Pages

Archives

Publié par Gilles Andecq

Ce texte va sans doute vous perdre il ne fait que mettre en lien le sens premier d'idiotie (comme chez Descartes, Flaubert, Dostoïesvki, Kafka, Bernhard, etc. ...) avec le fait que le Capital est la limite de notre monde, sa limite singulière. L'acosmisme modifie le "monde", aniticipe la fin du capitalisme, qui est toujours dans la surenchère, dans ce que la philosophie a nommé depassement au XIXe siècle.

Pierre-Yves Rougeyron joue les oracles du monde « cosmiste » et assène ses belles paroles qui n’ont aucun sens dans l’acosmisme où nous nous situons à présent. « l'Occident n’a qu’à qualifier la réalité pour que la réalité advienne. En réalité, il est grand temps qu'on se rende compte et ça c'est une révolution géopolitique. La parole de l'Occident ne vaut plus rien. Désolé mais tant qu'on n'a pas compris ça, on n'a pas compris le monde dans lequel nous vivons. Nous ne sommes plus les modèles, nous. Tout le monde entier n'attend pas après nous. » Ce gouffre qui engloutit les modèles, leur signifiance, leur efficience par le châtiment, la peine est le pendant de l’attrition que constituait l’endurance du concept, sa négativité, ce que l’on nomme aussi l’aridité de l’abstraction (le discret, le symbole pour parler herméneutique, ésotérique, mathématique de l’infini), mais il y avait l’attrition du monde réel ou classique celui qui oscille entre décence et survie, entre ennui et douleur, selon le pessimisme qui a longtemps eu cours. Toute la littérature de la fin du XIXe siècme et du XXe siècle en est marquée. Cette attrition ou grande négativité est celle de la perte. Assumer l’endurance et la perte telle est la philosophie – lorauesque en ses point fondamentaux que nous avons hérités joyeusement. Les mots, les concepts, les idées n’ont plus de sens, mais les termes – Ramond, introduction au Vocabulaire de Derrida – ont un propos par leur enchaînement qui en dégagent des enjeux. On ne fonctionne plus en termes de vérité mais d’importance. Chantage de l’urgence, dirait Derrida. Bref ce n’est pas grave que l’occident disparaisse (les romains, les chrétiens), tant que le monde judéo-grec persiste, comme par homépathie, mélangé qui plus à la veine francique, germanique.

 

 

« Le Capital est idiot par essence » C’est la limite du Tout de l’humanité, la limite du monde tel que définie dans Mille Plateaux, il est singulier.

https://youtu.be/SkSC1P794sk?t=847

« Le monde est idiot »

 

L’idiotie du réel laisse perplexe

Il y a une montée du flou (Vincent Cespédès), de l’insignifiance dirait Cornélius Castoriadis.

 

https://youtu.be/SkSC1P794sk?t=975

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article