Archives

Publié par Les Etudiants de Paris 8

 

Parfois on se demande si les étudiants de Paris 8 savent bien où ils ont mis les pieds. Les étudiants de la Sorbonne se rendent par contre compte de l'inverse, que derrière le lustre la coquille est vide (à de rares exception prêt, précisément celle qui sortent de l'institution). La Sorbonne c'est la forme qu'on y apprend, le formatage indispensable pour les concours, Saint-Densi c'est bien différent, c'est au-delà de la fac de banlieue la méthode qu'on y apprend, la méthode critique. De ce point de vue là tout à été fait au début pour que la sauce ne prenne pas en 78, lors du déménagement de Vincennes à Saint-Denis dans les préfabriqués, ca se ressent tant au niveau des bâtiments que de la situation géographique. Mais Paris 8 Saint Denis et c'est ce qui fair sa richesse c'est avant tout une fac autonome bien au-delà de la simple franchise universitaire, cela veut que ses programme ne sont pas fixé par l'Etat, c'est le point-clé de son enseigenement, de sa liberté d'enseigenement, même si le système est encore unversitaire c'est-à-dire fonctionne à l'érudition comme à la Sorbonne. Mais c'est ce qui explique le fonctrionnement département par département et le fait que cet ensemble si disapare soit regroupé sous la dénomination d'Université de Saint. On remarquera que les pratiques d'enseignement se sont parfois tassées dans leur côté expérimental, que les professeur ont été gagnjé par l'âge, le statut bien protégé. Mais quelle fac de 30 000 étudiants peut y échapper, c'est toujours par un esprit de meutes que les choses les plus créatrices (et non créatives) passent et se passent. Faut oublier l'esprit de corps, oublier que dans ces deux enclave de Saint-Denis on est 30 000, un peu moins en réalité car les sites sont dispersés. Et la revent un peu de la vitalité des années 70, quand Lacan et Deleuze se répliquaient par cours interposés, les étudiants de l'un investissant à grand fracas les cours de l'autre et réciproquement. C'est bien pour cela que Vincennes sonne encore comme un cri de ralliement même si à présent on souhaite voir des presses universitire de Saint-Densi plutôt que de Vincennes. Vincennes, c'était du temps où dirait Badiou l'anarchisme deleuzien et le moaisme lacanien n'étaient pas finis. Maintenant tout cela est apte à la relève mais sous bien d'autres formes et les récents événements l'on bien montré.

 

Quelques infos relatives à l'Université paris 8 Saint-Denis.

- le site de l'université

 

- le site de la bibliothèque

 

- l'histoire de la fac

 

- Les différentes UFR


Corcernant le mouvement anti-CPE
http://paris8agora.over-blog.com/ . . . paris8agora at gmail.com
http://stopcpe.blogspot.com/; . . . . . info.paris08 at gmail.com

UFR 1 Art Plastique
http://www.paris8box.blogspot.com/ . . . .paris8box at gmail.com

UFR 1 Philosophie
http://paris8philo.over-blog.com/ . . . paris8philo at caramail.com

UFR 3 Anthropologie http://anthropologiep8.over-blog.com/ . . . michele.fedou@univ-paris8.fr (en lutte pour sa survie)


UFR 4 Sociologie
http://www.univ-paris8.fr/sociologie/ . profs
http://vudailleurs.over-blog.com/ . . . étudiante
http://coulmont.com/. . . . . . . . . . . . . .  prof
 + comité pour une validation équitable

UFR 4 Histoire
http://etudiantshistoirep8.over-blog.com/ étudiants

UFR 7 Psychologie
http://ufr7-paris8.forumzen.com/index.htm  Forum pour étudiants

UFR 7 ou 8 Info Comm
http://anticpe-p8.skyblog.com/. . . . . anticpe_paris8 at yahoo.fr

UFR 8 Science de l'éducation
http://paris8.mabulle.com/. . . . . . . étudiant(Master)
Le blog des chercheurs

 


INSCRIPTION PEDAGOGIQUES OU ADMINISTRATIVES A PARIS 8 VINCENNES-SAINT-DENIS


Siège de la Présiende et de l'Université
2 rue de la Liberté 93526 Saint-Denis cedex
Tél. :01 49 40 67 89
Email : webinfo@univ-paris8.fr
 
Service commun universitaire, d’accueil, d’orientation et d’insertion professionnelle des étudiants (SCUIO)
Bât. A, salle 347 - 2 rue de la Liberté 93526 Saint-Denis cedex
Tél. :01 49 40 67 15 / 16 / 17
Email : scuio@univ-paris8.fr
 
UFR 1 - Arts, philosophie, esthétique (ARTS)
2 rue de la Liberté 93526 Saint-Denis cedex
Tél. :01 49 40 66 00 / 01
Email : flopez@univ-paris8.fr

UFR 2 - Pouvoir, administration, échanges (PAE)
2 rue de la Liberté 93526 Saint-Denis cedex
Tél. :01 49 40 66 28

UFR 3 - Territoires, économies, sociétés (TES)
Michèle Fédou, Département d'Anthropologie, Bât D - porte 127
2, rue de la Liberté 93526 Saint-Denis cedex 02
Tél.: 01 49 40 72 70 ou Tél. :01 49 40 64 62
Site : http://anthropologiep8.over-blog.com/
Email : michele@univ-paris8.fr michele.fedou@univ-paris8.fr


UFR 4 - Histoire, littératures, sociologie (HLS)
2 rue de la Liberté 93526 Saint-Denis cedex
Tél. :01 49 40 68 25
Email : marie.huguet@univ-paris8.fr

UFR 5 - Langues, littératures et civilisations étrangères - Langues étrangères appliquées (LLCE-LEA)
2 rue de la Liberté 93526 Saint-Denis cedex 2
Tél. :01 49 40 68 30
Email : ltabellion@univ-paris8.fr

UFR 6 - Langage, informatique, technologie (LIT)
2 rue de la Liberté 93526 Saint-Denis cedex
Tél. :01 49 40 64 20 / 19
Email : formation-lit@univ-paris8.fr 

UFR 7 - Psychologie, pratiques cliniques et sociales (PPCS)
2 rue de la Liberté 93526 Saint-Denis cedex
Tél. :01 49 40 64 71

UFR 8 - Communication, animation, psychanalyse, formation, éducation, didactique (CAPFED)
2 rue de la Liberté 93526 Saint-Denis cedex
Tél. :01 49 40 66 56
Email : dlemeunier@univ-paris8.fr

UFR 9 - Institut français d’urbanisme (IFU)
Cité Descartes - 4 rue Nobel 77420 Champs-sur-Marne
Tél. :01 64 68 00 16
Email : ifu.scol-dess@univ-paris8.fr

UFR 10 - Institut d’études européennes (IEE)
2 rue de la Liberté 93526 Saint-Denis cedex 2
Tél. :01 49 40 66 67
Email : iee@univ-paris8.fr
Site web :

Institut Maghreb/Europe
2 rue de la Liberté 93526 Saint-Denis cedex
Tél. :01 49 40 68 66
Email : imaghreb@univ-paris8.fr

IUT de Tremblay-en-France
Rue de la Râperie 93290 Tremblay-en-France
Tél. :01 41 51 12 24 / 26
Site web :

IUT de Montreuil
140 rue de la Nouvelle-France 93100 Montreuil
Tél. :01 48 70 37 12 / 43
Email : mr.dasilva@iut.univ-paris8.fr

UFR Communication (SAT - Structure autonome transitoire)
2 rue de la Liberté 93526 Saint-Denis cedex
Tél. :01 49 40 66 56
Email : mei@univ-paris8.fr

UFR Sciences du langage (SAT - Structure autonome transitoire)
2 rue de la Liberté 93526 Saint-Denis cedex
Tél. :01 49 40 65 35
Email : ymassaro@univ-paris8.fr

Institut français de géopolitique (IFG)
2 rue de la Liberté 93526 Saint-Denis cedex
Tél. :01 42 43 80 70


07/05/2007 11:20:05

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

tonsils and adenoids removal 20/03/2014 12:47

This blog post really grabbed my attention. Paris got thsi much reputation and prestige because many people sacrificed themselves and their service for making this empire built.It is a hot spot now.With that said I am going to subscribe.

Etudiante de st denis 21/11/2007 23:27

Tiens tiens, aurait-on été vexé par mon commentaire ? La vérité blesserait-elle ?Belle philosophie ! Je te conseille un peu de remise en question...

Anthony 22/11/2007 19:20

Non mais ne prend pas ton cas pour une généralité. Il y a pleins d'étudiants mécontents, qui ne savent pas où ils vont ou qui sont pris en otages par des professeurs à la médiocrité reconnu? Je ne sais pas quelle est ta discipline, mais en philosophie il y a une certaines sauvagerie, une certaine liberté aussi permises par les professeurs le tout est de savoir ce qu'on en fait.Mais tu vois ton second commentaire (à meine plus court que le premier) figure ici :), preuve que je suis un vilipendieux censeur. Tu as donc un point de vue que je trouve abrupt puisque ces toujours dans les livres que l'on se forge le plus et que les professeurs sont avant tout là pour accompagner, pour donner un vis-à-vis.

DEMS 06/10/2006 00:03

Petite erreur dans la première listeJe ne savais pas que sciences po était en lutte pour sa survie. Anthropo oui, mais ça va plutôt mieux (puis-je toucher du bois en présence de philosophes ?). Le département est à l'UFR 3.En tout cas merci pour les liens, l'université n'en fait pas autant pour nous.

Les insurgés de cronstat 02/10/2006 23:38


Monsieur le Cazals, ainsi, vous ne vous appelez plus le suicidé de la société. Sans doute votre parcours universitaire à Paris 8 vous a rendu sensible à la question de la récupération politique. Vous avez des remords à invoquer Monsieur Artaud...
 

Comment ça ? Votre site n’est nullement universitaire parce que non-reconnu ? Mais l’un et l’autre ne sont pas incompatibles : il suffit de voir ce qui se passe ici pour s’en convaincre et pour déceler un des mécanismes d’intégration au spectacle des plus pernicieux : la révolte.
 

Quand la contestation renvoie à l’institution -avec la déférence que l’on connaît dans l’article cité plus haut- on s’amuse de ce que le discours du pouvoir n’est pas reconnu officiellement par l’université, et on s’attriste un peu (quand on choisit d’arrêter d’en rire) de ce que ses rédacteurs se persuadent d’être autre chose que des valets du capital.
 

La publicité n’a pas besoin de dire j’aime Nicolas Sarkozy ou vive Ségolène Royale pour véhiculer les valeurs propagées par la racaille parlementaire. C’est précisément ce qui est montré du doigt par Guy.
 

Vous ne voyez pas l’utilité d’une université sclérosée, mais personne ne la trouve, cette utilité, en revanche, la comprendre comme telle, la comprendre telle qu’elle est en réalité, voilà quelque chose d’utile, et sourire niaisement à cette évidence ne nous en fera pas sortir. 
 

Non, la joie n’est pas subversive : être content de laisser le pouvoir nous traverser à chaque examen, à chaque tâche administrative à l’heure des inscriptions, sourire béatement aux techniques d’assujettissement propres à chaque institution (famille, école, université, armée, etc.) n’est pas subversif. Je vous rappelle que la subversion c’est mettre en danger l’ordre établi et qu’en aucun cas votre sourire ridicule n’a eu cette vocation. Allez dire aux enfants prostitués, sodomisés et battus d’un quelconque pays du tiers monde que la joie est subversive, que sourire à leur maquereau rend libre et vous ressentirez comme nous l’ignominie de vos propos. Et peut-être qu’alors, la notion de classe et d’antagonisme tant honnie ne vous semblera plus dénuée de sens.
 

Pour défendre Guy debord -qui s’est peut-être suicidé de nouveau (vu le manque de réaction à ce que vous racontez de pitoyable) il me semble qu’il ne cherchait pas à relever la complexité de ce que vous dites (complexité qui n’existe que dans votre imagination) mais plutôt la sottise -de votre discours- et à la limite, l’éliminer, comme en témoigne son détour verbal par le jeu des armes…
 

Quant à la question de la révolution, il vous faudrait peut-être relire Debord, ou l’IS, pour vous rappeler qu’ils faisaient la guerre à toute structure étatique ou para étatique, syndicats, etc. Donc, non, pas de danger, il ne s’agit pas pour nous d’imposer l’égalité, pas plus qu’il ne s’agit pour vous de changer la société en rigolant derrière votre écran (à moins que vous ne croyiez vraiment ce que vous racontez…) L’égalité ne s’impose pas, comme la liberté, elle se prend, et souvent avec son cortège de violences (et sûrement aussi de joie, rassurez-vous) Au sujet de l’intensité, la révolution a beaucoup de choses à vous apporter, sûrement plus que ces discussions stériles sur internet. ET quoi ? Vous avez peur d’un nouveau Directoire, des jacobins ? Ou bien de la violence propre à toute crise révolutionnaire ? C’est oublier la violence du droit, de la propriété privée, j’en passe et des meilleures… La violence de classes est la seule réponse valable à la violence de l’Etat, de l’autocratie marchande, blablabla, elle est purement affirmative et puisque vous aimez Nietzsche, rappelez vous ceci « la noblesse de l’esclave c’est la révolte »
 

Mais oui, notre révolte est dépendante de beaucoup de choses que nous concédons volontiers : des conditions économiques, et tout, et tout,  et tout, et tout…, elle est réactive mais puisqu’on en est à Nietzsche rappelez vous que le noble aussi connaît le ressentiment. Il ne se fait pas empoisonner par celui-ci parce qu’il y répond par l’acte, la seule réaction véritable, c’est celle de l’acte, et la révolution, c’est l’acte par excellence. Je ne  saurais que dire sur la révolution quantique qui ne m’intéresse que partiellement, à part que vous changez de sujet -non pas pour subvertir les discours- mais parce que vous n’avez pas l’air de savoir raisonner, les arguments que vous prétendez dédaigner par principe vous manquent en réalité par faiblesse intellectuelle.  Quant aux devenir révolutionnaires, nous aborderons la question une prochaine fois, la fatigue m’empêche de poursuivre la discussion…
 

Raoul Waneigem 21/09/2006 02:08

Suite à une lecture attentive de votre site, nous avons quelques suggestions à vous faire parvenir, notamment quant à la question de la culture.

En effet, nous avons déploré le manque de critique, dans votre questionnaire relatif à la culture au sujet de l’idéologie gauchiste sous-jacente à tout ce qui à trait à la culture.
De plus vous sous-estimez le potentiel de la catégorie appelé senior, je le pense, et à tort.
En effet ces hommes et ces femmes souffrent, non pas de décrépitude, mais d’une profonde altération de leurs capacités physiques et intellectuelles dues à une imprégnation d’idées liées à la france d’avant. Mais ils représentent un grand espoir car comme on le dit les non-jeunes retombent tôt ou tard en enfance. Ré-éduquons les donc grâce aux nano-technologies, et notament les implants sous cutanés ou intra organes, il a été prouvé par le docteur Petiot et moi même qu’un corps expérimenté pouvait assimiler une programmation culturo-neuronale aussi vite qu’un enfant en bas âge.
En ce qui concerne ces derniers, il faudrait faire procéder à une analyse intra-utérine afin de déceler les tares mentales susceptibles d’engendrer une opposition frontale au libre échange. En effet Dr Mengele nous a affirmé qu’un gène précis était à l’origine de la déviance physico-chimique entraînant une propension au désir de destruction/valorisation du vieux monde en opposition avec la France d’après que nous défendons avec l’Union des Meuniers Portugais.

Plus tragiquement, nous aimerions aborder la question de l’immigration et des contre-sens de la république Française quant à cette question. Nous pourrions régulariser tous les sans-papiers fils de Harkis qui seraient près à s’engager dans l’armée pour défendre les valeurs de la France pendant la troisième guerre mondiale qui, ne nous faisons pas d’illusions, approche, et qui pourra sortir le monde d’avant de sa torpeur, et se montrer salvatrice voire émancipatrice en, laissant les femmes devenir officiers ou général De Gaulle.

Anthony 21/09/2006 12:44

Mais il y a de l'entrisme situationniste sur ce site.
Nous essayerons de répondre à votre suggestion ultérieurement.
Les respects du Général
Vive la Franchouillardise !

Le Cazals 15/09/2006 14:34

Nous savons très bien ce que nous faisons ici et ce site n’est nullement universitaire, puisque non-reconnu. Vous avez mis les pieds dans trop de complexité, Mr Debord, et meixu vaut éliminer la complexité que de la relever. Nous n’avons simplement pas la même perspective que vous. C’est comme l’Université sclérosée, on n’en voit pas l’utilité. Votre nocivité ne nous gêne guère. Nous ne cherchons point à argumenter. Enocre qu’à employer le terme d’utilité nous sommes récuprérés par le spectacle lui-même (Utilité et responsabilité du spectacle : bouh !). En se moquant bien de vous convaincre puisque nous ne parlons pas  chinois et que ce qui se joue ici ne se limite pas à la Grèce, d’ailleurs celle-ci allait des Colonnes d’Hercule aux rives de l’Indus et s’étendait sur ^plusieurs siècles, donc sur plusieeurs générations de pesneurs. Cher spectre de Guy Debord vous êtes d’un esprit supérieur nous en remttez à vous et indiquez-nous ce qu’on fera après la table rase de la Révolution tant escomptée ou quand s’achèvera l’Etat répressif nécessaire pour imposer l’égalité. Sachez qe ce qui Debord nommait spectacle peut s’appeler hétéronomie chez Castoriadis ou , non pour se réclamer de leur pensée mais pour bien montrer qu’on peut criculer à travers différent régimes et en garder lle meilleur, recueillir ce qui doit être affirmer. Tout ça pour dire que nous ne nous réclamons pas d’n penseur, si vous voulez quelque piste ce ne sont des individualités qui nous intéresse mais des intensités. Les intensités se moquent bien des argumentations, elles s’en foutent pas mal car elle subvertissent les discours. Cette chose qui n’est pas un discours ne se produit pas dans un dialogue, c’est pourquoi nous vous répondons mais en sachant bien que cela n’aura aucune cons »quence simplement par attention. Votre voix est toute tracée, un peu comme celle de Debord, je ne pense qu’il ait été qu’il était mort, mais bien qu’il EN était mort, mort d’être bouffé par le ressentiment, comme toute personne placée face à son incapacité. Tel est sans doute le suicidé de la société. Mais ce n’est pas la société qui l’a suicidé
Oui nous n’attaquons, ne ne tombons pas dans les antagonismes, nous voyons simplement quelque chose de plus libre et subversif que cela : la Joie. Vous pouvez vous en prendre à l’Université mais au bout du compte, il est difficile de savoir à qui vous vous adressez. sourions et si cela ne vous pas de mal et je ne vois ps vu votre en quoi cela peut vous intéresser. Vote révolte est dépendante de bien plus de choses que vous ne le concédez. Les « révolutions » ne sont que le symptôme fracassant d’événements beaucoup moins bruyant comme le réchauffement clmatique qui conduisit une somme d’indigents inutiles à se regrouper dans les villes. Ce sonteux qui formèrent la troupe des sans-culottes. Mais la révolution ne peut se prolonger qu’avec la Terreur. Passer celle-ci les choses retombent dans la hiérarchie Les Français sont trop obsédé de révolution et pas assez par les devenirs révolutionnaires ! Partant de là on peut parler de larévolution quantique qui permet qu’aujourd’hui on puisse s’échanger des propos qui ne se comprennent pas les uns les autres.
 
 

Guy Debord 15/09/2006 01:06

MISERE DE LA PHILOSOPHIE

Mon cher Antonin Crapaud (et quand je dis mon cher, c’est une façon de parler) Non, la société ne vous suicidera pas, vous lui êtes bien trop utile. Comme en témoigne votre critique, qui ne répond pas à l’amoureux de la Sorbonne mais à l’ennemi de l’institution. La critique  est pour vous acceptable seulement si elle n’est pas nocive.
Vos citations masquent mal la médiocrité de votre esprit, de même que le manque de cohérence de votre discours, (ce qui n’exprime peut-être pas la nécessité de la destruction de l’université, mais au moins son inutilité, les étudiants qui en sortent, en plus de ne savoir pas penser, ignorent tout de la structure d’un texte)
Vous vous débattez, tel un moustique, pris dans la toile de l’araignée, et à Debord, vous ne savez que lui dire qu’il est mort. Sans doute faudra-t-il vous rappeler qu’un gros mot n’est pas un argument. MAIS VOUS N’ATTAQUEZ RIEN, MONSIEUR CRAPAUD, LA BAVE N’EST PAS UNE ARME.
Mais nous savons que le spectacle a aussi ses arguments, qu’il a une capacité de récupération défiant toutes les lois de l’entendement, ainsi, vous appelez Nietzsche à la rescousse, pour vous convaincre que si votre révolte se limite à la lecture de Deleuze, c’est par vitalisme, et non par ressentiment.
Mais nous sommes d’accord sur un point, ou presque, la joie peut être subversive, dans des circonstances bien particulières… Qui sait ? Quelqu’un saura-t-il se réjouir du jeu des armes en les réorientant vers ce qu’il vous reste de cerveau ? (que je soupçonne d’être de dimension fort réduite, ce qui est problématique, non pas pour la philosophie, mais pour la précision du tir)
Sachez que nous ne nous adressions pas à vous, il aurait fallu parler votre langue, le chinois, qui, comme vous le faites si bien remarquer, n’intéresse que les européens, or, nous voulons nous faire entendre au-delà de la Grèce…

guy debord 13/09/2006 18:55

Parfois, on se demande bien si les rédacteurs de ce site n’ont pas une bite à la place de la tête. Comme en témoigne cet éloge gerbant de P8. On aimerait bien se rendre compte de l’inverse, mais leur cervelle est définitivement vide :
Les étudiants sont ici  si bien formatés qu’ils font de la propagande pour l’université. Si à la Sorbonne on se fait formater pour l’agrégation, ici, on se fait formater pour le fun.

Ce n’est pas pour les notes qu’on lèche le cul de l’administration mais pour la gloire. Qui a couché avec Lunel pour répandre d’aussi grotesques anomalies psychiques ?

En 78, à Vincennes, le directeur PS Merlin de l’université se faisait séquestrer et tabasser par quelques 200 étudiants, la voilà, la grande époque de Vincennes. Où on luttait pour l’abolition de la société de classes et pas pour la culture gauchiste et réac prônée par des abrutis tels monsieur Castaing ou madame Birbaum ou monsieur Brossat ou ...
A BAS L’UNIVERSITE

Un suicidé de la société 13/09/2006 21:47

Ma foi c'est foi fort studieux comme commentaire.Chère réminiscence de Guy Debord c'est bien de lutter pour l'abolition de quelque chose. Mais encore faut-il que cette abolition ne siot pas symbolique. C'est comme l'esclavage si cher à nos chers Grecs, l'européen lui préfère le chinois.Merci pour ce "A BAS L’UNIVERSITE" nous voyons que nous avons affiare à un connaisseur mais qu'avez-vous cher Guy a part vous tirez une balle dans la tête à force d'exclusion et de ressentiment pour tout ce spectacle. C'est plus simplement réjouissant, ça n'a d'autre prétention que cela car en ce bas monde, la joie est subversive.L'optique ici est plus stimualnte que les antagonismes d'impuissant. Bon tu fais quoi, tu séquestres, c'est bien ça construit vachement tout ça, ça apporte de la nouveauté, c'est réjouissant ! Faudrait peut-être lire tout en entier car quoi que tu fasses la société se fragmentera, avec l'égalité on ne résout aucun problème, pire on en accentue en ce donnant bonne conscience. 
Pour ce qui est de lire à droite à gauche, nous épargnons le trajet pas la compréhension Ajoutons donc ceci : “Tant que subsistera la caste des faux-penseurs reconnus par l’Etat, tout action en grand d’une philosophie véritable sera rendue vaine ou du moins entravée, et cela simplement par la malédiction du ridicule que ce sont attiré les représetants de cette grande cause, mais qui touche la cuase elle-même. Une des revendications de la culture consiste précisément à soustraitre la philosophie à tout le contrôle de l”Etat et de l’Université. Laisssez donc les philosophes pousser en toute liberté, refusez-leur toute perspective d’une situation, tout espoir de prendre rang dans une position sociale, ne les aiguillonnez pas par un traitement ; mieux encore persécutez-les, regardez-les avec défaveur et vous assisterez à des choses miraculeuses !” Et Nietzsche de continuer : “Alors ils se disputeront pour trouver asile çà et là, ces pauvres leurres de philosphes !”. Volontairement je ne donne pas la source, à vous de chercher cher Guy qui a été si castainguer, si birbaumiser et tant brosser votre jeunesse… Nous n'avons nullement pointer là-dessus mais sur ce qui nous paraissait plus porteur et ne savons vous répondre autre chose qu'un charmant sourire.

Paris4 - Philo 17/08/2006 07:33

Cependant, puisque le thème abordé est interessant j'invite qui le souhaite à venir s'exprimer à ce sujet sur le site Paris4philo

Paris4 - Philo 17/08/2006 05:09

« Parfois on se demande si les étudiants de Paris 8 savent bien où ils ont mis les pieds. Les étudiants de la Sorbonne se rendent par contre compte de l'inverse, que derrière le lustre la coquille est vide (à de rares exception prêt, précisément celle qui sortent de l'institution). »
L'attaque est vraiment sans aucun interêt. Commencer une présentation de ta fac, que tu sembles aimer (et tu as sans doute raison de l'aimer), commencer cette présentation par l'attaque directe d'une autre université, des professeurs qui y enseignent, et des élèves qui reçoivent cet enseignement me semble complètement dénué de bon sens et de réflexion. Faut-il nécéssairement qu'un arbre qui souhaite s'élever au dessus des autres fasse de l'ombre à ses voisins ? Faut-il que tu compares ton majeur à ton petit doigt pout constater qu'il est étendu ?

« La Sorbonne c'est la forme qu'on y apprend, le formatage indispensable pour les concours, Saint-Densi c'est bien différent, c'est au-delà de la fac de banlieue la méthode qu'on y apprend, la méthode critique. »
A mon sens la Sorbonne prépare bien aux concours, oui. On y apprend l'histoire de la philosophie, de façon académique. Mais comment peut-on penser, quand on est étudiant comme je suppose que tu l'es (et comme je le suis), que la philosophie s'apprend par la dispensation de cours, aussi peu académiques soient-ils ? Si tu cherches gourou ou prédicateur, ce n'est pas au devant de la philosophie qu'ils te mèneront. L'enseignement philosophique n'existe pas, il n'est nécéssairement qu'enseignement de l'histoire de la philosophie. En ce qui concerne l'enseignement de la Sorbonne (si l'on peut dire), que tu ne connais visiblement pas (puisque, soyons clairs, tu dis n'importe quoi), il n'a rien de formatif. Les études en philosophie ont ceci de particulier que leur valeur se repose à 99% sur la capacité de l'élève à s'ouvrir à la philosophie, le prof ne montre que le chemin, en retraçant les cartes des chemins de pensée des grands auteurs. A l'élève de les parcourir seul, à l'élève d'en tracer et d'en déblayer d'autres. Pour les concours il y a une méthode, et cette méthode doit être apprise, au sens d'un savoir faire. Pour la philosophie, il y a les livres, le cerveau, et le temps.
« Apprendre la méthode critique » ? .... En tout cas tu as bien appris la méthode de la critique inutile.
Cette réponse que je donne à ton petit article n'a pas pour lieu de répondre à une critique par une autre critique. Je n'ai délivré aucune opinion sur Paris8, car je ne connais pas beaucoup (à part les grands noms de la philosophie française qui en sont issus).

anais 16/05/2006 01:24

bonjour, il est sympathique ce blog et ma foi bien pratiqueseulement j'ai cru comprendre qu'il y avait un ufr de théâtre a paris 8 a moins que je ne me trompe et que cette univ. ne soit pas celle a laquelle je pense.....bref c'est saint denis ici??et yia t-il un ufr de théâtre???