Pages

Archives

Publié par Jean-Charles Robin

Marc Ferrario alias Mandril alias Apocadril

(Marc Ferrario. Né en 1982 à Neuchâtel, Suisse.

Professeur d'arts graphiques, Youtubeur d'extrême droite

Parcours
Dessinateur  d'extrême droite. Ancien étudiant en philosophie, histoire de l'art, anthropologie et théologie, Marc Ferrario a enseigné le dessin technique à l’Académie de Meuron à Neuchâtel.

Activité graphique
Mandril est un dessinateur hyperactif. Avec une technique aiguë du trait, du détail et de la perspective, il crée des mondes qui empruntent autant à la science fiction qu'à l'univers fantastique proche de l'imagerie de Jules Vernes.. Dans ses récents travaux, il présente des urbanisations utopiques que l'œil pénètre en plusieurs étapes. D’abord mise à distance, la ville apparaît comme un brouillard flou dans lequel on pressent un fourmillement. De près, on entre véritablement dans la complexité d'un réseau, rendu dans les moindres détails. Les vues photographiques de Tokyo, prises depuis les plus hauts buildings de la ville, se trouvent au cœur de sa démarche artistique. En retravaillant une empreinte photographique, Mandril octroie une charge métaphorique au réseau urbain. Le fantastique prend ainsi définitivement sa source dans le réel. Egalement illustrateur, le trait noir constitue la clef de voûte de l’investigation artistique de Marc Ferrario. Son travail s'appuie sur l'utilisation de Rotring 0,1mm 0,25mm et 0,35mm rehaussé de lavis à l'encre de Chine et d’empâtements à la gouache.

Faits
Vit et travaille à Neuchâtel. On peut d'ailleurs voir son atelier.
En 2012, il vit six mois à Shanghai (7 à 46:00).
Il a une belle-sœur africaine qui faisait le ménage avec son bébé dans le dos (7 25:55). « Ce qui était pas plus mal au final ».

Propos
« ¨Pourquoi j'ai des détracteurs ? je n'attaque personne » Il s(attque pourtant au nomdisme dans l'art qui coupe de tout lien chtonien réel avec les valeurs artisanales (7 à 6:05).
« On crée strictement rien. On ne crée pas c'est-à-dire qu'on crée la destruction. » Une schumpeteuresque définition de la création (artistique) qui n'a pas compris l'élaboration. Créer la destruction est pour lui s'opposer au monde des beaux-arts, du sacré du noble. (7 à 2:10).
«  »
«  »
« Je pense que je sais où je vais. Ma quête artistique se définirait en fait comme une sémiologie quasi alchimique d’accumulation du savoir »

Propos démentis par la réalité
En conservateur, Mandril qui stigmatise la Bande des 4 dont Foucault et Deluze, pense en s'attaquant. Mais encore une fois il n'a rien compris et ne connaît même pas la dernière version du logiciel, c'est étonnant pour quelqu'un qui se prétend pertinent et à la pointe.

Ses références (A quoi sert l'autorité sinon de bride ?)
Guénon, Evola, Magnard. Mandril s'intéresse aux sciences et au mysticisme issu de René Guénon. Il est aussi influencé par sa lecture de Julius Evola.
Jean-François Debord (7 à 7:57). Rodlphe Töpffer, suisse genevois inventeur de la bande-dessinée  (7 à 26:55).. une litérature en estampe.

Son réseau :
Frédéric Delavier (7 à 7:32), Victor Corneau (alis TeddyBoy RSA dont il assurera la présence plateau d'un de ses live).
Il fait encadrer ses œuvres par l'Atelier Luc Michel (7 à 21:30 et 22:23).

Avis
Frédéric Delavier : « Mandril dessine super bien et il est très très précis ... Ce n'est pas de l'art moderne dégénéré, hein, tout ça ... Moi je ne suis pas artiste ... C'est un perfectionniste obsessionnel, on dirait un orfèvre » (7 à 21:55 et 23:55).

Sources
(7). Apocadril 7 avec Frédéric Delavier.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article