Archives

Publié par Gilles Andecq

EXTREME-CENTRE / Philippe Aghion

Philippe Aghion

Extrême-centre, économiste

Parcours
Philippe Aghion est économiste, professeur au Collège de France et spécialiste de l'innovation et de la croissance (1)

Engagement Politique et activisme
Soutien d'Emmanuel Macron en 2017 (2), il a entraîné avec lui ses deux compères Elie Cohen (CNRS) et Gilbert Cette (Université Aix-Marseille), qui avaient soutenu François Hollande en 2012.

Faits
Philippe Aghion, Elie Cohen et Gilbert Cette cosigné l'ouvrage Changer de modèle en 2014, qui proposait de réformer le SMIC (2).
Le 18 mars 2019, participe au Grand Débat d'Emmanuel Macron lors du mouvement des Gilets Jaunes avec les intellectuels (3).

Propos
Critique du modèle anglo-saxon du ruissellement du point de vue du modèle scandinave de flexiséxcurité. « Il existe un dilemme en matière de croissance économique : si ceux qui innovent n’en tirent pas profit, l’innovation risque d’être bloquée ou fortement ralentie. Il est donc inévitable que l’innovation crée de l’inégalité. Mais d’un autre côté, il faut s’assurer que ces innovateurs ne vont pas utiliser les rentes qu’ils tirent de leurs inventions pour mettre des barrières à l’entrée des futurs innovateurs et pour acheter le pouvoir politique… C’est le dilemme que met en scène Angus Deaton dans son livre La grande évasion à propos des inégalités de santé et je suis très deatonien en réalité : une certaine inégalité est indissociable de la croissance. Mais elle n’est tolérable que si, parallèlement, existe une forte mobilité sociale et qu’elle s’accompagne d’un solide système de protection sociale. L’inégalité est particulièrement insupportable si ce sont toujours les mêmes qui se retrouvent en haut de l’échelle sociale. Il faut à tout prix éviter une société où existeraient des trappes de pauvreté dont les personnes qui s’y trouvent ne pourraient pas sortir. C’est au fond toute la différence entre les modèles anglo-saxon et scandinave.
Dans le modèle anglo-saxon, on mise sur la théorie du ruissellement en espérant que les pauvres finiront au bout du compte par bénéficier, eux aussi, de l’enrichissement des riches. Dans le modèle scandinave, on met en place des systèmes pour protéger les plus démunis et leur donner une chance d’arriver, eux aussi, en haut de l’échelle sociale, avec une éducation gratuite et de qualité, une santé gratuite accessible à tous et une véritable flexisécurité sur le marché du travail, pour redonner une chance à ceux qui auraient perdu leur emploi… A cette condition seulement, on peut combiner une dynamique d’innovation et les inégalités qu’elle entraîne nécessairement et une mobilité et protection sociales élevées. » (4).

Propos démentis par la réalité
 

Ses références (A quoi sert l'autorité sinon de bride ?)
 

Son réseau :
 

Avis
« »

Sources
1. France Culture, Qui sont les intellectuel(le)s qui vont échanger avec Emmanuel Macron ce lundi ?, 18 mars 2019.
2. BFM, Présidentielle: qui soutient qui chez les économistes?, 18 mars 2017. cf. pour l'ouvrage https://www.alternatives-economiques.fr/changer-de-modele/00049152
3. http ://www.la-philosophie.fr/gilets-jaunes-grand-debat-18-mars-2019.
4. Alternatives économiques, Entretien avec Philippe Aghion, Un an de Macron : « Le compte n’y est pas », 9 juin 2018. https://www.alternatives-economiques.fr/un-an-de-macron-compte-ny/00084918

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article