. . . . BIENVENU·E . . . .

 

Anciennement www.paris8philo.com, ce site, créé en 2006 lors du mouvement anti-CPE, a rendu compte de l'actualité et de l'expérimentation à Paris 8. Il s'occupe plus largement de rendre compte d'une transformation dans les paradigmes philosophiques suivant la pensée du Dehors ou du Surpli, omme la nomme les métaphysiciens classique. Nous avons quant à nous déjà basculé d'emblée dans la modernité quantique, résolvant la plupart des impasses philosophique du WWe siècle. Cette pensée hors contrat est la marque d'une complexité, riche de multiples facteurs et échelles. Ce site contient des articles pour être apte à un plus grand nombre de choses.

Pour nous soutenir abonnez-vous à la newsletter gratuite (2 mails par mois), commentez sans hésitation, partagez le contenu sur les réseaux et si vous le pouvez faîtes des liens depuis votre site.

Bonne lecture :) 

 

Accueil

 

Liens vers sites

Archives

Publié par Anthony Le Cazals

 

Je suis à présent homme de métier pris dans la vita activa et non plus métaphysicien de la vita contemplativa qui se débrouillerait avec la « vérité » comme vous dites. Schopenhauer en son temps a défini l'architecture comme un métier, si les architectes sont une profession libérale c'est en raison de la formation à une profession opérée en externe par l’État et du passe-droit que constitue le fait d'être diplômé. Cela offre une licence mais pas la commande parfois nommée « clientèle ». La prise de risque nécessaire passe par une transmutation où pensée = autonomie ou « liberté » et par un retour sur soi au travers de notations. C’est même le partage du processus et de la trajectoire qui ajoute de la valeur, via internet ou les médias classiques.


Illustration. — Les œuvres de l'architecture, contrairement à celles des autres arts, n'ont que très rarement une destination purement esthétique, elles sont soumises à d'autres conditions étrangères à l'art, tout utilitaires, par suite, le grand mérite de l'artiste consiste à poursuivre et à atteindre le but esthétique, tout en tenant compte d'autres nécessités, pour arriver à cette conciliation, il lui faut tâcher d'accorder par divers moyens les fins esthétiques avec les fins utilitaires, il lui faut déterminer avec sagacité quel est le genre de beauté esthétique et architectonique qui se prête, qui convient à la construction d'un temple, d'un palais, d'un arsenal. À mesure que la rigueur du climat multiplie les exigences et les besoins de la pratique, à mesure qu'elle les rend étroites et impérieuses, la recherche du beau en architecture se renferme dans un champ plus restreint. Toutes ces nécessités de la pratique sont, pour l'architecture, autant d'entraves, pourtant elles lui procurent, d'autre part, un puissant point d'appui, car, vu les dimensions et le prix de ses ouvrages, vu la sphère restreinte de son activité esthétique, elle ne pourrait subsister uniquement comme art, si, en sa qualité de profession indispensable, elle n'obtenait en même temps une place sûre et honorable parmi les métiers. Schopenhauer.


J’ai compris que l’intuition n’est rien d’autre que mon expérience métabolisée. Quand je regarde un projet, je suis plus rapide que les autres, je vois tout de suite ce qu’il y a d’important PiaCT_247-248. Mais il ne s’agit pas de génie ; c’est le métier qui compte.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article