Archives

Publié par La Philosophie

Raymond Vidal de Bezaudun
Raimon Vidal de Bezaudu (n) ( catalan : Ramon Vidal de Besalú ) (a prospéré au début du XIIIe siècle) était un troubadour catalan de Besalù . Il est connu pour avoir écrit le premier tract en langue romane ( occitan ) sur le thème de la grammaire et de la poésie, les Razós de trobar (vers 1210), [1] un titre qui se traduit par «Raisons (ou lignes directrices) de la composition du troubadour ". Il a commencé sa carrière comme joglar et il a passé ses années de formation à la cour de Hug de Mataplana , dont il se souvient souvent avec tendresse dans ses poèmes et chansons.


Les Razos de trobar dans un manuscrit catalan
Dans le Razós , Raimon distingue la "parladura francesa" (français) de la "cella de Lemosin" (occitan). [2] Il discute également de l'art de l'auditeur ( li auzidor ) et de sa responsabilité de comprendre les œuvres du troubadour. [3] L'insistance de Raimon pour que le public comprenne ce qui est chanté et qu'il se taise pendant son chant a été considérée comme une référence dans l'histoire de la musique classique . [4] Pour lui, les auditeurs ont la responsabilité de s'enquérir de ce qu'ils ne comprennent pas (ce qui est «l'une des choses les plus sages du monde») et d'être fidèles à la qualité du travail, louant la grandeur et condamnant la mauvaise forme. Vidal a également pris la peine d'argumenter pour la supériorité delemosí (ou Lemozi , c'est-à-dire occitan) par rapport aux autres langues vernaculaires, incitant lepoète florentin Dante Alighieri à écrire un De Vulgari Eloquentia justifiant l'utilisation de la langue toscane par opposition à l'occitan. [5] [6] Le Razós se termine par unglossaireoccitano- italien . À la fin du XIIIe siècle, Terramagnino de Pise a écrit une forme de vers condensé des Razós . Jofre de Foixà a écrit une version étendue, les Regles de trobar , pour Jacques II de Sicile .

En plus du tract susmentionné, plusieurs fragments de paroles de chansons et trois romans narratifs sont conservés . Parmi ses plus célèbres, il y a So fo e · l temps qu'om era gais , qui se targue de traiter Raimon de Miraval , un troubadour antérieur. [7] Dans la nova , Raimon présente deux dames comme se battant pour un chevalier. La nova ou ensenhamen appelée Abril issi'e mays intrava , qui fait également référence à Miraval (et aux trois fils d' Henri II d'Angleterre : Enricx , Richartz et Jofrés [8]), est une évaluation de la littérature contemporaine et l'une des meilleures descriptions du joglar que nous possédons. [9] Enfin, le Castiagilós ressemble beaucoup à une fable, qui raconte l'histoire d'un mari jaloux qui est finalement convaincu que ses soupçons sont sans fondement.

Vidal a écrit au plus fort de la popularité des troubadours et comme il le disait lui-même:

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article