. . . . BIENVENU·E . . . .

 

Anciennement www.paris8philo.com, ce site, créé en 2006 lors du mouvement anti-CPE, a rendu compte de l'actualité et de l'expérimentation à Paris 8. Il s'occupe plus largement de rendre compte d'une transformation dans les paradigmes philosophiques suivant la pensée du Dehors ou du Surpli, omme la nomme les métaphysiciens classique. Nous avons quant à nous déjà basculé d'emblée dans la modernité quantique, résolvant la plupart des impasses philosophique du WWe siècle. Cette pensée hors contrat est la marque d'une complexité, riche de multiples facteurs et échelles. Ce site contient des articles pour être apte à un plus grand nombre de choses.

Pour nous soutenir abonnez-vous à la newsletter gratuite (2 mails par mois), commentez sans hésitation, partagez le contenu sur les réseaux et si vous le pouvez faîtes des liens depuis votre site.

Bonne lecture :) 

 

Accueil

 

Liens vers sites

Archives

Publié par Anthony Le Cazals

HAPTOLOGIE / Le non-conscient

S'il y a du subconscient jungien, il est dans l'ère du temps, il est "social", au dehors, il  relève de l'outrance acceptable à une époque. Toute "société" possède un système de fonctionnement plus que de défense qui maintient dans la discrétion ou en sourdine ce qui pourrait transgresser ce qui est recevable.

La question soulevée par Bachelard et Castoriadis est le peu d'attention de Freud à l'imaginaire, ils écartait donc le rêve ensommeillé (qui l'étude freudienne faisait dire à  Kafka qu'il est la perpétuation de 5000 ans de tradition juive). Se souvenir des rêves est très lié au processus de névrose. On interagit jamais directement avec le matériau de ses rêves , on l'interprète toujours par le Verbe et l'Image. La réalité se soustrait à ces deux dimensions qui participent du symbole.

Le réel n'est encore que la part de réalité pensable par l'idéalisme, saisissable par la pince de la dialectique. Bensaïd se posait la question de ce que pouvait être l'homme réel chez un dialecticien comme Marx. Le glissement de la langue avait opéré (comme on décale un emporte-pièce à la verticale du vide).

On retrouve le non-conscient dans tout ce qui active nos organes ainsi que l'énorme processus de digestion qui prend une grande part de notre énergie - 25 %. On le retrouve aussi dans le traitement automatique de l'information, ce uiq permet à l'attention se concentré sur quelques éléments. Cela se distingue du traitement analytique de l'information qui est coûteux en energie et qur lequel se base l'attitude critique. Le fait que le traitment de l'information soit automatique pour la plus grande part se retrouve dans le fait qu($e l'on n'est pas conscient d'avoir été soumis aux impacts mais pour autant notre cerveau traite ces informations.

Si la dialectique est la réfutation successives du "faux", bref de l'approximatif, il ne faut jamais se couper de la puissance du faux, de l'entrain que génère sa fiction, de l'enchaînement démonstratif, lequel a à voir chez les platoniciens et les aristotélicien avec le critère du beau plus qu'avec le vrai.

Les états où le sbuconscient - non plus comme interdit morale ancré - se font jour publiquement se retrouve sans l'hypnose de rue (ou STREET HYPNOSE), il vous suffit de chercher...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article