Archives

Publié par Anthony & Samy

Petite bribe sur l'autonomie. L'autonomie est l'autre de la perversion telle que voulait l'entendre Deleuze, ou telle que l'entendait par exemeple en son temps, Leucippe (le "père" de Démocrite l'inventeur des atomes) quand il parlait d'un loi personnelle qui n'entre pas en désaccord frontale avec la loi de la cité. Mais ce qui relève de la perversion, de la subversion n'a pas à voir avecle pervers nacissique et manipulateur qui lu avance en écrasant les gens plutôt qu'en les stimulant.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Julia Rectrice 11/06/2010 15:20



Pouvez-vous nous en dire davantage sur votre perversion ? Merci !


 






Anthony 12/06/2010 21:59



Chère lectrice Julie, cela ressemble à une indiscretion à la Laurent Boyet.


Il y a perversion et perversions...Nous sommes tous sujet à la perversion dès lors que nous n'écouterions que notre libido. Mais dès lors que l'on
souhaite créer sa propre morale en s'écartant de la morale commeune on est de fait immoral (un exemple réducteur serait celui de Mahomet qui avait plusieurs femmes). Celui qui pose une morale est
par nature immoral ou pervers. D'où la relation que j'ai faite à l'autonomie. La perversion n'est donc pas une chose sale, elle consiste surtout à ne pas se torturer les sens, à assumer sa
liberté, c'est-à-dire à ne pas avoir honte de ses pensées, même sexuelle. Comme le disait Terry Jones, l'un des Monty Python, philosophe une fois, pervers deux fois.Il existe des pervers
romantiques et des pervers narcissiques (j'y reviens par la suite) entre autres. Pour citer des pervers romantiques je pense à Kleist, Schiller, Goethe, Molière (qui s'est déçu lui-même des
femmes).


Il peut arriver comme par exemple certaines femmes qui ont perdu un enfant qu'elle se mettent au sado-masochisme pour surmonter la douleur. Ce que l'on peut dire c'est qu'il existe indifféremment
des pervers homme et femmes. Mais les problèmes peuvent surgir si vous tombez sur des pervers narcissique. J'avais mis à cet effet un article sur le nacissisme : http://www.paris-philo.com/article-LECTURE
/ GAGNER A EN MOURIR, Une civilisation narcissique d'A. Lowen-NaN.html. Cela m'est arrivé, il en existe beaucoup dans le milieu parisien, le réseau qui sous-tend la capitale. Le pervers
narcissique est manipulateur, possède sa propre loi comme tout ceux que j'ai défini plus haut comme "pervers" romantique ou narcissique ou autre, mais avec cette particularité qu'il ne donne pas
sa propre loi, qu'il en change suivant son intérêt et peut finir par détruire les gens qui l'entourent, en cela il est manipulateur. Je peux penser là à mon ancien meilleur ami qui a fait de sa
copine sa victime, je peux penser à Ingrid Chauvin qui très belle femme, a perdu l'estime d'elle-même au contact d'un pervers narcissique.Celui-ci avance en écrasant ceux qui lui sont proches.


Quant à ma perversion personnelle est assez classique somme toute et je la garde pour la femme que j'aime et les personnes qui me sont chère. Seule chose que j'ajouterai, c'est que l'on a bien
souvent mal compris le passage du genre au sexe et notamment mal compris l'attrait pour la "sexualité de l'éléphant" (qui tend vers la parcimonie) chez Foucault et D. W. Lawrence que des gens à
la sexualité rentrée ou fourvoyée ont fait passé pour des pervers de la pire espèce.


 


En résumé il y a ceux qui obéissent à la loi "morale" d'un autre (souvent décrié comme Dieu) ou d'une communauté - les hétéronomes -, ceux qui écirvent cette loi "morale" et cherchent à l'imposer
- les homonomes - et ceux qui fabriquent leur propres loi dans une quête d'indépendance, d'affirmation de soi. Dans le dernier cas je ne parle pas de libération ou d'émancipation puisque
précisément ceux qui se présentent en sauveur - les homonomes pour faire court - n'en sont pas moins des bourreaux, pensez à la pauvre Dinde de Thanksgiving ou au chapon de Noël qui se leurre de
cette illusion.