Pages

Archives

Publié par Ivan Iline, traduction Gilles Andecq-Havre

Ivan Alexandrovitch Iline, Le National-socialisme. Un nouvel esprit I. (Renaissance, Paris 17 mai 1933)

L'Europe ne comprend pas le mouvement national-socialiste. Elle ne comprend pas et a peur. Et sous la peur, elle comprend encore moins. Et moins elle comprend, plus elle croit à toutes les rumeurs négatives, à tous les récits de "témoins oculaires", tous des prédicteurs effrayants. Les publicistes radicaux de gauche de presque toutes les nations européennes se font peur les uns les autres avec le national-socialisme et créent un véritable appel à la haine et à la colère. Malheureusement, la presse étrangère russe commence progressivement à être entraînée dans cet appel nominal ; Les passions européennes commencent à passer à l'émigration et lui assombrissent les yeux. Pour nous, sis au cœur même des événements, apercevant tout de nos propres yeux, soumis à tous les nouveaux ordres et lois, mais désormais dans la sobriété spirituelle, il devient moralement impossible de nous taire. Nous devons parler et dire la vérité. Mais cette vérité doit encore ouvrir la voie ... Tout d'abord, je refuse catégoriquement d'évaluer les événements des trois derniers mois en Allemagne du point de vue des juifs allemands, qui ont été limités dans leur capacité juridique publique, qui ont souffert financièrement ou ont même en conséquence quitté le pays. Je comprends leur état d'esprit mais je ne peux pas en faire un critère du bien et du mal, surtout lors de l'évaluation et de l'étude d'un fait d'importance mondiale comme le national-socialisme allemand. Et ce serait étrange que les Juifs allemands attendent cela de nous. Après tout, les communistes ne nous ont pas privés de certains droits mais bien de tous les droits en Russie; : le pays a été conquis, asservi et pillé ; un million et demi d'habitants d'origine russe ont été forcés d'émigrer; et combien de millions de Russes ont été fusillés, emprisonnés, tués par la faim ... Et pendant les 15 années de cet enfer, il n'y a plus eu de journaux pro-bolcheviques en Allemagne, comme les journaux des Juifs allemands - Berliner Tageblatt, Fossiche Zeitung et Frankfurter Zeitung. Les journaux d'autres tendances trouvaient parfois un mot de vérité sur les bolcheviks. Ces journaux jamais. Pourquoi l'ont-ils fait? Nous ne demandons pas. C'est leur affaire. Les rédacteurs en chef de ces journaux ne pouvaient s'empêcher de se rendre compte de l'importance de leur mode d'action et des conséquences qu'il entraîne pour la Russie nationale et l'Allemagne nationale ... Mais notre tragédie russe leur était étrangère; le trouble dramatique qui leur est arrivé ne nous choque ni ne nous aveugle. Le national-socialisme allemand ne se limite absolument pas à la restriction des droits des Juifs allemands. Et nous discuterons de ce mouvement sur ses mérites - à la fois du point de vue national russe et d'un point de vue universel (à la fois spirituel et politique).

Deuxièmement, je ne considère absolument pas qu'il soit possible d'évaluer les derniers événements en Allemagne à partir de ce point de vue philistin-enfantin ou, comme le montrent les circonstances, provocateur de la rue - "où" et "quand" exactement les ennemis russes et allemands du communisme commenceront-ils à combattre ensemble ? Ce non-sens ne vaut pas la peine d'être discuté. Que les bébés précoces en politique en parlent. Laissez les gens aux buts plus obscurs se cacher derrière ces phrases. Ils sont difficiles à prévenir et il est recommandé de ne pas écouter leur séduisant bavardage. Leur point de vue ne peut pas nous servir de critère.

 

Enfin, troisièmement. Je refuse de juger le mouvement du national-socialisme allemand sur la base de ses excès dans la lutte, d'affrontements personnels ou d'exagérations circonstanciées, tels qu'ils sont avancés et repris par ses ennemis. Ce qui se passe en Allemagne est un énorme bouleversement politique et social; les dirigeants eux-mêmes le décrivent constamment avec le mot « révolution ». C'est un mouvement de passion nationale et d'ébullition politique, qui s'est affermi pendant 12 ans, et pendant des années, oui, pendant des années, il a versé le sang de ses adhérents dans les batailles contre les communistes. C'est une réaction aux années de déclin et de découragement d'après-guerre : une réaction de chagrin et de colère. Où et quand où une telle lutte aurait pu se dérouler sans excès ? Mais pour nous, qui avons vécu la révolution soviétique russe, ces mêmes excès ne produisent qu'une impression de gestes de colère individuelle et d'incorrection accidentelle. Nous vous conseillons de ne pas croire la propagande qui clame les "atrocités" locales ou, comme on l'appelle, la "propagande brutale". Il existe une telle loi de la nature humaine: un fugitif effrayé croit toujours aux chimères de son imagination et ne peut que parler des « horreurs terribles » qui l'ont presque dépassé. Ecoutez, Severing, un leader social-démocrate idéologique et honnête, n'est-il pas libre dans son Bielefeld? Les nationaux-socialistes ont-ils touché même un émigrant juif russe de premier plan? Alors, soyons justes dans nos jugements. Ceux qui ont vécu en dehors de l'Allemagne ou qui sont venus ici pour des affaires philistines et des conversations ne comprennent pas les motifs du mouvement national-socialiste. Le monde entier n'a pas vu et ne savait pas à quel point le poison bolchevique pénétrait régulièrement et profondément en Allemagne. Les masses allemandes elles-mêmes ne l'ont pas vu. Seuls trois groupes ont vu et savaient cela: le Komintern, qui a organisé toute cette infection; nous, étrangers russes installés en Allemagne; et les dirigeants du national-socialisme allemand. Le pays, pris en sandwich entre le traité de Versailles, la crise économique mondiale et la surpopulation, a rationalisé son industrie et recherché de nouvelles ventes. Le chômage a pris de l'ampleur et le pays a lentement sombré dans le bolchevisme. Ce processus de masse s'est déroulé de lui-même; l'intelligentsia était elle-même bolchevisée. Le Komintern, à chaque conférence, ordonnait de doubler le travail et résumait de manière triomphale les chiffres de résultats. Pas un seul parti allemand n'a trouvé le courage de lutter contre ce processus. Et quand, à l'été 1932, le nouveau gouvernement annonça qu'il « prenait en main la lutte contre le communisme » et ne mena aucune lutte, par cette seule déclaration, il a affaibli et directement tué toute initiative anticommuniste privée. Le processus de propagande d'Etat se déroula de fait. La réaction au bolchevisme devait surgir et elle est venue. Si elle n'était pas venue et si l'Allemagne avait glissée dans le précipice, alors le processus de bolchévisation européenne aurait été en plein essor. Une guerre civile en Allemagne (et sans une lutte obstinée, brutale, sans fin sanglante, les Allemands ne se seraient pas rendus aux communistes!), Aurait trouvé une réponse immédiate en République tchèque, en Autriche, en Roumanie, en Espagne et en France. Et si toute la capacité d'organisation de l'Allemand, toute sa discipline, son endurance, son dévouement au devoir et sa capacité à se sacrifier - étaient entre les mains des communistes, que faire alors? Je sais que d'autres ennemis des Allemands disaient même avec une frivolité incroyable: "Eh bien, tant mieux" ... Comme pendant la peste: la maison voisine est infectée et meurt; Eh bien, qu'en est-il de ça? Qu'est-ce que c'est pour nous? La cécité et la folie règnent toujours en Europe. Ils pensent à aujourd'hui, attendent des nouvelles, intriguent, s'amusent; de tout l'ouragan, ils ne voient que de la poussière et l'abîme est pris pour une simple fosse. Qu'a fait Hitler? Il a arrêté le processus de bolchevisation en Allemagne et a ainsi rendu le plus grand service à toute l'Europe. Ce processus en Europe est loin d'être terminé; le ver continuera à ronger l'Europe de l'intérieur. Mais pas pareil. Non seulement parce que de nombreuses tanières communistes en Allemagne ont été détruites; pas seulement parce que la vague de détonation traverse déjà l'Europe; mais principalement parce que l'hypnose libérale-démocratique de la non-résistance a été rejetée. Tant que Mussolini dirige l'Italie et Hitler dirige l'Allemagne, la culture européenne a un répit. L'Europe a-t-elle compris cela? Il me semble que non ... Comprendra-t-elle cela très bientôt? J'ai peur qu'il ne comprenne pas ... Hitler a pris ce sursis principalement pour l'Allemagne. Lui et ses amis feront tout pour l'utiliser pour le renouveau national, spirituel et social du pays. Mais prenant ce répit, il l'a donné à l'Europe. Et les peuples européens doivent comprendre que le bolchevisme est un danger réel et féroce; que la démocratie est une impasse créative; que le socialisme marxiste est une chimère condamnée; qu'une nouvelle guerre est au-delà des forces de l'Europe, ni spirituellement ni matériellement, et que seule une recrudescence nationale, qui reprend de façon dictatoriale et créative la solution «sociale» de la question sociale, peut sauver la cause dans chaque pays. Jusqu'à présent, l'opinion publique européenne n'a fait qu'affirmer que des racistes et des antisémites extrémistes sont arrivés au pouvoir en Allemagne; qu'ils ne respectent pas les droits; qu'ils ne reconnaissent pas la liberté; qu'ils veulent introduire une sorte de nouveau socialisme; que tout cela est «dangereux» et que, comme l’a dit récemment Georg Bernhard (ancien rédacteur en chef de la Fossiche Zeitung), ce chapitre de l’histoire allemande «nous l’espérons sera court» ... Nous ne pourrons guère expliquer à l’opinion publique européenne que tout ces jugements sont soit superficiels, soit à courte vue et biaisés. Mais essayons de comprendre la vérité nous-mêmes. Ainsi, un coup d'État légal a eu lieu en Allemagne. Les Allemands ont réussi à sortir de l'impasse démocratique sans violer la constitution. C'était (comme déjà indiqué à la Renaissance) l'auto-abolition légale du système parlementaire démocratique. Et en même temps, c'était la fin de la guerre civile, qui faisait rage d'année en année à tous les carrefours. Les démocrates n'osent pas appeler Hitler un «usurpateur»; ce sera un mensonge clair. Les partisans de l'état de droit devraient tout d'abord noter la chute brutale de la courbe des assassinats à travers le pays. Les partisans de la force économique bourgeoise devraient réfléchir à des taux fermes et à des transactions animées en bourse. Et avec tout cela, ce qui se passe en Allemagne est un tremblement de terre ou un bouleversement social. Mais ce n'est pas une révolution de décomposition, mais de concentration; pas de destruction, mais de reconstruction; pas violemment fouetté, mais impérieusement discipliné et organisé; pas incommensurable, mais dosé. Et ce qui est le plus remarquable, c'est qu'il évoque une obéissance loyale dans toutes les couches du peuple. «Révolutionnaire» consiste ici non seulement à briser la nouveauté, mais aussi dans le fait que les nouvelles ordonnances sont souvent appliquées à la hâte sous forme d'ordres administratifs et de discrétion, avant la promulgation de la loi correspondante; d'où cette angoisse et cette incertitude des personnes, caractéristiques de toute révolution, ni dans les limites de leur «statut» juridique en général, ni même simplement de nos jours. Cependant, ces ordonnances administratives sont rapidement couvertes par des lois qui prévoient généralement des formules moins dures, plus vitales et plus justes. C'est la première chose.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article