Archives

Publié par Jean-Charles Robin

Usul a très bien vu que la dédiabolisation de Marine Le Pen avait été validée par l'establishment éditoraliste. Pierre-Yves Rougeyron aussi a senti qu'il fallait faire de Jean-Marie Le Pen . Ce que peu de gens savent c'est que Marine Le Pen ne draîne pas un mais bien l'Europe des peuples souhaitée par l'extrême droite dès la fin de la guerre d'Algérie, une Europe Austro-hongroise faite de valeurs réactionnaires et décadente, qui de fait n'a pas de lien avec la méditerrannée ce qui est spécifiquement la position de la france selon les couloirs bordeaux-montpelier et Le Havre-Marseille. Cette Europe sera moins marchande selon le nouvel esprit du capitalisme mais basée sur l'entrepreneur/se de soi (le modèle inculqué à la jeunesse est le youtubeur, il s'agit simplement d'une ubérisation qui fait passer le quidam du marché du travail avec ses droits lié à son code - notamment la retraite par répartition - nous en savons quelque chose p.

Le vainqueur de Condorcet ou pourquoi conquérir à travers le consensus l'extrême centre.

Plusieurs choses vont faire que Marine Le Pen au travers de son parti - qui lui offre un espace élctoral suffisant - va acquérir la position d'abord ses soutiens - leaders d'opinions, lobbies, médias, notables - vont la positionner au centre en la rendant inévitable, évidente et d'autres ils vont l'écarter de l'extrême droite, ce qu'à très bien relever Usul avec l'éditorial de nathalie de Saint-Cricq sur France 2 lorsque annonce que Marine Le Pen aurait accompli sa dédiabolisation.
Ceci pourra se vérifier avec le fait que sa posture sur l'Europe s'est alignée depuis le départ de Florian Philippot en juin 2017, sur le censitive d'extrême-droite Alain de Benoist - l'européisme d'extrême droite remonte en France à Laval mais c'est surtout développer à partir d'Europe-Action et du REL pour donner le GRECE, ce qui est une reconfiguration stratéique de l'extrême droite du Nationalisme à l'européisme fédéral. La nouvelle dictature passera par un fédéralisme de ce que Marine Le Pen en s'appuyant sur d'autres régime à visée sécuritaire (ce que nous avons vu être la base du microfascisme).
Ce que les hommes politiques pensent vraiment importe peu dès lors qu'on sait que le princpe à la base de toute politique " politicienne" est l'obtention et la conservation du pouvoir, j'ajouterai en s'puyant sur des incentives (lobby, think tank, éditorialistes-journalistes, publicistes par exemple Onfray, etc. ... Les incentives sont les personnes qui peuvent remettre en cause la stratégie de politique pour accéder et se maintenir au pouvoir. Le système dit de l'alternance unique où la droite et la gauche alternaient sans détricoter ce que l'autre faisait s'est transformer en un " en même temps " qui a vampiriser les deux partis alternativement majoritaires et à produit un extrême centre. cet extrême centre dans l'emballement économique va mettre Marine Le pen à la place de Macron. Le hic de cette théorie c'est que la mise à mal de Macron s'est faite quand Macron s'est rapproché de Poutine sur la question de la Syrie alors même que Poutine soutient Marine Le Pen ainsi que les tenants de la Révolution Conservatrice tout droit sortis d'un livre d'Ernst Jünger. De la même manière que les tenant du Capital ont mis en place Mussolini, Hitler et d'autres pour les protéger du bolchévisme qui pouvait les ruiner, de même que Xavier Niel avait pu annoncer à Juan Branco que le prochain président serait Emmanuel Macron dès 2013, de même la prophétie de Jacques Attali connaissait la successeuse d'Emmanuel Macron se vérifiera.

Marine Le Pen et les gilets jaunes.
On voit bien Mélenchon s'associer aux différents leader des gilets juanes. Marine Le Pen est plus en retrait car elle est européiste à présent mais l'arme secrète reste le RIC (qui est une arme du citoyennisme) ou du temps, où il était une émanation d'Yvan Blot le référendum d'initiative populaire. Le RIC n'est que la goupille qui fera exploser le mouvement des gilets jaunes, en ce que une fois donné par Marine Le Pen, mais pas en toute matière - le révocatoire sera limité -.
La position d'extrême centre républicain revendiquée implicitement par Marine Le Pen s'aperçoit quand elle distingue les bons gilets des mauvais gilets jaunes. Elles ne les prend pas indistinctement mais opère une sélection vers le haut.

Pour donner une apparence de pluralisme, aller on mettra dix candidats, comme la surface du pays est importante il faudra un budget conséquent pour se présenter et celui-ci ne pourra s'obtenir sans les banques et sans la commission de contrôle des compte pour le valider après coup. Même là-dessus, sur la représentation, Etienne Chouard cède, il ne parle plus de tirage au sort, ne serait-ce qu'au niveau local pour renouveler " la politique". Lui-même devient sensible aux élections, quand on lui pose la question. Cela ne peut que conforter le système dans son pluralisme. Le pluralisme est maintenu comme un parangon de choix démocratique des consommateurs de la vie politique que serait les citoyens citoyennistes (ceux qui réduisent le "citoyen" à n'être qu'une "voix"). On a toujours dix candidats à l'élection en 2012 et en 2017, même si le traitement médiatique - temps de parole - diffère proportionnellement au résultat obtenu. Le médias conditionne le scrutin électoral quelque en soit la vertu (scrutin à la Condorcet randomisé). C'est un peu comme partir avec un handicap positif à une course hippique.

Et pour ceux qui douteraient, on peut dire que le discours de Marine Le Pen va tout simplement s'aligner sur celui de la vidéo qui suit, avec cette particularité qu'elle sait maîtriser de devoir ménager par un discours confus les aspirations anti-européistes des gilets jaunes. Il faut bien comprendre que les médias sont en train de la conditionner favorablement, là où elle s'était pris les pieds dans le tapis parce que sa prise de pouvoir était trop prématurée, Macron devant offrir des dividendes aux pantoufleurs du privé-public. 

Marine Le Pen disait à Emmanuel Macron : "vous êtes le candidat choisi par le système pour pouvoir se survivre parque sinon ils n'auraient pas pu se survivre." (1)
Tous les anti-système finissent par reproduire le système qu'ils combattent puisqu'ils ne perçoivent que des système et ne savent rien mettre d'autre à la place. Il n'y a pas de système. 

 


Sources :
(1) FranceInfoTV le 3 mai 2017

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article