Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Dans le réel enfin, comme toujours, les vérités sont rares et précaires, leur action est restreinte BdAM_26 cf. BdC_80, car elles sont saisies dans l’extrême urgence, l’extrême précarité de leur trajet temporel BdC_80. D’où le constat récurrent chez Badiou de dire qu’« il y a crise » de la vérité. Une vérité est un sous-ensemble de la situation telle que ses composantes ne sauraient être totalisées sous un prédicat de la langue, si sophistiqué soit-il BdC_202. D’où l’emploi du terme générique. Une vérité sera ainsi une partie générique de la situation, « générique » désignant qu’elle en est une partie quelconque, qu’elle ne dit rien de particulier sur la situation, sinon justement son être multiple en tant que tel, son inconsistance fondamentale. Une vérité est cette consistance minimale (une partie, une immanence sans concept) qui avère dans la situation ce qui en fait l’être… Elle constituera l’horizon-multiple infini d’une procédure post-événementielle, qu’on appellera procédure générique BdMP_89. Nous allons le voir, la loi du Même opère précisément  dans le choix ou le repérage événementiel. Notons bien que chez Badiou, est toujours présente l’hypothèse que de l’Autre se cache sous le Même, que du Deux, par structure, aurait été compté pour un BdPP_106. Cette hypothèse est le préjugé ou l’axiome de cette pensée dès lors axiomatique. Ainsi que ce soit en amour, en politique, en mathématique le Même est toujours doublé de l’Autre. C’est pourquoi le repérage événementiel porte non sur la récurrence du Même BdEE_74, mais sur celle du Deux. Ce repérage de l’advenue du Même et par conséquent de l’Autre ne porte pas sur la récurrence du Même, la diversité répétitive des choses, car nous retomberions alors sous la loi de l’Un : le Même serait l’un ; mais pour Badiou l’homogène suppose l’hétérogène dans une différence pure. Remarquons que l’Autre apparaît dans l’ontologie au niveau des axiomes d’extensionalité et de fondation. L’axiome d’extensionalité est la loi du Même et de l’Autre, il fixe que pour tout multiple pur qui est la marque du Même, il existe de l’Autre. L’axiome de fondation, quant à lui, marque le fait que tout multiple, s’il comporte un vide, est localisable et pensable dans sa différence. Le contour d’un ensemble homogène ne lui est pas homogène ; c’est bien pour cela que les ensembles purs ou quelconques sont irreprésentables, sans contour qui les localise.  La dimension de localisation des multiples BdLM_603 est de l’ordre de l’apparaître, c’est-à-dire d’une logique non d’une ontologie BdLM_310. Les vérités sont dites hétérogènes BdC_65. En ce sens la pensée de Badiou discrimine. Elle fait l’hypothèse d’une hétérogénéité, qui sépare la vérité d’elle-même. Cette démarcation se joue entre un « innommable » dont on peut tirer ou forcer des énoncés « véridiques » et ces énoncés. Ce n’est nullement le savoir forcé qui en découle, mais la vérité qui est « l’insu » d’une situation de fait ou de crise (monde) : la distinction entre pensée et connaissance opère toujours. Si les énoncés « véridiques » font, avec le temps figure, de savoir, une sédimentation opère et fait oublier la « vérité » à l’insu de notre plein gré dirait-on. Tel est le « mensonge idéaliste 824» qui dispose de l’avenir, se venge du présent dès qu’on en déterre les textes.


… la barre de la castration… sépare la vérité d’elle-même, libérant du coup sa puissance (de forçage) d’anticipation hypothétique dans le champ encyclopédique des savoirs de l’innommable au sens précis où il demeure hors d’atteinte des anticipations véridiques (dicible) fondées sur la vérité. Badiou BdC.

 

S’il y a crise de la vérité c’est que du point où nous manions et épurons la pensée dialectique BdPP_84, de la place du juge, il est impossible de départager la venue de l’être de son dépli BdOT_59, puisqu’au fond l’être inconsiste, c’est-à-dire n’a pas de consistance : il faut s’extraire de l’ontologie qui comme tous les philosophes le savent n’est point une philosophie. Mais cette crise est nécessaire comme à toute pensée dialectique, car elle marque la trouée, la butée qui s’opère dans le savoir prétendument acquis et indique alors la nécessité d’un réel qui fait défaut, qui est précisément la vérité. Mais le savoir forcé, produit à partir des vérités, a des conséquences, même si toute philosophie… donne abri par une transcription particulière (consistance discursive BdOT_53)destinée à produire des effets strictement philosophiques BdAM_134. Que les effets soient strictement philosophiques est un a priori car toute philosophie a forcément ses répercutions au dehors d’elle-même du fait de sa signifiance. Pensons à Platon et Aristote comme pensée de l’Un institué repris par le christianisme, Nietzsche repris par les nazis, Kant par les physiciens modernes, Deleuze par les artistes. Pour sûr que du dedans de l’institution, Les effets de la philosophie hors d’elle-même, ses effets sur la réalité, restent opaques pour la philosophie même in Qu’est que Louis Althusser entend par ‘philosophie ?. Le recroisement* des mathématiques et de la philosophie aggrave certains problèmes qui se mettent par le travers des procédures de vérité BdMP_38 ou de création. Toute suture est une exagération car… la philosophie aggrave les problèmes. Suturée à une de ses conditions, elle lui prête des vertus que, de l’intérieur de l’exercice de cette condition, on ne saurait entrevoir BdMP_57. Mais la crise de la vérité est avant tout une question réflexive car elle signifie qu’une pensée n’est pas capable de se penser elle-même dans l’expérience.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article