Archives

Publié par Gilles Andecq

1878-1939
« Le pantouflage comme phénomène important et non-exceptionnel remonte aux années 1880-1890 et touche donc les promotions entrées depuis le Second Empire. Ainsi sur 90 inspecteurs entrés définitivement à l’Inspection entre 1949 et 1870, 29, soit 32%, démissionnent. CE phénomène, ancien, s’accélère des années 1890 aux années 1930 pour redescendre ensuite à un niveau moyen de 30-35 %, avec des pics dans les années 1950 «et 1980. Sur nos 355 inspecteurs, 158 démissionneront (ou prendront une retraite différée possible après 1955), soit 44 %. Cette évolution se décompose ainsi : 9 sur 31 des promotions 1881-1890 soit 29 % ; 27 sur 50 des promotions 1891-1900 soit 54% ; 21 sur 51 des promotions 1901-1910 soit 41 % ; 12 sur 30 des promotions 1911-1914 soit 40 % ; 35 sur 102 des promotions 1917-1929 soit 34 % ; 25 sur 77 des promotions1930-1939 soit 32 %. »
« La première moitié du XXe siècle prolonge et accentue cette tradition ; sur les 48 inspecteurs trésoriens, 26 passeront dans une banque privée, soit 55%, et dans une banque publique, privée ou mixte, soit 83 %. A titre de comparaison, sur 355 inspecteurs des promotions 1878 à 1939, 161, soit 45%, passeront à un moment ou à un autre dans une banque au sens large, dont 105 dans une banque privée, soit 30 %. » Nathalie Carré de Malberg, Le Grand État-major financier.

1976-2016
« 
Sur les 333 inspecteurs ainsi recensés, 55 % travaillent ou ont travaillé dans le secteur privé et 34 % (soit 115 d’entre eux) ont exercé dans le secteur bancaire à un moment de leur carrière. Près de la moitié de ceux qui sont passés dans le secteur privé revient dans le secteur public »Alternatives économique et Basta ! , juin 2017

2013-2017
« Sur la période 2013-2017, les 40 départs dans le privé ou le secteur concurrentiel public de membres de l’Inspection générale des finances ont tous reçu un avis favorable de la commission de déontologie de la fonction publique, dont 35 (soit 82,5 % des avis) sans réserve au regard de l’exercice des fonctions antérieures », Rapport d’information parlementaire, 2018.

Le jeu laissé au rétropantouflage qui ruine la neutralité de l ‘Etat
« Pour les citoyens la neutralité de l’État n’est plus garantie. Son impartialité est même ruinée. Elle l’est d’autant plus que si le pantouflage est encadré par la loi, le rétropantouflage, pratique plus récente et en expansion, lui ne l’est pas. Pire, un responsable public peut être placé dans une situation pouvant conduire à des pratiques de prises illégales d’intérêts, d’ingérence ou d’abus d’autorité. » Laurent Mauduit, La Caste, éd. La Découverte, p. 54

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article