Archives

Publié par Les étudiants de Paris 8

Howard Phillips Lovecraft est né le 20 août 1890 à 9 heures dans la maison de sa famille située au 454 (puis 194) rue Angell à Providence, dans le Rhode Island. Sa mère est Sarah Susan Phillips Lovecraft, dont on peut retracer les origines jusqu'en 1630 et l'arrivée dans le Massachusetts de George Phillips. Le père de Lovecraft est Winfield Scott Lovecraft, vendeur itinérant chez Gorham & Co.,  Silversmiths, de Providence. Quand Lovecraft a trois ans, son père est victime d’une dépression nerveuse dans une chambre d’hôtel à Chicago. Il est ramené à l’hôpital Butler où il reste cinq ans avant de mourir, le 19 juillet 1898. Lovecraft est apparemment informé que son père était paralysé et comateux pendant la nuit. cette période, mais la preuve subsistante suggère que ce n’était pas le cas; il est presque certain que le père de Lovecraft est décédé d’une paralysie, une forme de neurosyphilis.
À la mort du père de Lovecraft, l’éducation du garçon est assurée par sa mère, ses deux tantes et tout particulièrement son grand-père, l'industriel reconnu Whipple Van Buren Phillips. Lovecraft est un jeune homme précoce: il récite de la poésie à l'âge de deux ans, lit à l'âge de trois ans et écrit à l'âge de six ou sept ans. Son premier enthousiasme concerne Les mille et une nuits, qu'il lit à l'âge de cinq ans. C'est à cette époque qu'il adopte le pseudonyme de «Abdul Alhazred», qui deviendra plus tard l'auteur du mythique Necronomicon. Cependant, l’année suivante, ses intérêts pour le monde arabe s'éclipsent devant la découverte de la mythologie grecque, glanés dans Age of Fable de Bulfinch et dans les versions pour enfants de l’Iliade et de l’Odyssée. En effet, sa première oeuvre littéraire est «The Poem of Ulysses» (1897), qui paraphrase l'Odyssée en 88 lignes de vers rimés. Mais Lovecraft avait déjà découvert une fiction étrange et sa première histoire, le non-existant "The Noble Eavesdropper", pourrait remonter à 1896. Son intérêt pour l'étrange fut porté par son grand-père, qui divertit Lovecraft -le-brassard de contes étranges dans le mode gothique.
Dans sa jeunesse, Lovecraft était un peu seul et souffrait de maladies fréquentes, dont beaucoup étaient apparemment psychologiques. Sa présence à la Slater Avenue School était sporadique, mais Lovecraft recueillait beaucoup d'informations par le biais d'une lecture indépendante. Vers l'âge de huit ans, il découvre la science, d'abord la chimie, puis l'astronomie. Il a commencé à produire des revues au graphisme, The Scientific Gazette (1899-1907) et The Rhode Island Journal of Astronomy (1903-1907), pour les distribuer à ses amis. Lorsqu'il entre à l'école secondaire Hope Street, il trouve ses professeurs et ses pairs sympathiques et stimulants, et il nouée là de nombreuses amitiés durables avec des garçons de son âge. La première apparition imprimée de Lovecraft eut lieu en 1906, quand il écrivit une lettre sur un sujet astronomique au The Providence Sunday Journal. Peu de temps après, il commence à écrire une chronique mensuelle sur l’astronomie pour le Pawtuxet Valley Gleaner, un journal rural; il écrit plus tard des chroniques pour The Providence Tribune (1906-08), The Providence Evening News (1914-18), ainsi que pour The Asheville (N.C.) Gazette-News (1915).
En 1904, la mort du grand-père de Lovecraft et la mauvaise gestion de ses biens et de ses affaires, plongèrent la famille de Lovecraft dans de graves difficultés financières. Lovecraft et sa mère sont obligés de quitter leur somptueuse demeure victorienne dans des locaux exigu au 598, rue Angell. Lovecraft est dévasté par la perte de son lieu de naissance et envisage apparemment le suicide, alors qu'il fait de longues promenades à vélo et observe avec nostalgie les profondeurs aqueuses de la rivière Barrington. Mais les études le revigore et chasse de lui ces pensées noires. En 1908, toutefois, juste avant la fin de ses études secondaires, il fait une dépression qui l'oblige à quitter l'école sans diplôme. Ce fait, ainsi que son échec ultérieur pour entrer à la Brown University, sont une source de grande honte pour Lovecraft dans les années qui suivent, bien qu'il s'avèrera être l'un des plus formidables autodidactes de son temps. De 1908 à 1913, Lovecraft est un ermite potentiel, qui poursuit de très près ses intérêts astronomiques et continue ses écrits poétiques. Pendant toute cette période, Lovecraft est plongé dans une relation malsaine entre amour et haine avec sa mère, laquelle souffre toujours du traumatisme causé par la maladie et la mort de son mari.
Lovecraft est sorti de son isolement d'ermite d'une manière assez particulière. Ayant commencé à lire les premiers magazines «pulp» de l'époque, il était tellement furieux après les écrits d'histoire d'amour d'un certain Fred Jackson dans The Argosy qu'il attaqua Jackson dans une lettre en vers. Cette lettre a été publiée en 1913 et a provoqué un vent de protestations de la part des  défenseurs de Jackson. Lovecraft a engagé un débat houleux dans la colonne des lecteurs de The Argosy et de ses magazines associés, les réponses de Lovecraft étant presque toujours des couplets glauques et héroïques rappelant Dryden et Pope. Edward F. Daas, président du United Amateur Pres, a évoqué cette controverse.

Son entourage et ses correspondants

Forrest J Ackerman (1916–2008), jeune fan de science-fiction, agent, rédacteur en chef et correspondant sporadique de Lovecraft. Lui, Lovecraft, Robert H. Barlow et d’autres se sont livrés à une âpre rivalité sur les mérites de l’œuvre de Clark Ashton Smith dans la colonne «Boiling Point» du Fantasy Fan (1933-1934).

William Frederick Anger (né en 1921), fan de fiction étrange et correspondant de Lovecraft.

Victor E. Bacon (1905-1997), journaliste amateur et rédacteur en chef de Bacon’s Essays, qui a publié les travaux de Lovecraft et Clark Ashton Smith, et rédacteur officiel de la United Amateur Press Association (1925-1926).

Edwin Baird (1886-1957), premier éditeur de Weird Tales (mars 1923-19 avril 1924), qui accepta les premières contributions de Lovecraft au magazine. Également éditeur de Real Detective Stories.

F [ranklin] Lee Baldwin (1913-1987), fan de fiction étrange qui est entré en contact épistolaire avec Lovecraft en 1933. Il a écrit une biographie récente, «H.P. Lovecraft: un croquis biographique »(Fantasy Magazine, avril 1935).

Robert H. [ayward] Barlow (1918-1951), auteur et collectionneur. Adolescent, il a correspondu avec Lovecraft et a été son hôte lors de deux longs séjours en Floride, au cours des étés 193 et ​​1935. Dans les années 1930, il a écrit plusieurs œuvres de fiction étranges et fantastiques, certaines en collaboration avec Lovecraft. Lovecraft l'a nommé son exécuteur testamentaire. Il a aidé August Derleth et Donald Wandrei à préparer les premiers volumes de Lovecraft pour Arkham House. Dans les années 1940, il se rendit au Mexique et devint un anthropologue distingué. Il est mort par suicide.

Harry [Hiram Gilmore] Bates III (1900-1981), éditeur de Strange Tales and Astounding Stories. Lovecraft lui a soumis à plusieurs reprises des récits, mais tous ont été rejetés car ils ne contenaient pas une «action» suffisante.

Zealia Brown (Reed) Bishop (1897-1968), cliente de la révision de Lovecraft. Lovecraft ghostwrote a écrit «La malédiction de Yig» (1928), «Le tertre» (1929-1930) et «Medusa’s Coil» (1930) pour elle sur la base de son synopsis de complot.

Robert Bloch (1917–1994), auteur de fictions étranges et à suspense qui correspondit avec Lovecraft en 1933. Lovecraft lui enseigna le métier d'écrivain au cours de leurs quatre années d'association. [La chauve-souris est mon frère est dédié à Bloch et à ses écrits.]

Hyman Bradofsky (1906-2002), journaliste amateur, rédacteur en chef du Californian, président (1935-1936) et rédacteur officiel (1936) de la National Amateur Press Association.

Harry K. Brobst (1909–2010), ancien collaborateur de Lovecraft, s'installa à Providence en 1932, devint infirmier en psychiatrie à l'hôpital de Butler et rencontra Lovecraft régulièrement par la suite.

(Rév.) David Van Bush (1882-1959), auteur prolifique de manuels de vers inspirants et de psychologie populaire, dont beaucoup ont été révisés par Lovecraft.

Hugh B [arnett] Cave (1910-2004), auteur prolifique d'histoires pour les magazines de pâte à papier. Il a vécu quelque temps près de Lovecraft à Pawtucket, dans le Rhode Island. Ils ont correspondu brièvement mais ne se sont jamais rencontrés.

Walter J [ohn] Coates (1880-1941), ami de W. Paul Cook et rédacteur en chef du magazine Vermont Driftwind.

Edward H [arold] Cole (1892-1966), associé amateur de longue date de Lovecraft, résidant dans la région de Boston. Éditeur de l'Olympien.

Willis [Clark] Conover, Jr. (1920-1996), jeune fan de fiction étrange qui a édité le correspondant Science-Fantasy (1936-1937) et qui était un défunt correspondant de Lovecraft. Il a transformé sa brève correspondance avec Lovecraft en un livre magnifique, Lovecraft at Last (1975).

W [illiam] Paul Cook (1881-1948), éditeur du Monadnock Monthly, du Vagrant et d'autres revues amateurs; Journaliste amateur de longue date, imprimeur et ami de longue date de Lovecraft. En 1927, Cook publia le Recluse, contenant «L’horreur surnaturelle dans la littérature» de Lovecraft.

[Harold] Hart Crane (1899-1932), éminent poète américain qui rencontra Lovecraft de façon sporadique à Cleveland (1922) et à New York (1924-1926, 1930). Lovecraft a admiré son travail, notamment The Bridge (1930), sur lequel Lovecraft l'a vu au travail en 1924. Il est décédé par suicide. [Modern American Poetry comprend une biographie de Crane et plusieurs de ses œuvres.]

William L [evy] Crawford (1911-1984), éditeur de Marvel Tales and Unusual Stories et éditeur de la Visionary Publishing Company, qui a publié The Shadow over Innsmouth de Lovecraft (1936).

Anna Helen Crofts (1889-1975), écrivain amateur et collaboratrice de Lovecraft. Elle a collaboré avec Lovecraft sur le récit "Poésie et les dieux", publié par "Anna Helen Crofts et Henry Paget-Lowe".

Edward F. Daas (1879-1962), journaliste amateur qui recruta Lovecraft dans le mouvement en 1914.

Edgar J. Davis (1908-1949), jeune journaliste amateur avec qui Lovecraft a exploré Newburyport et d'autres lieux de la Nouvelle-Angleterre.

Adolphe de Castro (1859-1959), anciennement Gustav Adolphe Danziger, auteur, co-traducteur avec Ambrose Bierce de Le Moine de Richard Voss et Fille du pendu, correspondant de Lovecraft. Lovecraft a révisé son "The Last Test" et "The Electric Executioner".

August [William] Derleth (1909-1971), auteur d’étranges contes et long métrage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article