Archives

Publié par Béatrice

Nous vous invitons à un débat sur les conditions de travail des
sans-papiers, l'exploitation qu'ils subissent, qui est le prix auquel
un système inhumain est maintenu, justifié par la politique sarkoziste
de l'immigration et de l'identité nationale qui est celle des pires
mécanismes d'exclusion,

Et à la projection de trois films de Martina Loher Rodríguez, à
l'occasion de son passage à Paris.

Lundi 25 juin, 19h30 au CICP/Centre International des Cultures
Populaires.

Pour Sarkozy ou pour Royal, il faut « défendre la valeur du travail »
ou « aimer le travail ». Mais de quel travail parle-t-on ? Dans les
conditions actuelles nous mettre au travail c’est nous mettre au pas.
Mais, en plus de ça, tout le monde n’est pas à la même enseigne. Ceux
qui ont des papiers bénéficient, avec beaucoup de difficultés, de moins
en moins de droits obtenus par les luttes du passé : droit de grève,
sécurité sociale, prise en charge d’une partie de transports... C’est
une très relative stabilité... Tout ça est en train d’être détruit au
bénéfice de la précarité et de la suppression des libertés et des
droits acquis de haute lutte. Mais, il y a encore une couche en dessous
: un sans-papiers gagne beaucoup moins qu’une personne avec papiers
pour le même travail fourni, sans sécu, sans assurances, sans aucun
droit.
Les centaines de milliers de sans-papiers sont constamment décrits
comme « profiteurs » du chômage, des allocs...
C’est un mensonge et une calomnie savamment entretenus pour des raisons
politiques et économiques, les deux étant liées.


Trois films de Martina Loher Rodriguez

Universal Embassy
Documentaire, vidéo, couleur, 17'50", 2003
Depuis 2002, l’ex-ambassade de Somalie à Bruxelles est occupée par des
sans-papiers. Cette occupation me paraît symboliquement encore plus
forte que celle d’une église, comme connu antérieurement, car le
problème de la clandestinité est ainsi soulevé en plus d’un point de
vue humanitaire comme un problème politique.
En effet, les sans-papiers devraient avoir une ambassade qui dans
l’idéal pourrait leur faire des visas pour n’importe quel pays du
monde. Il ne s’agit pas seulement de guérir des symptômes en aidant les
illégaux dans notre pays, il s’agit d’attaquer le problème à la racine
et de se demander qui ou qu’est-ce qui produit la clandestinité ? Notre
système capitaliste actuel a en effet besoin de travailleurs illégaux
qui acceptent des travaux sous-payés et précaires, sans la moindre
forme de sécurité sociale.

Suegra
Vidéo-essai, couleur, 17', 2007
Je passe Noël à Lima chez ma belle-mère, Roxana. Elle est une sorte de
bonne sorcière, ou un medium. Elle sait lire les cartes, les mains, et
elle ressent les énergies des personnes de son entourage de manière
très précise. Le film parle de la rencontre entre deux mondes et
différentes croyances. Un autre aspect est que le savoir ancestral
survit au Pérou, côte à côte avec la modernisation et les nouvelles
technologies.

MIL
Documentaire, vidéo, couleur, 52', 2006
À travers l’histoire de la famille Solé Sugranyes, le documentaire
«MIL» retrace l’existence du Mouvement Ibérique de Libération, cellule
révolutionnaire catalane à la fin de la dictature franquiste.
Lors d’un long voyage qui commence à Genève, qui passe par l’Espagne
pour revenir finalement en Suisse, le film fait découvrir le réseau
entre les différents personnages et lieux. A Barcelone, nous
rencontrons Xita, 85 ans, mère de onze enfants, dont cinq ont été
impliqués dans la lutte du MIL, groupe pratiquant l’agitation armée
lors de nombreuses expropriations de banques. Après une année de vie
clandestine ils sont persécutés par les autorités. L’un d’eux, Oriol,
perd la vie lors d’une tentative d’évasion. Il est abattu par un membre
de la police franquiste.
Au long des entretiens avec la famille, des pistes qui ramènent en
Suisse surgissent…


Buffet apéritif improvisé en milieu de soirée.


CICP/Centre International des Cultures Populaires
21 Ter rue Voltaire 75011 Paris
Métro Rue des Boulets (Ligne 9)


9ème Collectif des Sans-Papiers
9emecollectif.net
9eme_collectif@no-log.org

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article