Archives

Publié par Jean-Charles Robin

 

Camille Marsault

Dessinateur d'extrême-droite

Parcours


Engagement politique et activisme :


Faits
Il est l'auteur de :
Sans filtre, tome 1 : C'était la guerre, auto-édition, 2014.
Sans filtre, tome 2 : Là où je pense, auto-édition, 2015.
BREUM, tome 1 : Attention, ça va piquer, auto-édition, 2015 (réédition augmentée, Ring, 2016).
Deux poids deux mesures (en collaboration avec Cordell), auto-édition, 2015 (réédition, Ring, 2017).
FDP de la mode, tome 1: Enculés va ! (en collaboration avec Papacito), auto-édition, 2015 (réédition, Ring, 2018)
BREUM, tome 2 : Blindage et liberté, Ring, 2016.
Dernière Pute avant la fin du monde, Ring, 2017.
Sans filtre : l'intégrale (réédition en un volume des tomes 1 et 2), Ring, 2017.
L'Inavouable Histoire de France - La satire officielle, de Norbert Hérisson et Stéphane Burne, Ring, 2017.
Asphalte, Ring, 2018.
BREUM, tome 3 : C'est pas la taille qui compte, Ring, 2018.
BREUM 3, éditions Ring, Septembre 2018.
FDP Tome 2, éditions Ring, février 2019.
Les recettes barbares, éditions Ring, octobre 2019.

Propos
«  »
 

Propos démentis par la réalité
 

Ses références (A quoi sert l'autorité sinon de bride ?)
 

Son réseau :
 

Avis
Le politologue Nicolas Lebourg résume en 2018 le cas de Marsault comme celui d'un dessinateur qui parvient « à retourner les codes de l’humour façon Fluide glacial contre les valeurs censément progressistes ». Pour lui « cela représente un enfoncement complet dans la dérision post-moderne, mais cette faiblesse doctrinale est loin des préoccupations des lecteurs et n’est pas grand-chose face à la viralité de la subversion des valeurs de l’humanisme égalitaire accomplie ». Il classe Marsault, aux côtés du Raptor dissident, parmi les « réussites du combat culturel d’extrême droite ».

Lindingre, rédacteur en chef de Fluide glacial, raconte avoir été sollicité en 2013 par Marsault, alors inconnu mais avoir refusé : « ses dessins ne font [à l'époque] pas encore fachos, mais c'est amateur, et certains sont assez haineux, homophobes ».

En décembre 2016, Causeur salue en Marsault « le Gotlib de l'underground réac » et dénonce la « censure inadmissible » dont il a fait l'objet4. En juillet 2018, Valeurs actuelles fait l'éloge du « moins politiquement correct des dessinateurs » en le présentant comme un vengeur du « vieux monde » et de la « France morte ». Selon Le Figaro, Marsault est « sulfureux, souvent borderline, associé par ses détracteurs aux milieux d'extrême droite » et « se distingue par un style très cru, mêlant humour noir et violence ».

Actua BD juge au contraire son dessin « médiocre » et son humour « lourdingue », et le qualifie de « Dieudonné de la BD » qui « cumule tous les marqueurs propres à la fachosphère » en multipliant les « posts odieux ». Libération critique « l'outrance vulgaire de ses albums, à des kilomètres des Gotlib, Reiser et Coyote », estimant que ses travaux sont « d'une affligeante banalité graphique », sa mise en scène de la violence n'offrant aucune originalité.

Sources
(1)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article