Archives

Publié par Gilles Andecq-Havre

Au sein du Front national Jean-Marie Le Pen qui contrôle les finances joue aux chaises musicales et fait jouer des coudes aux prétendants qui sont :

- les solidaristes (Jean-Pierre Stirbois, Christian Baeckeroot...)

- les nationalistes révolutionnaires (notamment des dissidents du Parti des Forces Nouvelles lors de ses assises de novembre 1984 : Roland Hélie, Olivier Cazal), ainsi que l'aile nationaliste révolutionnaire de la Nouvelle Droite - le GRECE : Groupement de Recherche et d'Étude pour la Civilisation Européenne)

- l'aile nationale-libérale de la Nouvelle Droite (la Nouvelle Droite "ethno-différentialiste"avec le Club de l'Horloge - et qui donnera le Club du Beffroi en Belgique.

Les radicaux ne sont toutefois pas organisés en courant autonome, même s'ils dominent le Front National de la Jeunesse (FNJ). Créé en décembre 1973, le FNJ a été successivement dirigé par Christian Baeckeroot, Franck Timmermans, Jean-Claude Nourry, Jean-François Jalkh puis par Carl Lang (1984-1986) et Martial Bild (1986-1992).

Le seul courant organisé au sein du FN dans les années 1980 est celui des nationaux-catholiques dont le principal animateur est Bernard "Romain Marie" Antony. Les organes sont la revue Présent et les Comités Chrétienté-Solidarité.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article