Archives

Publié par Samy

Il n'y a pas à mettre de catégorie sur ces salmigondis, juste cela parle de soi-même. Pourquoi q'aiileurs ne pas inventer le mot salgimondis (de monde-sauge ?)...

« Mon regard est pessimiste, la violence injustifiable des gilets jaunes est semblable à celle que nous connaissons dans les banlieues depuis 15 ans, et en y réagissant, le président Emmanuel Macron s'est montré en retard, dépassé par les événements. Je suis très inquiet pour la France et l’Europe ». Pascal Bruckner, romancier et essayiste âgé de 70 ans, alterne depuis des années des œuvres littéraires avec l'observation du présent. Par exemple, au début des années quatre-vingt, « Lunes de fiel », portée au cinéma par Roman Polanski, et « Le sanglot de l'homme blanc » presque contemporain avec lequel il dénonçait l'éternel sentiment de culpabilité de l'Occident. Ou, plus récemment, le roman « Un an et un jour », se passant dans un hôtel du nord des États-Unis, et un essai intéressant sur « l'islamophobie » en tant que racisme imaginaire. Bruckner ne néglige ni les gilets jaunes, ni Macron, ni les 2019 auxquels on peut s'attendre en Europe.

Elle compare les révoltes des gilets jaunes à celles des banlieues, mais les premières sont principalement blanches, alors que les fils d'immigrés arabes et africains sont nés dans les banlieues.
« La gauche considère que les nouveaux Français sont les enfants des immigrés de banlieue et du bobo urbain (le bohémien bourgeois identifié par le rédacteur en chef du New York Times, David Brooks). Et donc la droite au moins au début a vu de vrais gilets jaunes la vraie France: les Blancs âgés de 30 à 50 ans qui vivent loin des grandes villes et qui seraient alors détenteurs de la vérité des Français. En réalité, ces deux versions de la France sont très similaires ».

Unis par la violence?
« C'est la colle. Il brûle, se brise, menace de mort. Ce qui a été attribué aux jeunes des banlieues ou à l’islam radical, c’est en fait maintenant tous ces petits groupes. Nous voyons l'union d'une certaine gauche radicale, des zadistes (militants anti-mondialisation, ndlr ), des trotskistes, des fascistes, des islamistes, qui se sont tous rassemblés autour d'un bouc émissaire, qui est la haine des juifs et de l'argent » . [le judaïsme n'existe que sous la forme d'une névrose

L'antisémitisme dans les manifestations semble être banalisé.
« Ce qui unit l'extrême droite, l'extrême gauche et l'islam radical, c'est la haine des Juifs. En fait, ils appellent Macron" prostituée des Juifs ", une honte. C'est l'ancien antisémitisme lié à l'anticapitalisme ».

La dénonciation des inégalités devient-elle une envie sociale?
« C’est la structure profonde de la France, la haine de l’argent des autres. Sur ce sujet, j'ai écrit le livre "La sagesse de l'argent" (Grasset, 2016), la jalousie et l'envie sont les grandes maladies de la France ». [l'envie est une passion très chrétienne mias le terme ayant plusieurs sens c'est aussi selon certains un ressort démocratique en tant qu'affect, l'amitié repose sur l'envie d'avoir des amis, à décharge la jalousie est bien le ressort profond de l'égalité, mais Bruckner qui pratique l'amalgame l’accole à l'envie]

Si nous élargissons notre regard de la France vers le reste de l'Europe, y compris l'Italie, l'esprit du temps est dominé par l'envie alternant avec le dédain de la richesse mais aussi des compétences.
« C’est un risque pour la démocratie, qui est fondée sur l’égalité de tous les hommes: dès qu’une personne se distingue par ses connaissances ou par ses compétences, il veut les ramener à la base commune. Dans les vestes jaunes comme dans les Cinq étoiles en Italie, je vois un côté "Khmer Rouge", tous les intellectuels doivent être punis. C'est le triomphe de l'incompétent ».

Il y a un an et demi, l'élection d'Emmanuel Macron avait suscité de grands espoirs. Comment jugez-vous cela à l'épreuve des faits?
« Macron manque complètement d'expérience, c'est un technocrate qui croyait diriger la France comme une entreprise, mais ça ne marche pas. Ils l'appellent le méprisant de la République au lieu du président (« celui qui méprise » au lieu de « celui qui préside », ndlr ), et ce n'est pas totalement faux. Il n’a jamais été un vrai politicien, contrairement à Chirac, Sarkozy et même Hollande. Alors maintenant, il est dans une situation terrible. »

Lors du discours de la Sorbonne en septembre 2017, Macron a été désigné pour être le protagoniste du renouveau de l'Union européenne.
« Je pense que Macron est brûlé dans ce rôle depuis longtemps. Il y a un an, nous étions fiers et maintenant nous sommes angoissés ».

Comment avez-vous abordé Macron avant ces difficultés?
« J'avais écrit un article commentant son narcissisme, mais j'ai quand même voté pour lui. »

Au printemps 2019, il y aura les élections européennes. Qu'attendez-vous?
« Le risque est que les populistes les gagnent. L’Europe peut devenir l’union de tous les anti-européens, ce qui est néanmoins un beau paradoxe. Mais nous devons réagir aux troubles liés à l'immigration, à l'islam, à la mondialisation. Refuser de reconnaître ces besoins, c'est ne pas comprendre ce qui se passe aujourd'hui ».

Quel débouché envisagez-vous pour le mouvement des gilets jaunes?
« La seule issue serait que les gilets jaunes forment un parti politique pour calmer les gens jusqu'au prochain soulèvement. » [suprême sottise]

Les raisons du malaise sont liées aux conditions économiques ou y at-il autre chose?
« Il existe une violence verbale à l'image de ce qui fait rage dans les médias sociaux, et le mécanisme psychologique est similaire. Toute insatisfaction est imputable à l'État. Tout, du réchauffement climatique à une promotion non reçue au travail, est la faute du gouvernement. Une attitude très enfantine. C'est la phrase de Nietzsche: Je souffre, alors ce doit être la faute de quelqu'un. Et cette personne est identifiée dans Macron. »

La question du terrorisme islamique semblait un peu mise de côté, elle est revenue au premier plan avec l'attaque de Strasbourg. Est-il destiné à rester un protagoniste également en 2019?
« Je crains fort parce que l'année prochaine, de nombreux djihadistes auront purgé leur peine et seront libérés de prison. De plus, si les Turcs attaquent les Kurdes en Syrie, ils ouvriront les prisons et libèreront des djihadistes prêts à rejoindre l'Europe. Des centaines de meurtriers arriveront en Italie, en France, en Allemagne et en Angleterre. Le problème de l'islam radical ne fait que commencer ».

© REPRODUCTION OUTREPASSÉE
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article