. . . . BIENVENU·E . . . .

 

Anciennement www.paris8philo.com, ce site, créé en 2006 lors du mouvement anti-CPE, a rendu compte de l'actualité et de l'expérimentation à Paris 8. Il s'occupe plus largement de rendre compte d'une transformation dans les paradigmes philosophiques suivant la pensée du Dehors ou du Surpli, omme la nomme les métaphysiciens classique. Nous avons quant à nous déjà basculé d'emblée dans la modernité quantique, résolvant la plupart des impasses philosophique du WWe siècle. Cette pensée hors contrat est la marque d'une complexité, riche de multiples facteurs et échelles. Ce site contient des articles pour être apte à un plus grand nombre de choses.

Pour nous soutenir abonnez-vous à la newsletter gratuite (2 mails par mois), commentez sans hésitation, partagez le contenu sur les réseaux et si vous le pouvez faîtes des liens depuis votre site.

Bonne lecture :) 

 

Accueil

 

Liens vers sites

Archives

Publié par Andécave

Jean-Alexandre Plocque (1807-1877)

Ami et condisciple d’Auguste Blanqui* au lycée Charlemagne, qu’il retrouva à la faculté de droit, où il avait pris sa onzième inscription en avril 1828. Alexandre Plocque avait interrompu ses études en octobre 1828 pour partir en Morée avec son ami dans un corps expéditionnaire destiné à aider le Péloponèse à se libérer de la domination turque. Mais la route des deux amis passait par le pays niçois, dont Blanqui élaborait un plan pour sa libération de l’occupation piémontaise, et l’arrestation de son ami interrompit le voyage.
Nous ne savons pas quand Plocque rentra à Paris, mais l’on peut penser qu’il resta en Provence jusqu’en mars 1829 et rentra à Paris laissant Blanqui faire un détour par l’Espagne. Les deux amis durent se retrouver en août 1829, mais semblent n’avoir repris le chemin de l’École de droit qu’après les journées de Juillet. Plocque fut l’un des 9 étudiants en droit décorés de Juillet. et reprit sa douzième inscription en novembre 1830. Demeurant 20, rue de Condé (XIe arr., maintenant VIe), il était membre de la Société des Amis du Peuple depuis sa création, il participa à l’organisation de la Société des Écoles, malgré les interdictions du pouvoir. et fut privé de 4 inscriptions par le conseil académique du 22 janvier 1831. Arrêté avec Blanqui et Sambuc* le 23 janvier 1831 à la suite d’incidents survenus après le Conseil académique, il fut écroué le 25 à La Force pour provocation à commettre des délits, et libéré le 12 février 1831 pour non lieu, après avoir co-signé les lettres de protestation des détenus. Il s’inscrivit au barreau en 1832, et comparut en décembre, au procès dit du droit d’association, devant la cour d’assises avec d’autres co- inculpés de la société des Amis du peuple. A la barre, il ne se contenta pas de défendre le droit d’association, il exaltait aussi la république. Il commença à se faire connaître comme défenseur des inculpés d’avril 1834, défendit des inculpés des procès des poudres etc... Il fut élu membre du conseil de l’ordre en 1845 et bâtonnier en 1858.

Son numéro d'auteur à la BNF : ISNI 0000 0003 6249 5910

Sources :
— Arch. Dép. Paris (Seine), registres d’écrou DY/4 5-7704.
— M. Dommanget, Auguste Blanqui. Des origines à la Révolution de 1848. Premiers combats et premières prisons, Paris, Mouton, 1969.
— J.-Cl. Caron, La société des Amis du Peuple (1830-1833), mémoire de maîtrise, sous la direction de Louis Girard, Paris IV, 1978.
— J.-C. Caron, La Jeunesse des Écoles, Paris 1815-1848, thèse de doctorat, sous la direction de Maurice Agulhon, Paris I, 1989.
— L.-A. Blanqui, œuvres I. Des origines à la Révolution de 1848, textes présentés par D. Le Nuz, Nancy, Presses Universitaires, 1993.
— notice Jean-Alexandre Plocque par J. Risacher, mise en ligne sur Le Maitron le 20 février 2009. http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article36360,

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article