Archives

La pensée de Junior Plinio Prado prône une conversion mystique à l’indicible; à l’ineffable, au grand autre, au tout autre, bref à la transcendance. Elle passe par une visitation de la grâce (épiphanie) pour les apophantes. La révérence des disciples passe en fait par une soumission et un assujettissement des disciples à la reconnaissance de la loi du marché et au repli impuissant sur l'expérience intérieure : ce qu'on retrouve dans les écrits d'adoubement au maître des ex-disciples : Il y a mal-être (thèse de Denis Viennet) et Le ratage comme occasion. Défendre « l’échec comme ressource » pour résister à l’injonction du résultat (exemple de texte dans la filiation pradesque). Nous verrons deux autres cas plus loin.

Il y aurait selon Junior Plinio Prado dans notre société une injonction à la réussite et au savoir-vivre notamment via la publicité. Elle nécessiterait pour lui, la mise en place d'une ligne générale de résistance à l’annexion contemporaine des intimités, dont notre dénonciation n'est qu'un énième illustration invasive. Car il reste l'éthique de la conduite et la justice des actions et personne n'a à ce mêlé de ce que faire l'individu libéral-libertaire. Se faire passer tour à tour pour une victime ou un défenseur de l'opprimé qu'est l'étudiant étranger, tel est le saint homme ! Nous ne pouvons qu'inviter à lire Le traité de d'Amour fou de Michel Clouscard qui avait déjà dressé le tableau de cette affaissement final du sujet post-moderne - non qu'on le voie devenir réactionnaire avec l'âge mais bien plutôt conservateur converti pour ne pas en dire plus. Cette lecture n'est pas à recommander à tous car elle produira bien des contristions chez Junior Plinio Prado.

Il n'y a pas d'injonction à la réussite mais bien une injonction au bonheur car celui-ci permet d'augmenter la consommation. La psychologie "positive" ou la psychanalyse ce de permettre à l'individu de développer ses émotions positives : je vais voir quelqu'un pour qu'il m'aide a être plus heureux. Le bonheur est une façon de légitimer encore plus l'individualisme atomisé., pour distiller ses idées une fois qu'il a repéré le moment de saillance*. Comme tout marketer, Junior Plinio Prado produit un tunnel de communication ou de vente, avec un panache de séduction dans le discours, toujours dans une pensée positive (thérapeutique) bien que fond de pessimisme. Il semble écouter et accueillir pour ensuite, au moment où le transfert d'affect est le plus fort, faire signer une recherche très personnelle, trop personnelle avec l'étudiant. Il rejette de ce fait l'intervention d'un élément extérieur comme par exemple un conseil scientifique.

Illustrons cela. La grâce dont nous parlions n'est rien d'autres que la "fusion amoureuse avec Dieu" que relate le cours d'une disciple récemment convertie (Barbara Zauli), elle m'excusera pour cette distanciation. Son cours propose des « exercices spirituels » de lecture autour des écrits mystiques de Thérèse d’Avila. Encore une fois, nous ne lui jetons pas la pierre, nous indiquons simplement au lectorat l'influence du maître qui arrive toujours à produire des revirements. Ne voit-on pas là plus ouvertement les références à "Dieu" que masque le discours du maître. Autre exemple, il en a été ainsi pour une deleuzienne devenue freudo-lacanienne sous l'impulsion du maître. Vous me direz mais ce croyant est irreligieux ! Oui tout à fait, il s'agit de faire sauter le lien entre les hommes pour produire des petits moi égotistes, bref de l'individualisme atomisé, propre libéralisme libertaire, il n'y a plus que l'individu et la société comme disait Margaret Tatcher, les communautés  et les états n'ont pas le droit de citer dans cet idéal, apparemment. Qu'est-ce qu'une secte sans communauté, une croyance sans religion.

Il semble que chez les collègues de Junior Plinio Prado très peu comprennent les effets dévastateurs de ce « ton juste y compris celui d’un silence », nom poli pour l'anathème, qui ne sont pas le fruit de l'institution académique mais d'un choix prétendument éthique du gourou d'une secte sortie de la religion** et dont la particularité est que chacun s'y trouve isolé puisque étranger dans sa secte. TRES PEU COMPRENDRONT QU'IL S'AGIT LA DE TIRER UN SIGNAL D'ALARME face à quelqu'un qui, en roue libre, ne maîtrise pas le transfert dans son intégralité et s'improvise psychanalyste. Ni la philosophie et encore moins la psychanalyse ne sont thérapeutiques (l'éthologie n'est pas une thérapeutique avant même de penser aux tournants psychopathologiques et linguistique - qui se termine avec L’œuvre claire de Jean Claude Milner - car il n'y a pas d'inconscient et ni de conscience comme déterminants : simplement du non-conscient à la Hartmann ou Bergson et du subconscient à la Janet (lequel fut aidé dans la création de la première chaire de psychologie en 1907 par Bergson). On ne peut généraliser les incestes du laboratoire de l'Apocalypse qu'est la Vienne du précédent millénaire : d'une part, les amnésies salvatrices ne produisent pas toujours des névroses mais l'oubli de l'oubli, d’autre part une compréhension bienveillante des mileiux sabbatéens et frankistes d'Europe centrale permet d'éviter bien des digressions autour du supposé inconscient - pris comme une substance langagière et symbolique qui au grand dam de Bachelard et de Castoriadis étouffe le terme même d'imaginaire.  Mais cela est inavouable, indicible aux oreilles de Junior Plinio Prado, cela est irrecevable, insoutenable au sens d'un discours qui se fait vie - là est l'escroquerie. Il faut continuer à torturer les « êtres » précaires et isolés tout en leur promettant le salut de la grâce comme bonheur - puisqu'il n'y a pas de normalité mais une étrangeté maintenue jusque chez soi. Il s'agit de désapprendre, de déconditionner pour prendre la main dessus. Il faut leur faire assimiler cette inhumanité - de la relation  - qui n'est pas avouable hors de la relation maître-étudiant. Au passage la verticalité de cette relation qui rompt avec le spontanéisme marcusien propre au freudo-marxisme. Pourtant Junior Plinio Prado ne parle jamais de Marx, une simple mention dans un texte pour donner le change et sous l'influence de Milner il rejette Lucrèce comme un adversaire voire un ennemi. La répétition ne vient pas de là mais de ce que l'inconscient du refouleur freudien répète éternellement et s'autorise de grands écarts déstabilisateurs pour le disciple, lequel est forclos dans une impossibilité patente de mouvement, d'échappatoire à cet. Il est très rare que l'on ait théoriser dans l'institution un outil de torture psychologique au vu et au su de ses collègues. Même si l'hystéro-perversité à toujours été de mise, il est rare qu'elle ait les deux seuils successifs de la manipulation (escroquerie) et du narcissisme (atomisation).

La seule preuve illustrant ce propos est la lettre faire à Patrice Vermeren sur la dissolution du séminaire étudiants du fait que les moi égotistes généré par l'individualisme atomisé ne parvenaient à communiquer entre eux.

En ouverture, un cas similaire de relation. La question dans ce cas, le scrupule de la victime est toujours de l'ordre de l'erreur d'attribution, c'est-à-dire de savoir si on peut essentialiser le terme d'une relation nocive ?
 

_______________________________________________________

* Nous citons : La saillance d’un élément dépend également du moment, comme dans l’exemple du trafic auquel on prête davantage attention au moment de traverser. Il est donc important de repérer les moments de saillance vis-à-vis de vos consommateurs pour optimiser votre communication. En ligne, par exemple, Jared Spool (2002) a étudié le comportements des utilisateurs du site web d’un groupe de distribution et est arrivé aux conclusions suivantes : les utilisateurs sont en général plus attentifs aux messages de communication une fois qu’ils ont finalisé l’action pour laquelle ils sont venus sur ce site (par exemple après avoir acheté le réfrigérateur qu’ils cherchaient). Il est donc plus facile de les influencer avec de nouvelles offres ou informations à la suite de cet achat, plutôt qu’avant ou pendant celui-ci.

** Le recours résilient au prochain, à un autre tuteur est soustrait au disciple puisque demeure pour Junior Plinio Prado, l'ouvrage de Freud comme référence L'avenir d'une illusion

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article