. . . . BIENVENU·E . . . .

 

Anciennement www.paris8philo.com, ce site, créé en 2006 lors du mouvement anti-CPE, a rendu compte de l'actualité et de l'expérimentation à Paris 8. Il s'occupe plus largement de rendre compte d'une transformation dans les paradigmes philosophiques suivant la pensée du Dehors ou du Surpli, omme la nomme les métaphysiciens classique. Nous avons quant à nous déjà basculé d'emblée dans la modernité quantique, résolvant la plupart des impasses philosophique du WWe siècle. Cette pensée hors contrat est la marque d'une complexité, riche de multiples facteurs et échelles. Ce site contient des articles pour être apte à un plus grand nombre de choses.

Pour nous soutenir abonnez-vous à la newsletter gratuite (2 mails par mois), commentez sans hésitation, partagez le contenu sur les réseaux et si vous le pouvez faîtes des liens depuis votre site.

Bonne lecture :) 

 

Accueil

 

Liens vers sites

Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Chez les Grecs antiques, ce genre hérité constitue un mode d'organisation tant au niveau de la société, genre concret, qu’au niveau de la pensée, genre abstrait. La lignée, la famille, le « genre hérité » se nommait genos chez les Grecs. On retrouve cela dans différents champs sémantiques comme gène, généalogie ou générique. Pour les Grecs, rien n'existe en dehors du genre, de la famille. Pour eux, rien ne peut s'exprimer en dehors d'un genos, sans appartenance à une lignée. D'où l’importance donnée à la menace d'ostracisme comme mise au ban de la cité, comme négation de la personnalité. Le Genre hérité est une forme d'éducation à la vérité. La catégorie de vérité est étroitement liée au genre comme lignée. Dans une lignée, trois générations, trois étapes se succèdent toujours : 1°) le principe obscur, 2°) l’endurance de ce principe par la descendance, par la filiation et enfin 3°) l'enregistrement dans les tables. Ce genos est donc lié à un régime de transmission et d'héritage. C'est sur ce point que l'on peut dire que l'appartenance à un genre est symbolique. Et ce d'autant plus que cette appartenance était déposée dans un symbolon — anneau qui pouvait être cassé en deux pour marquer une dette symbolique d'une famille envers une autre et se transmettre de génération en génération. Pensons à l'anneau de Gygès. Que les deux moitiés d'un anneau rompu puissent se recoller et marquer ainsi l'authenticité d'un pacte ou une dette contractée qui se transmet de génération en génération selon la lignée, cela se retrouvera avec le genre dialectique où les genres s'excluent tout en se complétant comme Mouvement et Repos, Même et Autre ou encore Féminin et Masculin. Il en est ainsi de la vérité déposée dans les symboles ou les mythes. Platon en donnera une variante avec les genres de la dialectique que l'on retrouve aussi chez Saussure quand il parle de Signifiant et de Signifié ou chez Lévi-Strauss. Ce type de pensée dite structuraliste obéit à un régime de l'homologie proche des genres chez Platon. Pour cette pensée, on parle d’axiomatique car elle part d’une hypothèse de base — axiome ou posture initiale — pour arriver à un principe anhypothétique à partir duquel le système se clôt et n’admet aucune nouveauté. Pour en revenir à l'étude d'Ivan Illich, ce qui fait la particularité du genre c'est qu'il repose sur un système tacite de complémentarités. Il existe dans les sociétés réparties en genres des tâches pour le genre féminin et des tâches pour le genre masculin. Cela touche aussi bien les sociétés pré-capitalistes que la construction des phrases. Le genre [comme lignée] est une donnée première. C’est aussi une donnée exigeant un complément ; il n’est jamais en soi complet IllGV_84. En cela tout genre, concret comme abstrait, nécessite un complémentaire et c’est cette complémentarité qui semble se dissoudre. Le genre comme lignée, comme famille souche s’est détaché dès l’origine du genre comme « catégorie » platonicienne.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article