. . . . BIENVENU.E . . . .

;)


Anciennement www.paris8philo.com, ce site, créé en 2006 lors du mouvement anti-CPE, a rendu compte de l'actualité et de l'expérimentation à Paris 8. Il s'occupe plus largement de rendre compte d'une transformation dans les paradigmes philosophiques suivant la pensée du Dehors ou du Surpli, omme la nomme les métaphysiciens classique. Nous avons quant à nous déjà basculé d'emblée dans la modernité quantique, résolvant la plupart des impasses philosophique du WWe siècle. Cette pensée hors contrat est la marque d'une complexité, riche de multiples facteurs et échelles. Ce site contient des articles pour être apte à un plus grand nombre de choses.

Pour nous soutenir abonnez-vous à la newsletter gratuite (2 mails par mois), commentez sans hésitation, partagez le contenu sur les réseaux et si vous le pouvez faîtes des liens depuis votre site.

Bonne lecture :) 

 

Accueil

 

Liens vers sites

Archives

Publié par Patrice Tardieu


J’aimerais revenir sur la question de la « polémologie » ( du mot grec de genre masculin « polemos » qui est du genre féminin en français, « la guerre »). Certes Héraclite est un penseur de la tension, de l’antithétique, de la coexistence des contraires, de la contradiction comme motrice de toute chose produisant finalement « la plus belle harmonie » comme les cordes d’un instrument de musique que l’on écarte et tire pour les faire résonner, comme l’arc que l’on tend pour atteindre la cible: « Ils ne comprennent pas comment ce qui s’oppose à soi-même s’accorde avec soi: ajustement par actions de sens contraire, comme de l’arc et de la lyre » (fragment 51). Or le verbe grec mignumi (mélanger) signifie à la fois faire la guerre et faire l’amour. Pourquoi? C’est qu’il s’agit de mêler les corps, dans une mêlée guerrière ou une mêlée amoureuse. Donc cette lutte des contraires dominant le monde, puisque « la guerre (polemos) est le père de toutes choses et de toutes choses le roi… » (début du fragment 53) ne permet pas de dire, comme je l’ai entendu,que « la guerre n’est pas le mélangé » et que « personne n’assimilerait cela à la guerre » puisque, pour un esprit grec, la guerre, comme l’amour, est précisément ce mélange, ce corps à corps.
Patrice Tardieu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article