EDITORIAL Saint-Denis

Accueil

Anciennement www.paris8philo.com et www.paris-philo.com, ce site, créé en 2006 au moment du CPE, a rendu compte de l'actualité et de l'expérimentation à Paris 8. Il s'occupe plus largement de rendre compte d'une transformation dans les paradigmes philosophiques selon la pensée du Dehors ou du Surpli, qui est une pensée hors contrat de la complexité en que celle est porteuse de multiples facteurs et échelles, en tant qu'elle indexe l'information numérique sur la masse et sur l'énergie et produit une excitation lumineuse. Il contient des articles pour être apte à un plus grand nombre de choses.

Bonne lecture :) 

Liens vers sites

Archives

Publié par Anthony Le Cazals

L'importance s'attache aux éléments non aux personnes. Ce qui importe n'et pas celui qui importe. C'est propos de faiseur, un propos de négligent. "J'appelle Négligent celui qui fait d'abord son métier, et toute chose qui se présente comme on fait un métier, oubliant toujours sa propre majesté, cherchant le vrai devant lui, ingénieux et ingénu." (1)

Il y a un combat dissymétrique entre l'Important et le Négligent. les deux sont liés par un contrat tacite, une prédisposition sociale qui est la même qui lie le patron et son salarié par contrat de travail  /raisonnement par analogie/. Le droit du travail est né pour rectifier cette dissymétrie de fait. Ce serait la même chose pour le propriétaire et le locataire. Mais sommes nous par cette contradiction dans un rapport réel de domination ? "Combat du Négligent et de l'Important, où les Importants sont arbitres. Combat inégal ; mais patience ; les Négligents vont se réveiller" (1)

L'important c'est le politicien, qui parfois cynique peut envoyer le négligent à la guerre. "Ce qui perd le Négligent, c'est que pour l'ordinaire il s'amuse de l'Important ; il admire cette Majesté pédante, ces lieux communs immuables, et cette lourde finesse qui revient toujours à l'éloge de soi. C'est une loi politique que les vaniteux surpassent les autres dans l'art de se pousser, de se maintenir, de revenir ; et, comme l'a dit Comte, il y a quelque chose de touchant dans la vanité, car elle ne méprise rien. C'est pourquoi les Importants ont toujours gouverné." (1).

Ces définitions ne sont pas indépendantes de la grande guerre. Est-ce un rejet chrétien du pouvoir temporel. Pas exactement Alain n'était pas anarchiste, il situait là les radicaux, qui se feront déborder par les socialistes puis ceux-ci par les communistes libertaires et autoritaires. La question pour Alain est davantage comment la doctrine radical peut gouverner en faisant fi des Importants qui conduisent inexorablement à la guerre.

Qui connaît les commissaire européens, qui connaît son député européen ? Etrangement le débat est très réduit à la France alors que les décisions, transformées en directive à pénalités financière en cas de non respect, sont prises ailleurs. La politique "politicienne" est le fruit d'alliances (cf. tactisme de Trotsky), d'où l'impression qu'elle consiste en un choix, le moins mauvais possible, sauf à se leurrer sur des promesses.

(1) Alain, Eléments d'une doctrine radicale, propos 33, 16 juin 1922.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article