes, il serait facile pour Dieu de convertir une personne vicieuse invétérée en une personne honnête et de la rendre différente. Cependant, il arrive généralement que lorsque quelque chose a commencé à se former dès le début, il le restera jusqu’à la fin et dans la vieillesse apporte les mêmes fruits, dont il a reçu les graines dans sa jeunesse. Le proverbe bien connu est d’accord avec cela : « Les occupations de la jeunesse sont le plaisir de la vieillesse. »

Par conséquent, les parents ne devraient pas reporter l’éducation jusqu’à l’éducation de leurs enfants par les enseignants et les ministres de l’église (car il est impossible de redresser l’arbre tordu déjà cultivé et de transformer la forêt, parsemée partout d’arbustes épineux, en potager). Ils doivent eux-mêmes apprendre à manipuler leurs trésors, selon leur valeur, afin que, sous leur propre direction, les enfants commencent à grandir dans la sagesse et l’amour de Dieu et des hommes.

Et puisque nous avons dit que quiconque veut vivre pour le bénéfice de Dieu et des gens devrait être élevé dans la piété, les bonnes mœurs et les sciences utiles, alors les parents devraient poser ces fondations dans les premières années de la vie.

La piété vraie etsalvifique n’est possible que si les conditions suivantes sont remplies :

• Notre cœur, étant toujours et partout tourné vers Dieu, doit le chercher dans toutes les affaires ;

• Suivant les traces de la Providence Divine, elle doit toujours et partout être traitée avec crainte, amour et obéissance.

• Par conséquent, toujours et partout en se souvenant de Dieu, en se tournant vers Dieu et en s’unissant à Dieu, il devrait jouir de la paix, de la joie et des consolations.

C’est la vraie piété, qui apporte à l’homme un paradis de plaisir divin ; ses bases sont présentées à un enfant jusqu’à l’âge de six ans : il doit savoir que Dieu existe, partout présent, nous regarde tous ; à ceux qui le suivent, il me donne l’écriture, la boisson, les vêtements et toutes choses ; les personnes récalcitrantes et immorales sont punies de mort; Il devrait être craint et toujours invoqué et aimé comme un père; il est nécessaire de faire tout ce qu’Il commande ; si nous sommes gentilset honnêtes, Il nous recevra au ciel, etc.

Et en ce qui concerneles bonnes mœurs, les enfants devraient être différents:

• modération: il faut leur apprendre à manger et à boire selon les exigences de la nature; ne mangez pas trop et ne débordez pas de nourriture et de boissons au-delà du besoin;

• la propreté, afin qu’ils apprennent à observer les règles de décence lorsqu’ils mangent, dans les vêtements et dans le soin du corps;

• déférence envers les aînés, afin qu’ils apprennent à respecter leurs actions, leurs paroles et leurs points de vue;

• l’attention, afin qu’ils soient prêts à tout faire immédiatement selon le signe et la parole des anciens;

• Il est impératif qu’ils apprennent à dire la vérité, que tous leurs discours soient, selon l’enseignement du Christ : ce qui est – c’est-à-dire ce qui n’est pas – n’est pas. Qu’on ne leur apprenne jamais à mentir et à dire la mauvaise chose, sérieusement ou en plaisantant;

• il est également nécessaire de les habituer à la justice, afin qu’ils ne touchent rien aux autres, ne touchent pas, ne prennent pas secrètement, ne se cachent pas et ne blessent personne;

• la charité devrait également leur être inculquée; qu’ils soient généreux, pas avares et envieux;

• il est extrêmement utile de les habituer au travail, afin qu’ils s’habituent à éviter les loisirs paresseux; il faut leur apprendre non seulement à parler, mais aussi à garder le silence là où c’est nécessaire : pendant la prière ou quand d’autres parlent ; vous devez les habituer à la patience, afin qu’ils ne pensent pas que tout devrait leur apparaître à la vague de leur main; dès leur plus jeune âge, ils doivent progressivement apprendre à freiner les passions; puisque la délicatesse (l’humanité) et la volonté de servir d’aînés est une décoration spéciale de la jeunesse, il conviendra qu’ils y soient également habitués dès l’enfance; qu’ils apprennent la grâce des manières, afin qu’ils puissent montrer de la délicatesse à chacun, être capables de saluer l’autre, de donner une main, de plier le genou, de rendre grâce pour la faveur, etc.;

• et en même temps, ils doivent apprendre à se garder avec dignité, à se comporter avec retenue et modestie en tout.

<... > Quant aux arts libéraux, ils sont divisés en trois catégories. Après tout, nous apprenons une chose - savoir, une autre - faire, la troisième - parler, ou mieux - tout (savoir, agir, parler), sauf le mal.

Au cours des sixpremières années, l’enfant apprend ce qui suit:

• il apprend les noms des éléments: feu, air, eau, terre et apprend à nommer les phénomènes de la nature - pluie, neige, apprend ce que plomb, glace, fer, etc. Il connaît les noms des arbres, des herbes et des fleurs; apprenez aussi à distinguer les animaux: qu’est-ce qu’un oiseau, un cheval, une vache, etc.; enfin, comment les parties du corps sontappelées, dans quel but elles sont destinées: oreilles - écouter, jambes - courir, etc.

• De l’optique, il leur suffira de savoir ce qu’est l’obscurité, ce qu’est la lumière et les différences de certaines couleurs plus courantes, ainsi que leurs noms.

• Il distingue le soleil de la lune, connaît les étoiles. Il connaît le lieu où il est né et où il vit : un village, une ville, une forteresse ou un château. Il sait ce que sontun champ, une montagne, une prairie, une forêt, une rivière, etc.

• qu’est-ce qu’une heure, un jour, unesemaine, un mois, une année, qu’est-ce que le printemps, l’été, etc.

• Il se souvient de ce qui s’est passé hier, aujourd’hui, l’année dernière, il y a deux ou trois ans; cependant, cette mémoire peut être floue.

• L’enfant doit savoir qui fait partie de sa famille et qui ne l’est pas.

• Connaître l’une des personnalités publiques de l’État: consul, sénateur ou juge; sachez que lescitoyens se rassemblent parfois pour des réunions, etc.

• Au cours des six premières années, l’enfant doit apprendre à comprendre quelle est la question, quelle est la réponse et répondre directement à la question proposée, et non pour que la question sur l’ail parle des oignons.

• Quant à l’arithmétique, l’enfant saura ce qui est beaucoup ou ce qui est un peu et pourra compter jusqu’à 20 ou jusqu’à 60 et comprendra que 3 est plus que 2, 3 et 1 = 4.

• Il sait ce que cela signifie petit ou grand, court ou long, étroit ou large, mince ou épais, aussi ce qui est un quart, un coude, une brasse.

• Le développement musical des enfants consistera dans le fait qu’ils pourront chanter un verset de psaumes ou d’hymnes comme souvenir. Le début de tout artisanat ou travail sera la capacité de couper, couper, couper, construire, jeter, lier, délier, empiler, s’effondrer.

Quant au développement du langage, il est amélioré par la grammaire, la rhétorique et la poétique.

• Au cours des six premières années, l’enfant doit être capable de nommer autant de choses qu’il sait, bien qu’avec des erreurs, mais clairement pour qu’il puisse être compris.

• La rhétorique est la capacité d’utiliser des gestes, ainsi que d’utiliser des expressions qu’ils entendent.

• Le début de la poétique est posé par la mémorisation de poèmes.

Ensuite, vous devez aller de l’avantavec les enfants, sans distribuer le matériel éducatif avec précision par année ou par mois pour les raisons suivantes:

• tous les parents ne peuvent pas maintenir l’ordre à la maison, comme c’est le cas dans les écoles publiques, où aucun cas exceptionnel ne perturbe l’ordre du travail;

• dans la petite enfance, tous les enfants n’ont pas les mêmes capacités: certains enfants commencent à parler dans la première année de vie, et d’autres seulement dans la deuxième ou même dans la troisième.

Donc, je vais vous montrer comment, au cours des six premières années, vous devez éduquer et éduquer vos enfants pour qu’ils comprennent les choses; dans le travail physique et dans la dextérité; dans l’art de la parole; dans les mœurs et les vertus; dans la piété; puisque la base de tout cela est une bonne santé, il sera d’abord indiqué comment, avec des soins parentaux attentifs, il est possible de garder les enfants en bonne santé et indemnes.

Chapitre V

Comment les enfants devraient-ils développer leur santé et leur force?

Puisqu’il n’est possible d’enseigner aux enfants que s’ils sont vivants et en bonne santé (après tout, vous n’obtiendrez aucun succès avec les malades et les personnes fragiles), la première préoccupation des parents est de protéger la santé des enfants. C’est la responsabilité des mères, et il est donc nécessaire de se tourner vers elles ici avec des conseils.

Les femmes, lorsqu’elles sont enceintes, devraient prendre soin d’elles-mêmes afin de ne pas nuire à leur bébé d’une manière ou d’une autre. Par conséquent, ils doivent observer l’abstinence et la modération, afin qu’en mangeant et en étant intoxiqués ou à jeun intempestif, les rhumes, etc. ne s’épuisent pas et ne sapent pas leur force, afin de ne pas détruire et affaiblir leur enfant. Les femmes doivent également éviter tout excès. Ils ne devraient pas se cogner contre quoi que ce soit, frapper quoi que ce soit ou même marcher négligemment, car tout cela est facile d’endommager un enfant faible et pas encore fort dans l’utérus. Une femme enceinte doit strictement s’abstenir de tout souci, afin de ne pas se livrer à une peur soudaine, de ne pas trop se mettre en colère, de ne pas souffrir, de ne pas souffrir, etc. Après tout, si elle ne s’en méfie pas, elle peut donner naissance à un enfant timide, irritable, agité et triste. Et pour aggraver les choses, en raison de la peur soudaine et de l’irritabilité excessive, il peut y avoir une fausse couche ou le bébé né peut être en mauvaise santé. Une femme enceinte ne devrait pas s’affaiblir avec un sommeil excessif, une léthargie et une oisiveté, mais dans l’exécution du travail, elle devrait être gaie et joyeuse. Après tout, ce qu’elle est, de la même nature, elle donnera naissance à un enfant, etc. Le reste des conseils sera donné par des médecins expérimentés et des mères respectables.

Lorsque l’enfant est déjà né, les parents doivent immédiatement s’occuper de la nutrition appropriée pour lui. Dans le même temps, il convient de prêter attention au fait que la mère elle-même était l’infirmière humide et ne poussait pas son enfant loin d’elle-même et ne changeait pas son régime alimentaire maintenant.

L’aliénation des enfants de leurs mères et l’alimentation de leur lait aux infirmières mouillées (à moins qu’elle ne soit causée par un incident inévitable ou la faiblesse des mères) est tout d’abord contraire à Dieu et à la nature, deuxièmement, nuisible aux enfants, troisièmement, désastreuse pour les mères elles-mêmes, quatrièmement, ne mérite absolument pas le respect et mérite la censure la plus forte.

Refuser des seins à vos propres enfants ne correspond pas au but de la mère.

Et quel mal est obtenu dans le cas où les enfants sont nourris non pas par la mère, mais par l’infirmière humide embauchée, je vais expliquer cela avec les exemples de trois empereurs romains.

Selon Lampridius, toute sa vie, Titus a été sujet aux maladies parce qu’il avait une infirmière malade. Caligula était une bête sauvage sous forme humaine: la raison en était attribuée non pas à ses parents, mais à l’infirmière mouillée, dont il mangeait les seins; elle, en plus d’être méchante et impie, l’a allaité, généralement en l’enduit de sang. De là, il est devenu si féroce qu’il a non seulement versé volontairement du sang humain, mais a même léché le sang laissé sur l’épée avec sa langue, ne se sentant jamais satisfait de sa soif de sang. Il osait souhaiter que tout le monde n’ait qu’un seul cou qui puisse être coupé d’un seul coup. César... Se livrait à l’ivresse: son infirmière mouillée n’était pas seulement elle-même une amoureuse du vin et une ivrogne, mais l’habituait aussi dès l’enfance à la soupe au vin.

Plus tard, en allaitant un enfant, vous pouvez progressivement l’habituer à d’autres aliments. Cet aliment doit être doux, sucré, facile à digérer.

Enseigner aux jeunes enfants les médicaments, comme certains dans la coutume, est extrêmement nocif.

Tout d’abord, les médicaments sont un obstacle à la digestion naturelle dans l’estomac et interfèrent donc avec la croissance. Les médicaments et la nourriture sont opposés les uns aux autres: la nourriture donne au corps du sang et des jus vitaux et les augmente, et la médecine les contrecarre, les enlève et les expulse. En outre, le médicament pris au-delà de la nécessité devient une habitude et perd sa force, et donc, dans les cas nécessaires, ne donne aucune conséquence, car le corps de l’enfant y est habitué. De plus, il s’ensuit (ce qui est plus important) que les enfants qui sont habitués aux médicaments à un âge tendre n’atteignent jamais le plein développement de la force et de la bonne santé, leur force est faible, ils deviennent malades, pâles, faibles, souffrent d’abcès, accélèrent leur fin et meurent prématurément.

Par conséquent, parents bien-aimés, si vous souhaitez être sage, ne donnez pas inutilement à vos enfants des médicaments, également chauds et épicés. Celui qui nourrit les enfants avec ce genre de plats et boit de telles boissons fait quelque chose de similaire à un jardinier déraisonnable qui, voulant que l’arbre pousse et fleurisse rapidement, saupoudre la racine de citron vert pour la réchauffer. Bien sûr, il est vrai que cette plante poussera plus vite et laissera partir les bourgeons, mais elle commencera rapidement à se dessécher et à se flétrir et au milieu de sa croissance, elle mourra complètement. Aux enfants et aux autres créatures à un âge tendre, Dieu a nommé et désigné le lait pour la nourriture; Et dès qu’ils peuvent être sevrés de la poitrine, ils doivent être nourris avec la même nourriture – en lui donnant cependant avec modération – à savoir: pain, beurre, céréales, légumes, eau et boissons légères aux fruits; et les enfants grandiront comme de l’herbe en coulant de l’eau; il vous suffit de leur fournir un sommeil modéré, des jeux fréquents, des mouvements légers. Les Spartiates, les plus intelligents de tous les peuples qui aient jamais vécu sur terre, particulièrement préoccupés par la bonne éducation des jeunes, étaient strictement interdits par les lois de l’État de boire du vin pour les jeunes de moins de vingt ans. Si de cette façon il était interdit aux jeunes de boire du vin, que diraient-ils maintenant de la vodka, qui détruit aussi bien les jeunes hommes que les vieillards ?

Et en général, la santé des enfants doit être surveillée avec le plus grand soin, car leur corps est fragile, les os sont mous, les vaisseaux sanguins sont faibles, pas un seul membre ne s’est encore développé complètement et parfaitement. Donc, vous avez besoin d’une prévoyance raisonnable dans la façon de prendre l’enfant dans ses bras, de soulever, de porter, de mettre, d’emmailloter, de se balancer dans le berceau, afin de ne pas l’endommager par inadvertance, peu importe comment il tombe, ne meurtrit pas, à la suite de quoi il ne perd pas la vue ou l’ouïe, ne devient pas boiteux ou infirme. Un enfant est un trésor plus cher que l’or, mais il est plus fragile que le verre, peut facilement être paralysé, et le mal qui en découle est irréparable.

Il sera également utile d’observer un mode de vie ordonné, à savoir: plusieurs fois par jour, l’enfant doit se coucher et se relever, le nourrir plusieurs fois ou le divertir avec un jeu, car cela est très utile pour la santé et constitue la base de l’ordre à l’avenir. Bien que cela puisse sembler ridicule à quelqu’un, cependant, les enfants peuvent vraiment être habitués à un ordre assez décent et agréable.

Tout comme le feu s’éteint immédiatement s’il n’a pas un afflux d’air et un mouvement constant, les enfants doivent faire des exercices quotidiens et être en mouvement. Pour ce faire, les bébés sont bercés dans des berceaux, transportés d’un endroit à l’autre, roulés dans des poussettes (jusqu’à ce qu’ils soient eux-mêmes capables de bouger et de courir). Et quand un enfant adulte commence à marcher, vous pouvez lui permettre de faire telle ou telle chose. Plus un enfant fait, court, joue, mieux il grandit, plus son estomac cuit facilement, plus il est fort physiquement et spirituellement.

Comme le dit le proverbe: une humeur joyeuse est la moitié de la santé; Sirach argumente : la joie du cœur est la vie même de l’homme. Ne négligeons pas les conseils des sages. Par conséquent, tous les parents devraient s’efforcer de faire en sorte que les enfants ne manquent pas de divertissement. Par exemple, la première année, leur humeur monte en se balançant dans le berceau, en chantant, en émettant toutes sortes de sons, en portant dans la cour ou dans le jardin ou même en s’embrassant, en s’étreignant ... En deuxième, troisième, quatrième année, ils aiment jouer, courir, écouter de la musique, des spectacles agréables, dessiner, etc. L’enfant n’a en aucun cas besoin d’être privé de ce qu’il aime et est agréable; de plus, si un intérêt est remarqué pour ce qui est agréable à la vue, à l’ouïe et à d’autres sens, cela renforcera le corps et l’esprit. Seul ce qui est contraire à la piété et aux bonnes mœurs ne devrait pas être autorisé.

Chapitre VI

Comment exercer les enfants à comprendre les choses.

C’est une question de sagesse parentale non seulement de s’assurer que leurs enfants sont en vie ou qu’ils ont accumulé autant de richesses que possible, mais aussi de s’efforcer de toutes leurs forces de remplir leur esprit de sagesse. Après tout, la sagesse est plus précieuse que les pierres précieuses et les perles, et tout ce que les gens recherchent ne peut être comparé à la sagesse.

Mais pensez-y, parents, quand vous avez besoin de commencer ces exercices de sagesse avec vos enfants. Salomon a dit qu’il avait reçu des instructions de son père dans sa petite enfance. Et bien qu’il soit le seul enfant de sa mère, cependant, elle n’interfère pas avec son éducation. De même, nos enfants dans la petite enfance peuvent avoir une compréhension des phénomènes naturels et autres.

La vie physique des nouveau-nés est de manger, boire, dormir, digérer et grandir. Ce n’est que dans la deuxième ou la troisième année qu’ils commencent à comprendre ce qu’est papa, ce qu’est maman, la nourriture ou la boisson, etc. Bientôt, ils commenceront à comprendre ce qu’est l’eau, ce qu’est le feu, ce qui est le vent, ce qui est froid, ce qu’est la chaleur, ce qu’est une vache, ce qu’est un chien, ainsi que certaines différences dans les choses naturelles. Cela leur sera inculqué par des nounous, les serrant dans leurs bras, les portant dans leurs bras et disant: « Voici un cheval, voici un oiseau, un chat, etc. » Au cours de la quatrième, cinquième, sixième année de vie, ils peuvent faire de plus en plus de progrès dans la compréhension des mêmes choses.

La lumière est la première chose qu’un enfant peut voir, et elle attire ses yeux. Cependant, il est nécessaire de surveiller les enfants et de ne pas leur permettre de regarder attentivement une lumière trop forte et des objets brillants qui atténuent l’acuité visuelle, qui ne fait que se renforcer. Nous devons les laisser regarder une lumière modérée, et surtout verte. En deuxième et troisième année, vous pouvez montrer aux enfants la beauté du firmament, des arbres, des fleurs d’eau qui coule, mettre de beaux vêtements dessus, etc., comme tous ces enfants le considèrent avec plaisir. Non seulement cela, l’acuité visuelle et les pensées se développent si les enfants se regardent dans le miroir. Dans la quatrième année et dans les années suivantes, la connaissance du monde devrait être encore élargie: il est nécessaire d’emmener les enfants au jardin, au champ, etc. ou à la rivière, afin qu’ils considèrent les animaux, les arbres, les herbes, les fleurs, l’eau qui coule, le mouvement des roues du moulin ... À la maison, ils regardaient des dessins dans deslivres, des peintures sur les murs, etc.

Dans la troisième année de vie, ils regardent le ciel et établissent une distinction entre le soleil, la lune et les étoiles. Dans la quatrième et la cinquième année, on est capable d’observer que le soleil et la lune se lèvent et se couchent; la lune est parfois pleine et parfois une faucille – cela peut et doit également être signalé aux enfants. En sixième année, vous pouvez peut-être leur dire qu’enhiver, les jours sont les plus courts, et les nuits sont les plus longues, et en été, le jour d’en face est long, et la nuit est courte, etc.

На втором и на третьем году дети знают комнату, в которой они живут. Они должны понимать, когда нужно идти гулять, есть, ложиться спать, где светло или тепло. На третьем году они запоминают, как называются помещения в доме - сени, кухня, спальня, то, что находится на дворе: конюшня, сарай, огород. На четвёртом году, гуляя, они знают, как пройти к рынку, к соседу, к дяде, к бабушке, к тётке, к своему воспитателю.

Их нужно также учить различать время, а именно: что есть день, а что — ночь, а также, что такое утро, вечер, полдень, полночь. Далее родители должны им сказать, что неделя имеет семь дней и какой день за каким следует; когда придёт праздник; когда наступит время собирать виноград.

Как только дети начнут говорить, надо им задавать вопросы: «Кто тебе это дал? Где ты был вчера? Где ты был в среду? Пусть ребёнок отвечает: у деда, у бабки, у тётки и пр. Какой подарочек ты оттуда принёс? Что обещал дать тебе твой крёстный отец?». Что-то из этого задержится в их памяти (детская память начинает собирать себе сокровища). Нужно, чтобы собирала она только доброе и полезное, а что противно добродетели, то не должно попадаться им на глаза.

Dans les quatrième et cinquième années, ils doivent s’habituer à la frugalité; distinguer les vêtements de fête des vêtements de tous les jours, et les premiers à protéger; ne déchirez pas, ne vous salissez pas. Ainsi, ils comprendront où les vêtements sont stockés - dans les coffres, les armoires qui se trouvent dans les garde-manger, les sous-sols, pour lesquels des serrures et des clés sont nécessaires. Quant aux ustensiles, ils apprennent leur but auprès des parents, des nounous, des frères ou sœurs plus âgés et d’une conversation à la maison. À ces fins, il est particulièrement utile de donner aux enfants des chevaux en bois ou en étain, des vaches, des moutons, des poussettes, des pots, des tables, des chaises, des tasses pour jouer; ils leur serviront non seulement à jouer, mais aussi à comprendre les choses. Après tout, cela signifie : enseigner la vie aux jeunes enfants.

Il est nécessaire d’enseigner et d’instruire les enfants afin qu’ils comprennent ce qui est dit en plaisantant ou sérieusement, et aussi pour qu’ils sachent quand une blague doit être répondue par une blague, et quand ils sont prononcés sérieusement. Sans aucune difficulté, ils apprendront à comprendre cela par des expressions faciales et des gestes.

L’esprit des enfants se développe également lorsqu’ils lisent des fables et d’autres histoires habilement composées. Les enfants écoutent volontiers ce genre de petites histoires et s’en souviennent facilement. Puisqu’une idée morale est mise dans des fables aussi habilement composées, elle est divertissante pour l’esprit et devrait leur être bénéfique.

Bien que les parents puissent apporter de nombreux avantages aux enfants, cependant, les pairs sont encore plus utiles aux enfants, peu importe qu’ils se disent quelque chose ou jouent. Le même âge de l’enfance, les mêmes succès, la même morale et les mêmes habitudes sont plus propices au développement mutuel, car la profondeur de l’ingéniosité ne se surpasse pas. Entre eux, il n’y a pas de désir de domination de l’un sur l’autre, pas de coercition, pas de peur, mais le même amour, la même sincérité, des questions et des réponses libres sur chaque cas. Lorsque nous tournons entre les enfants, cela manque toujours pour nous, les aînés, et ce désavantage est un obstacle à la communication.

Il est donc nécessaire non seulement de permettre, mais même de prendre des mesures pour s’assurer que les enfants assistent quotidiennement à la compagnie des enfants et jouent avec eux dans les rues ou courent avec eux. Une seule chose devrait être évitée, afin que les enfants n’entrent pas dans les communautés gâtées, ce qui devrait apporter plus de mal que de bien. Les parents prudents, remarquant qu’il existe une telle communauté dans le quartier, empêcheront facilement ce danger.

Chapitre VII

Comment habituer les enfants à une vie active et à des classes constantes.

Les enfants sont toujours prêts à faire quelque chose. C’est très utile, et donc non seulement il ne faut pas interférer avec cela, mais des mesures doivent être prises pour s’assurer qu’ils ont toujours quelque chose à faire. Qu’elles soient ces fourmis qui sont toujours occupées: quelque chose qui roule, transporte, traîne, plie, se déplace; vous avez juste besoin d’aider les enfants pour que tout ce qui se passe se passe raisonnablement, et même de leur dire comment jouer (après tout, ils ne peuvent pas encore faire des choses sérieuses). On dit que dans les temps anciens, le jeune homme voyait le commandant athénien Thémistocle jouer aux chevaux avec son fils sur une plate-forme sablonneuse. Quand Thémistocle remarqua que le jeune homme était surpris qu’un mari aussi célèbre se comporte de manière si enfantine, il lui demanda de n’en parler à personne avant qu’il n’ait lui-même un fils. Ce faisant, il a clairement indiqué qu’en devenant lui-même père, il comprendrait mieux les sentiments des parents envers leurs enfants et ne serait plus gêné par ce qu’il considère maintenant comme enfantin.

Puisque les enfants ont tendance à imiter tout ce qu’ils voient chez les autres, ils doivent être autorisés à le faire, sauf lorsqu’ils veulent utiliser des choses qu’ils peuvent se blesser, comme des couteaux, des haches, du verre, etc. Et donc vous devez avoir des jouets prêts à l’emploi: couteaux en étain, boules en bois, charrues, poussettes, traîneaux, moulins, maisons, etc.; en jouant avec eux, les enfants développeront la santé dans le corps, la vivacité dans l’esprit et la mobilité chez tous les membres. Ils construisent volontiers des maisons et font sortir des murs d’argile, de bois, de pierres; leur don naturel de construction se reflète ici. En bref, peu importe ce que les enfants veulent jouer (tant que ce n’est pas nocif), ils ont besoin d’être aidés, pas gênés. Après tout, ils n’ont rien d’autre à faire, et l’oisiveté est nocive pour l’âme et pour le corps.

Si les enfants apprennent à ouvrir la bouche pour manger, à garder la tête droite, à tourner les yeux, à prendre quelque chose avec leur main, à s’asseoir, à se tenir debout, tout cela sera plus une question de nature que d’exercice.

Au cours de la deuxième et de la troisième année, les enfants commencent à comprendre ce que signifie courir, sauter, tourner de diverses manières, jouer avec quelque chose, allumer, éteindre à nouveau, verser de l’eau, transférer quelque chose d’un endroit à l’autre, mettre, soulever, étaler, mettre, tourner, rouler, déplier, plier, redresser, casser, poignarder, etc.; tout cela devrait être permis aux enfants; de plus, si l’occasion se présente, montrez-leur comment le faire.

Les quatrième, cinquième et sixième années sont des années de travail manuel et toutes sortes de travaux de construction. L’inactivité n’est pas bon signe. Si un enfant court toujours ou fait toujours quelque chose, cela sert de preuve sûre d’un corps sain et d’un esprit vif. Par conséquent, comme il a été dit, quoi que l’enfant entreprenne, il est non seulement nécessaire d’interférer avec lui, mais il est nécessaire d’aider afin que tout ce qui est fait soit fait intelligemment et se prépare à un travail sérieux.

Dans la quatrième ou cinquième année de vie, il est nécessaire de leur offrir de la craie, du charbon, de sorte que s’ils le souhaitent, mettez des points, tracez des lignes, faites des crochets, des croix, des cercles sur papier. Vous pouvez également montrer comment procéder. Ainsi, ils apprendront à tenir de la craie dans leurs mains et à écrire des lettres et à apprendre ce qu’est un point ou une ligne; cela rendra le travail de l’enseignant beaucoup plus facile par la suite.

La dialectique ici ne peut être que naturelle et expérientielle. Comme ceux qui vivent avec des enfants se comportent - raisonnablement ou déraisonnablement, les enfants apprennent à vivre.

Les bases de l’arithmétique ne peuvent être posées que dans la troisième année, lorsque les enfants commenceront à compter d’abord à cinq, puis à dix ou au moins commenceront à prononcer clairement ces nombres, même si au début ils n’ont pas compris ce que cela signifie. Ensuite, ils peuvent voir par eux-mêmes à quoi sert le compte. Si dans la quatrième, cinquième, sixième année, ils apprennent à compter pour vingt et à distinguer rapidement que sept est plus que cinq, quinze est plus que trente, alors cela suffira. Quel nombre est pair, ce qui est impair, ils comprendront facilement à partir du jeu que nous appelons « pair-impair ». Faire de l’exercice en arithmétique plus loin sera inutile et même nuisible.

Ils sont capables d’apprendre les bases de la géométrie en deuxième année, en distinguant le grand du petit; plus tard, ils comprendront facilement ce qui est court, long, large, étroit. Au cours de la quatrième année, ils comprendront les différences de certains chiffres, par exemple, ce que nous appelons un cercle, quelle ligne, quelle croix. Enfin, ils apprendront quel pouce, un quart, un pouce, etc. ils essaieront de mesurer, de peser et de comparer l’un avec l’autre.

La musique est naturelle pour nous. Dès notre naissance, nous chantons immédiatement un chant du paradis qui nous rappelle notre chute : ah ! Euh-hein! Pleurer est notre première musique, dont il est impossible de garder les enfants, et même si c’était possible, ce serait nocif, car pleurer est bénéfique pour la santé. Après tout, bien qu’il n’y ait pas d’autres exercices dans les mouvements, la poitrine et le reste des organes internes de cette manière sont libérés de ce qui est superflu pour eux. En deuxième année, les enfants commencent à aimer chanter, jouer des instruments de musique. Les enfants ont besoin de se rencontrer à mi-chemin, afin que leurs oreilles et leur cœur soient ravis de la consonance et de l’harmonie.

En quatrième année, certains se chantent eux-mêmes; les retardataires ne devraient pas être forcés, mais devraient recevoir un sifflet, un tambourin, un instrument à cordes pour enfants dans leurs mains, desorte que, sifflant, sonnant, crépitant, ils habitueraient l’oreille à la perception de divers sons ou même les imiteraient.

En chantant avec les enfants et comme s’ils jouaient avec eux, les parents et les nounous peuvent facilement introduire ces chansons dans leur esprit, car la mémoire des enfants est devenue beaucoup plus vaste et réceptive qu’elle ne l’était auparavant.

Chapitre VIII

Comment exercer habilement les enfants dans l’utilisation du langage.

Deux caractéristiques distinguent de manière décisive l’homme des animaux: la raison et la parole; l’homme a besoin de raison pour lui-même, et de parole pour son prochain. Par conséquent, il est nécessaire d’appliquer une attention égale aux deux, afin que l’esprit et la langue soient aussi développés et améliorés que possible chez une personne. Ajoutons maintenant quelque chose sur la formation de la parole, à savoir, quand il est nécessaire de poser les bases de la grammaire, de la rhétorique et de la poétique, et de quelle manière.

À partir de six mois, mais généralement à la fin de la première année, certains sons ou même syllabes commencent à se former dans leur langue: a, e et, ba, ma, ta, etc. L’année suivante, les enfants essaient de prononcer des mots entiers. À ce moment-là, on leur demande généralement de prononcer quelques mots simples: maman, papa, tante; c’est ce qu’il faut faire, car la nature elle-même nous commande de commencer par le plus facile.

Cependant, ne les laissez pas parler incorrectement. Pourquoi une mère, une sœur, une nounou ne s’occupe-t-elle pas d’enfants qui sont déjà libres de parler et qui, pendant les jeux et les divertissements, ne leur apprendront pas à prononcer bien et clairement les lettres, les syllabes et les mots entiers (mais d’abord plus courts) ou les lettres ou syllabes individuelles?

Dans la quatrième, cinquième, sixième année, avec la compréhension du monde qui les entoure, le discours des enfants sera enrichi, ne négligez pas les exercices pour qu’ils s’habituent à appeler un chat un chat, ce qu’ils voient et ce qu’ils font. Par conséquent, vous devez souvent leur poser des questions: qu’est-ce que c’est? Qu’est-ce que vous faites? comment s’appelle-t-il? Dans le même temps, vous devez toujours faire attention au fait qu’ils prononcent les mots clairement, il n’est pas nécessaire d’exiger plus d’eux. Dans ces activités, vous pouvez utiliser des blagues et des divertissements. Par exemple, qui est le meilleur et le plus susceptible de prononcer un mot long, commeTaratanuar, Nabuchodonosor, Constantinople, etc.

Au cours de la première année de vie, nous avons tendance à introduire les enfants dans la connaissance de nous-mêmes et dans la connaissance des choses avec certains gestes et actions: lorsque nous les soulevons du lit, les mettons au lit, leur montrons quelque chose ou sourions, à travers tout cela, nous leur montrons de répéter nos actions après nous, de rire, d’étirer leurs mains, de prendre ce que nous leur donnons. De la même manière, nous apprenons à nous comprendre les uns les autres à l’aide de gestes. Un enfant en première et deuxième année peut apprendre à comprendre ce que signifie un visage joyeux et triste, ce que signifie une menace pour le doigt, ce que signifie un hochement de tête affirmatif ou négatif.

Vers la troisième année, les enfants commenceront à comprendre les expressions figuratives et à les répéter, en demandant parfois ce qu’elles signifient. Ils ne comprennent peut-être pas grand-chose à la doctrine des sentiers. Cependant, en cinquième ou sixième année, ils entendront quelque chose de similaire de leurs pairs et l’apprendront également. Il n’y a rien à craindre qu’ils comprennent ou sachent cela à cet âge, car ils auront encore assez de temps pour ces nobles mots. Je m’efforce seulement de montrer que les racines de toutes les sciences et de tous les arts sont déjà posées à l’âge tendre de l’enfant, et sur ces bases, il est tout à fait possible et pas difficile de tout construire, ne serait-ce qu’avec un être intelligent, nous agissons raisonnablement.

Dès que l’enfant commence à comprendre les mots, il commence en même temps à aimer les consonances et les rythmes. Alors quand un enfant tombe et se met à pleurer, les baby-sitters le réconfortent quelque chose comme ceci: « Mon garçon, mon bel homme, où as-tu couru? Qu’a-t-il apporté ? Si l’enfant s’asseyait tranquillement, il ne reviendrait pas avec une bosse. » Les enfants l’aiment tellement qu’ils non seulement se taisent, mais rient même. Habituellement, en les tapotantsur le manche, les nounous chantent:

« Oh, mon enfant, mon garçon, dormez, endormez-vous, fermez vos beaux yeux, ne vous inquiétez de rien. »

Ce serait bien si, au cours de la troisième et de la quatrième année, le nombre de ces chansons rimées augmentait. Laissez les nounous, tout en jouant, chanter à leurs enfants, non seulement pour les distraire des pleurs ou les endormir, mais aussi pour qu’ils soient préservés dans leur mémoire et puissent leur être utiles au fil du temps. Bien que les enfants ne comprennent plus ce qu’est le rythme ou les vers, ils apprennent à remarquer une différence entre le discours ordinaire et les poèmes. Non seulement cela, quand ils seront à l’école, ils seront heureux de savoir qu’ils ont déjà entendu des poèmes et même de les connaître par cœur. Ainsi, la poésie pour enfants consiste dans le fait que, connaissant quelques rythmes ou rimes, les enfants peuvent comprendre ce qu’est le rythme ou la poésie, et ce qu’est la simple parole. C’est suffisant pour connaître le développement de la capacité de parler et jusqu’où et à quels stades il est nécessaire de la développer chez un enfant de six ans.

Chapitre IX

Comment exercer les enfants dans la moralité et les vertus.

Si quelqu’un demandait comment, à un âge aussi tendre, on peut enseigner aux enfants ces choses sérieuses, je répondrai : les jeunes arbres sont plus faciles à faire pousser d’une manière ou d’une autre qu’un arbre mature ; de la même manière, il est beaucoup plus susceptible de guider les jeunes vers toutes les bonnes choses dans les premières années de sa vie que plus tard, en utilisant seulement quelques techniques. Ellessont les suivantes :

• un modèle constant de vertus;

• instructions et exercices opportuns et raisonnables;

• discipline modérée.

Il est nécessaire de montrer constamment aux enfants un bon exemple. Par conséquent, dans la maison où il y a des enfants, la plus grande prudence est nécessaire pour que quelque chose de contraire à la vertu ne se produise pas, mais que tout le monde observe la modération, la propreté, le respect mutuel, l’obéissance mutuelle, la véracité, etc. Si cela se produit constamment, il n’y aura pas besoin de beaucoup de mots pour l’instruction, ni de coups pour la coercition. Mais comme les adultes eux-mêmes violent souvent les règles de la moralité, il n’est pas surprenant que les enfants imitent ce qu’ils voient.

Cependant, ces techniques devront être accompagnées d’instructions opportunes et raisonnables. Il est approprié d’enseigner des mots aux enfants lorsque nous voyons que les exemples ne fonctionnent pas assez sur eux, ou lorsque, voulant imiter l’exemple des autres, ils ne le font pas assez habilement. C’est là qu’il sera utile de leur demander de se comporter de cette façon et non l’inverse : « Regardez comment je fais, comment mon père ou ma mère le fait. Lâche ça! Honte! Tu ne seras pas un grand jeune homme si tu te comportes de cette façon. » Recourir à des exhortations trop longues ou prononcer de longs discours n’est pas le moment, et cela ne mènera à rien.

Parfois, des punitions sont nécessaires. Il y a deux degrés de punition. La première étape consiste à crier après le garçon s’il se comporte de manière indécente. Cependant, cela doit être fait intelligemment pour qu’il ne soit pas choqué et en même temps qu’il ressente de la peur et prenne soin de lui-même. Parfois, cela peut être suivi d’une censure plus forte et d’un appel à sa conscience, suivi d’une exhortation et d’une menace qu’il ne le permette plus. S’il y a une correction notable dans le comportement, il sera utile de l’louer immédiatement. Après tout, les éloges et la censure raisonnables permettent d’obtenir beaucoup non seulement chez les enfants, mais même chez les adultes. Si cette première étape de la punition reste inefficace, alors une autre suivra - punir avec des bâtons ou battre avec une main afin que l’enfant revienne à la raison et surveille davantage son comportement.

Ici, je ne peux m’empêcher d’exprimer la sévère censure de l’amour du singe ou de l’âne de la part de certains parents envers leurs enfants. Fermant les yeux sur tout, ces parents permettent aux enfants de grandir sans aucune discipline et sans aucune punition. Dans de tels cas, les enfants sont autorisés à commettre tout acte inapte, à courir d’avant en arrière, à crier, à crier, à pleurer sans raison, à répondre grossièrement aux anciens, à se mettre en colère, à montrer la langue, à se permettre toute volonté personnelle - tout ce que les parents tolèrent et excusent. « Un enfant », disent-ils. - Pas besoin de l’ennuyer. Il ne le comprend pas encore. Mais vous êtes vous-même un enfant stupide. Si vous remarquez que l’enfant ne comprend pas, alors pourquoi n’éveillez-vous pas sa conscience ? Après tout, il n’est pas né pour rester un veau ou un âne, mais pour devenir un être intelligent. Ne pensez pas que votre enfant ne comprend pas. S’il comprend ce que signifie se livrer à la volonté de soi et à la colère, à la rage, à la colère, à gonfler ses lèvres, à en gronder un autre, etc., alors, bien sûr, il comprendra aussi ce qu’est une tige et ce qu’elle sert. Ce n’est pas un enfant qui manque de bon sens, mais vous, une personne stupide : vous ne comprenez pas et ne voulez pas comprendre ce qui servira au bénéfice et à la joie de vous et de votre enfant. Après tout, pourquoi la plupart des enfants deviennent-ils par la suite intransigeants envers leurs parents et les bouleversent-ils de toutes les manières possibles, si ce n’est parce qu’ils ne sont pas habitués à les respecter.

À juste titre : celui qui grandit sans discipline vieillira sans vertus. Par conséquent, la sagesse divine enseigne : « Punis ton fils, et il te calmera et donnera du plaisir à ton âme. » Si les parents n’obéissent pas à ce conseil, ils reçoivent de leurs enfants non pas du plaisir et de la paix, mais de la honte, des reproches, du chagrin et de l’anxiété. Souvent, nous entendons de telles plaintes de la part des parents: j’ai des enfants mauvais et immoraux, l’un est athée, un autre est dépensier et c’est une personne imprudente. Et qu’est-ce qui est surprenant, mon ami, si vous récoltez ce que vous semez? Avez-vous semé la volonté de soi dans leur cœur et voulez-vous récolter les fruits de la discipline? Ce serait comme un miracle : un arbre sauvage ne peut pas porter le fruit du greffé. Tant que l’arbre était tendre, il fallait veiller à ce qu’il soit greffé, plié ou redressé, plutôt que de devenir si laid. Le Dr Geiler (un célèbre prédicateur strasbourgeois qui a vécu il y a deux siècles) a dépeint ces parents très correctement: les enfants se déchirent les cheveux, se coupent avec des couteaux et le père est assis les yeux bandés.

Jusqu’à présent, il y a eu des considérations générales. Maintenant, je vais parler des vertus ci-dessus séparément: comment les enfants peuvent s’améliorer en eux décemment, raisonnablement et facilement.

La première place parmi les vertus devrait être occupée par la modération et l’abstinence, car c’est la base de la santé et la mère de toutes les autres vertus. Les enfants s’y habitueront si on leur donne autant d’écrit, de boisson et qu’on leur permet de dormir autant que la nature l’exige. Après tout, les animaux qui suivent seuls les instructions de la nature sont plus abstinents que nous. Ainsi, les enfants ne devraient manger, boire, dormir qu’à un moment où ils sont incités à le faire par la nature, à savoir lorsqu’il est évident qu’ils ont une sensation de faim, de soif et de besoin de sommeil. Les nourrir, les arroser et les mettre au lit, non seulement cela, les farcir et les déborder de nourriture ou les faire dormir au-delà de leur volonté serait fou. Il suffit qu’on leur donne tout selon les exigences de la nature. Il est nécessaire de faire attention au fait que la chasse à manger n’est pas artificiellement excitée par des plats ou des délices exquis. Après tout, ce sont des wagons graissés qui transportent plus que nécessaire, ce sont des appâts qui mènent à la gourmandise. Certes, parfois, cela ne fait pas de mal d’offrir aux enfants quelque chose de plus délicieux, cependant, donner de la nourriture composée uniquement de friandises est extrêmement nocif pour la santé et les bonnes mœurs. Les bases de la propreté peuvent commencer à être posées au cours de la première année de vie, en prenant soin de l’enfant avec autant de propreté que possible. Comment cela devrait se passer, les nounous, si elles ne sont pas dépourvues de bon sens, savent. En deuxième, troisième année, il est utile d’enseigner aux enfants qu’ils prennent décemment de la nourriture, ne tachent pas leurs doigts avec de la graisse, ne se tachent pas avec de la nourriture saupoudrée, ne font pas de bruits en mangeant, ne sortent pas la langue, etc. Les enfants doivent boire diligemment, sans se pulvériser. Dans les vêtements, vous devez exiger toutes sortes de propreté afin qu’ils ne traînent pas les vêtements sur le sol, ne les tachent pas et ne les tachent pas intentionnellement. Les enfants sont également caractérisés par un manque d’intelligence, et les parents, pour une raison stupide, ferment les yeux sur tout cela.

Les enfants s’habitueront facilement à lire leurs aînés s’ils apprennent que les aînés se soucient d’eux et qu’ils y sont très attentifs. Donc, si vous vous tournez souvent vers l’enfant, vous le condamnerez et le punirez, ne vous inquiétez pas, il aura du respect pour vous. Et si les enfants ont droit à tout, comme le font habituellement les parents qui aiment excessivement les enfants, il ne fait aucun doute que les enfants vivront dans leur volonté et leur entêtement. Aimer les enfants est une question de nature, et cacher votre amour est une question de prudence. Sirach avait tout à fait raison de dire qu’un cheval non monté serait têtu et qu’un fils gâté serait condamné à mort. Il est donc préférable de garder les enfants dans la rigueur et dans la peur que de leur révéler la profondeur de leur amour et d’ouvrir ainsi la porte à la volonté de soi et à la désobéissance. Il est également bon de donner aux autres le droit de blâmer les enfants, afin que, où qu’ils soient (et pas seulement au vu et au su de leurs parents), ils soient habitués à se retenir et à cultiver ainsi la modestie et le respect de tous. Par conséquent, il est imprudent et complètement déraisonnable d’agir contre ceux qui ne permettent à personne de regarder leurs enfants avec méfiance. Et si quelqu’un a dit quelque chose ou fait une remarque, les parents commencent à les défendre, même en présence des enfants eux-mêmes. Grâce à cela, le sang chaud, chevauchant précisément le cheval, donne une liberté totale à la volonté de soi et à l’arrogance. Et donc il faut se méfier de ça.

Il est nécessaire avec la plus grande persévérance d’amener les jeunes à une véritable obéissance. S’il apprend à restreindre sa propre volonté et à exécuter la volonté de quelqu’un d’autre, alors à l’avenir, cela deviendra la base des plus grandes vertus. Nous ne permettons pas à une plante tendre de pousser à volonté, mais nous l’attachons à une cheville de sorte que, lorsqu’elle est attachée, il est plus facile de soulever sa partie supérieure et de gagner en force. Par conséquent, Terentius a dit à juste titre: « Nous devenons tous pires de la volonté de soi. » Ainsi, chaque fois qu’un père ou une mère dit à un enfant: « Ne touchez pas ceci, asseyez-vous, donnez un couteau, donnez ceci ou cela », etc., vous devez vous assurer qu’ils font immédiatement ce qu’on leur ordonne de faire. Et s’ils souhaitent montrer de l’entêtement, alors il peut facilement être brisé par des cris ou une punition raisonnable.

Les Perses cherchaient à enseigner aux enfants l’abstinence et la véracité. Et non sans raison, puisque le mensonge et l’hypocrisie rendent une personne haineuse pour les gens. Le mensonge est le vice des esclaves, et tout le monde devrait l’abhorrer, comme l’a dit Plutarque. Il est donc nécessaire d’exiger des enfants qu’ils ne nient pas ce qu’ils ont fait s’ils ont gâché quelque chose, mais qu’ils avouent modestement et, d’autre part, qu’ils ne disent pas ce qui ne s’est pas passé. Par conséquent, Platon interdit de lire des contes de fées et des fables fictives en présence d’enfants, et veut donner aux enfants de la littérature sérieuse à la fois. Par conséquent, je ne sais pas comment il est possible de justifier les parents qui enseignent aux enfants à rejeter la responsabilité de l’offense sur les autres, et si les enfants peuvent le faire, alors les enseignants en font une blague et un plaisir. Mais qui est le plus grand mal de cela, sinon l’enfant? S’il apprend à remplacer un mensonge par une blague, alors il apprendra à mentir.

Le désir de posséder les choses des autres n’infecte pas encore cet âge tendre, si les enfants ne sont pas gâtés par les nounous ou ceux qui ont soin d’eux. Cela se produit si, en présence d’enfants, un enfant enlève les biens d’un autre et les cache ou prend secrètement de la nourriture pour lui-même, ou empiète sur celui de quelqu’un d’autre. Les enfants apprennent à imiter, en cela ils sont de vrais singes; parce que quoi qu’ils voient, cela leur colle à la peau, et ils font de même. Ainsi, les nounous ou ceux qui s’occupent des enfants doivent se comporter en leur présence avec la plus grande prudence.

Les enfants apprendront la cordialité et la charité (envers les autres) au cours de ces premières années s’ils voient leurs parents faire l’aumône aux pauvres, ou s’ils reçoivent eux-mêmes l’ordre de la prendre, ou si parfois on leur dit de donner aux autres quelque chose qu’ils ont. Quand ils le font, ils devraient être félicités pour cela.

Nos ancêtres disaient que l’oisiveté est l’oreiller de Satan. Ainsi, il est prudent dès un âge tendre de ne pas laisser une personne inactive, mais de l’occuper constamment de travaux, car de cette façon, la route vers le pire tentateur est bloquée. Il vaut mieux jouer que d’être inactif, car pendant le jeu, l’esprit est toujours occupé par quelque chose. Ainsi, sans aucune difficulté, les enfants peuvent très facilement s’entraîner à se préparer à une vie active, puisque la nature elle-même les oblige à faire quelque chose.

Alors que les enfants apprennent encore à parler, ils ont besoin d’avoir la liberté de parler et de babiller autant que possible. Mais une fois qu’ils auront appris à parler, il leur sera très utile de leur apprendre à garder le silence aussi. Nous voudrions qu’ils ne soient pas des statues muettes, mais des créatures intelligentes. Quiconque pense, a dit Plutarque, que le silence est une question insignifiante, est déraisonnable. Le début d’une grande sagesse est la capacité d’utiliser le silence à bon escient. Le silence n’a certainement blessé personne, mais beaucoup ont été blessés par ce qu’ils ont dit. Le mal ne l’a peut-être pas été, mais comme les deux – parler et rester silencieux – sont le fondement et la décoration de toute notre conversation pour la vie, ils doivent être inséparables afin que nous ayons immédiatement l’occasion d’utiliser les deux. Ainsi, les parents devraient apprendre aux enfants à écouter silencieusement tous les ordres du père ou de la mère. Ayant appris à garder le silence, les enfants, avant de parler ou de répondre aux questions, réfléchiront à ce qu’il faut leur dire raisonnablement et à la façon de le leur dire. Car dire tout ce qui vient à la langue est insensé, et ne convient pas à ceux que nous voulons faire des êtres intelligents.

Un enfant peut apprendre la patience s’il n’y a pas d’effémination excessive et d’indulgence excessive dans l’éducation. Par exemple, un enfant têtu qui crie et pleure cherche à réaliser ce qui lui est venu à l’esprit. L’autre montre sa colère, sa colère, sa soif de vengeance en mordant, en donnant des coups de pied, en se grattant et d’autres façons. De tels prétextes ne sont pas naturels, ils germent de l’ivraie et, par conséquent, les parents et les nounous devraient les traiter avec beaucoup de jugement et les supprimer également à la racine. Au premier âge, c’est beaucoup plus facile à faire que plus tard, lorsque la colère s’enracinera profondément. Ils disent en vain : « C’est un enfant, il ne comprend pas. »

Il a déjà été dit plus haut que ces personnes elles-mêmes sont dépourvues de raison. Il est vrai, cependant, que les herbes inutiles que nous ne pouvons pas retirer immédiatement une fois qu’elles commencent à pousser hors du sol, car nous ne pouvons pas encore reconnaître correctement les mauvaises herbes des herbes semées et ne pouvons pas les arracher avec notre main. Cependant, il est également vrai que vous ne devriez pas attendre qu’ils grandissent, car plus tard, l’ortie brûlera plus fort, le chardon vous piquera davantage les mains et les herbes utiles seront noyées et mourront. Et lorsque l’épine noire, qui a déjà posé de fortes racines, est arrachée de force, les racines de la culture qui pousse à proximité sont souvent minées. Donc, dès que vous remarquez l’ivraie, les orties et les épines, retirez-vous immédiatement. Les plantes les plus cultivées avec succès pousseront. Si vous voyez que l’enfant veut manger et manger du miel, du sucre et des fruits au-delà du besoin, vous serez plus intelligent que lui et ne le permettrez pas; emmenez-le, empruntez autre chose, ne faites pas attention à ses pleurs; en pleurant, il s’arrêtera et le désapprendra. S’il souhaite se comporter avec audace et effronterie, ne vous sentez pas désolé pour lui, criez-lui dessus, punissez-le physiquement, retirez-lui ce qui le fait pleurer. Ainsi, il comprendra enfin que vous devez obéir à votre volonté et ne pas vous efforcer d’obtenir ce qui l’attire. Pour un tel accueil éducatif, un enfant de deux ans est assez mature; cependant, des soins sont nécessaires pour que l’enfant ne soit pas irrité ou en colère. Car dans ce cas, vous lui auriez vous-même ouvert la voie pour qu’il ignore vos exhortations et vos punitions.

Pour habituer les enfants au travail et à la serviabilité, il ne faut pas beaucoup de travail, car ils saisissent eux-mêmes tout, tant qu’ils ne sont pas interférés et si seulement on leur apprenait comment cela devrait être fait avec prudence. Alors, que le père ou la mère demande constamment aux enfants de faire ce qu’ils pourraient faire eux-mêmes : « Mon garçon, donne-moi ceci ici. Ramassez-le, mettez-le sur le banc. Podi, appelle Vanya. Dis à Annushka de venir à moi » ; tout est en fonction de sa force. En outre, les enfants doivent être formés à la rapidité et à l’agilité (agilité, desorte que lorsqu’on leur confie quelque chose, ils quittent les jeux et tout le reste et le fassent le plus rapidement possible. Cette volonté d’obéir aux aînés devrait être apprise par les enfants dès leur plus jeune âge, et ensuite elle leur servira de grande décoration.

Quant à la politesse, les parents peuvent l’enseigner à leurs enfants autant qu’ils sont eux-mêmes capables d’être polis. Mignon sera l’enfant qui, à la fois envers ses parents et envers les autres, se comporte avec respect et affabilité; pour certains, c’est une sorte de qualité innée, d’autres devraient la pratiquer, et cela ne devrait pas être négligé.

Enfin, pour que cette affabilité et cette affection ne soient pas déraisonnables, elles doivent être tempérées par la modestie et le sérieux. Lorsque l’âne, dont parle la fable, voyant que le chien caresse son propriétaire, remuant la queue et sautant sur sa poitrine, a essayé de faire de même, au lieu de le remercier, il a reçu des coups avec un bâton. Cette fable peut être racontée aux enfants afin qu’ils comprennent ce qui est quoi.

Et pour qu’ils sachent ce qui est décent et ce qui est indécent, il faut leur apprendre à s’asseoir correctement, à se lever, à marcher décemment, sans se tortiller, sans tituber, sans se balancer; comment ils devraient demander s’ils ont besoin de quelque chose, comment rendre grâce quand on leur donne quelque chose, comment saluer quelqu’un, comment enlever leur chapeau, garder leurs mains calmes et bien plus encore sur les bonnes et bonnes manières et habitudes.

Chapitre XI

Combien de temps les enfants devraient-ils être gardés dans l’école d’une mère?

Tout comme les petites plantes qui ont poussé à partir de leurs graines sont transplantées dans le jardin afin qu’elles poussent mieux et portent des fruits, de même les enfants élevés sous le couvert de la mère, renforcés mentalement et physiquement, pour une meilleure croissance, doivent être transférés aux soins d’un enseignant. Après tout, un arbre déplacé vers un autre endroit pousse toujours plus haut et le fruit du jardin est toujours plus savoureux que le fruit des champs. Mais quand et comment cela devrait-il être fait? Je ne conseillerais pas de libérer les enfants du domicile de leur mère et de les remettre aux enseignants avant l’âge de six ans pour les raisons suivantes.

Un âge trop jeune nécessite plus de soins pour lui-même qu’un enseignant qui a beaucoup d’enfants à sa charge peut lui donner. Il est donc préférable pour eux de rester sous la maison de leur mère pour le moment.

Ensuite, il est plus sûr que le cerveau soit complètement plus fort avant de commencer à travailler, et chez un enfant dans la cinquième ou sixième année, dès que toute la formation du crâne se termine et que le cerveau devient solide. Donc, pour cet âge, ce qui est donné à la maison est suffisant, bien sûr, imperceptiblement et comme dans le jeu.

De plus, il serait complètement inutile que nous agissions différemment. Si vous prenez une bouture qui est encore faible pour la greffe, elle se développera lentement, mais si elle est plus forte, elle poussera plus vite. Un jeune cheval attelé dans un chariot trop tôt devient plus faible, mais si vous lui donnez assez de temps pour grandir, il sera plus chanceux et récompensera ce retard.

Et enfin, il n’est pas si long d’attendre la sixième ou le début de la septième année, à moins qu’il n’y ait une pénurie de choses à la maison que les enfants peuvent renforcer au cours de ces premières années de leur vie. Si un enfant a déjà commencé à acquérir des compétences en piété et en bonnes manières (en particulier en révérence, obéissance et obéissance envers les anciens), ainsi qu’en sagesse, en accomplissant rapidement un acte, en prononciation claire des mots, alors il ne sera pas trop tard s’il entre à l’école pendant six ans.

Au contraire, je ne conseillerais pas de garder un enfant à la maison pendant plus de six ans, car pendant cette période, vous pouvez facilement terminer ce que vous devez apprendre à la maison. Et si alors vous n’envoyez pas immédiatement l’enfant dans une vraie école, sans aucun doute, il s’habituera à des loisirs inutiles. De plus, il faut craindre qu’à la suite de ce loisir inutile, il n’acquière pas tel ou tel vice, qui alors, comme l’ivraie nuisible, pourrait difficilement être arraché. Donc, la meilleure chose à faire est de continuer ce qui a déjà été commencé.

Cependant, cela ne doit pas être compris inconditionnellement, comme si la transition vers l’école ne devait nécessairement avoir lieu qu’après avoir atteint l’âge de six ans. En fonction des capacités de l’enfant, cette période peut être prolongée, ou réduite de six mois, voire d’une année entière. Après tout, certains arbres portent des fruits même au printemps, d’autres en été, d’autres en automne.

Et bien que certains enfants (avant six, cinq ans et même jusqu’à quatre ans) aimeraient voler haut, il sera bon de les retenir plutôt que de leur permettre de le faire, et encore plus de les encourager à le faire. Sinon, celui qui veut être médecin avant l’heure ne sera guère un célibataire, et parfois même se révélera être un imbécile, comme la branche de raisin, qui pousse d’abord luxueusement et apporte des raisins en grande quantité, se lèvera, cependant, affaiblira la racine et sera de courte durée. Il y a, au contraire, des enfants plus arriérés, avec lesquels il ne sera guère possible de commencer quoi que ce soit en septième ou huitième année.

Signes par lesquelsil est possible de tirer une conclusion sur la préparation des enfants à fréquenter les écoles publiques:

• si l’enfant sait ce qu’il doit savoir à l’école maternelle;

• si l’attention et la réflexion sur les questions proposées et une capacité connue de juger y sont remarquées;

• s’il a en outre un certain désir de formation continue.

Chapitre XII

Comment les parents devraient préparer leurs enfants à l’école.

Toutes les affaires humaines exigent de la prudence et une bonne préparation. Ainsi, les parents devraient envoyer leurs enfants à l’école pour l’éducation délibérément et, surtout, ils devraient eux-mêmes réfléchir à ce qu’ils ont à faire, et ouvrir les yeux des enfants pour qu’ils pensent à la même chose.

Il n’est donc pas sage pour les parents qui, sans aucune préparation, emmènent leurs enfants à l’école, comme les veaux à l’abattoir ou le bétail dans le troupeau; puis laissez l’instituteur souffrir avec eux, les tourmenter comme il veut. Mais encore plus fous sont ceux qui ont fait un épouvantail d’un enseignant, et des donjons scolaires et qui y conduisent encore des enfants. Cela se produit si les parents ou les serviteurs en présence d’enfants parlent des punitions scolaires, de la rigueur des enseignants, du fait que les enfants ne joueront plus, etc. « Je vous enverrai à l’école », disent-ils, « vous vous calmerez, ils vous fouetteront, attendront seulement », etc. De cette façon, non pas la douceur se développe chez les enfants, mais le désespoir et la peur servile des parents et des enseignants.

Ainsi, les parents, les éducateurs et les soignants raisonnables et pieux feront ceci: lorsque viendra le temps d’envoyer leurs enfants à l’école, ils les encourageront, tout comme la foire ou la cueillette des raisins arrive, en disant qu’ils iront à l’école avec d’autres enfants et apprendront et joueront avec eux. Un père ou une mère peut également promettre à un enfant de beaux vêtements, un chapeau élégant, un beau tableau d’écriture, un livre et quelque chose de similaire, et parfois montrer ce qui est déjà préparé pour l’enfant (le jour du départ pour l’école). Cependant, cela ne devrait pas être donné (de sorte que les enfants deviennent de plus en plus enflammés par le désir).

Il est également bon d’expliquer aux enfants à quel point c’est une bonne chose d’aller à l’école et d’apprendre. Après tout, de ces enfants naissent des gens importants, des patrons, des médecins, des sénateurs, des gens exceptionnels, glorieux, riches et sages que les autres devraient traiter avec révérence. Ainsi, il est beaucoup mieux d’aller à l’école que de languir à la maison à cause de l’oisiveté ou de courir dans les rues. Et pour qu’ils se familiarisent avec ces activités à l’avance, cela ne fait pas de mal de leur donner de la craie dans leurs mains, avec laquelle ils pourraient dessiner sur des bancs, sur une table ou sur un tableau donné pour tracer des lignes, dessiner ce qu’ils veulent: tasses, croix, cercles, étoiles, chevaux, arbres, etc., qu’ils le transmettent correctement ou non - peu importe, tant qu’ils n’en profitent que. Il est impossible que cela reste sans conséquences: après tout, à l’école, il leur sera plus facile d’écrire des lettres et de les distinguer, et en général, il ne faut pas perdre de vue tout ce qui peut être inventé pour susciter chez les enfants un amour pour l’école.

En outre, les parents devraient inculquer aux enfants l’amour et la confiance dans les futurs enseignants. Parfois, il est nécessaire de mentionner l’enseignant d’une manière amicale et de louer généralement son érudition et sa sagesse, sa courtoisie et sa gentillesse, en soulignant qu’il est une personne exceptionnelle, qu’il en sait beaucoup, qu’il est affectueux envers les enfants et qu’il les aime. Et bien qu’il soit vrai qu’il punit certains, mais seulement immoraux et désobéissants, qui le méritent, et il ne punit jamais l’obéissant. Avec tout cela, il montre comment écrire ou lire quelque chose, etc. En parlant avec les enfants d’une manière aussi enfantine, les parents devraient éliminer toute peur de l’école chez les enfants. Ensuite, vous devez également demander: « Serez-vous obéissant? » Si l’enfant dit qu’il sera obéissant, il faut lui dire que l’enseignant l’aimera. Et pour que l’enfant connaisse son futur professeur et qu’il comprenne correctement ce qui lui a été dit et soit fortifié dans cette espérance, la mère ou le père peut parfois envoyer un cadeau à l’enseignant.

Ensuite, l’enseignant (se souvenant de son devoir) lui parlera affectueusement, lui montrera quelque chose qu’il n’a pas vu (un livre, un dessin, un instrument de musique ou de mathématique et quelque chose que l’enfant peut apprécier). Parfois, l’enseignant donnera aussi à l’enfant quelque chose: un tableau d’écriture, une bouteille d’encre ou quelque chose de similaire. Et pour que l’enseignant ne soit pas lésé par cela, les parents (pour le bien desquels cela se produit) peuvent et doivent en quelque sorte compenser cela ou envoyer quelque chose en avant. Ainsi, l’enfant traitera l’école et les enseignants avec joie et disposition, surtout s’il manifeste une nature noble. Ici, la moitié du travail sera faite par celui qui commence si bien; après tout, l’école elle-même ne sera que du plaisir pour lui, et les enfants progresseront avec joie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article