Archives

Publié par Les étudiants de Paris 8

Yvan Blot

Yvan Blot
Extrême-droite libérale

Parcours
Enarque RPR. Confonde avec Jean-Yves le Gallou et Henry de Lesquen le Club de l’Horloge en 1974 qui défend la constitution d’une droite nationale et libérale c'est-à-dire encourage un rapprochement entre la droite et l’extrême droite. Directeur de cabinet des différents secrétaires généraux du RPR, Alain Devaquet puis Bernard Pons, de 1978 à 1984. Militant au Front National de 1989 à 1998 avec un bref passage au MNR de Bruno Mégret de 1998 à 2000. Entre au Bureau politique du Front National. Rejoint le Rassemblement pour l'indépendance et la souveraineté de la France (RIF d'Alain Bournazel) en 2011 dont il devient vice-président et refuse d'être récupéré par le parti Souveraineté, Indépendance et Libertés (SIEL) de Paul-Marie Coûteaux. Membre de l'Académie catholique de France depuis 2012. Dès lors, chargé de cours de science politique a l'Institut catholique de Rennes, à l'Université de Nice ainsi qu'à l'Université de Velikie Novgorod (Russie). Consultant auprès de la radio La Voix de la Russie de septembre 2013 à août 2015. Membre du conseil des experts du centre d'analyse international rethinking Russia en 2014-2015.

Faits
En 1979, parraine Bruno Mégret* pour son entrée au RPR .
A l'automne 1986, participe à la rédaction du projet de loi sur l'immigration que doit présenter Charles Pasqua.
En 2004, soutient une thèse sur « la pensée économique et politique de Herbert Spencer ».
En juillet 2010, crée une nouvelle association nommée Agir pour la démocratie directe.
Le 1er juillet 2013, prend sa retraite du ministère de l'intérieur.

Avis
Le Monde du 8 juin 1986 : « M. Yvan Blot […] a constaté que, sur la question fondamentale de l'immigration, « l'unité de la droite existe déjà. » Pour lui, la comparaison, sur ce point, de la plate-forme RPR-UDF avec le programme du FN de 1985 ne révèle aucune différence de fond, le parti de M. Jean-Marie Le Pen se montrant simplement « plus audacieux. » Les dirigeants du Club de l’Horloge appellent donc de leurs vœux une union de toute la droite, nécessaire et légitime, qui l’aidera à affirmer face à la gauche ses « valeurs communes », comme a tenté de le faire M. Charles Pasqua ».
Streetpress : « Son « Association pour le développement de la démocratie directe (A3D) », domiciliée à l’époque au Club de l’Horloge, était fascinée dès les années 1980, par les modèles suisse et américain et par les thèses de Friedrich Von Hayek. « La pique anti-technocratique [de l’A3D] a d’autant plus de sel que Yvan Blot est un pur produit de la technocratie française, les pesanteurs sociologiques de son milieu ayant prévalu chez lui sur une formation anti-libérale acquise dans les milieux de la Nouvelle Droite », écrivaient en 1992 Jean-Yves Camus et René Monzat dans Les droites nationales et radicales en France (Presses Universitaires de Lyon). »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article