Archives

Publié par Gilles Andecq

EXTREME-CENTRE / Jean-Claude Casanova

Jean-Claude Casanova

Extrême-centre, économiste

Parcours
Jean-Claude Casanova est l'ex-président de la Fondation nationale des sciences politiques. Il dirige la revue Commentaire (1). Il est membre du comité scientifique du think tank la Fondation Robert Schuman. Il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, agrégé de droit et de sciences économiques, docteur ès sciences économiques.

Il travaille au sein d'un cabinet d'avocats puis rejoint le département d'économie de l'université Harvard en 1957-1958. Il devient ensuite assistant à Sciences Po, puis à la faculté de droit et des sciences économiques de Dijon (1963-1964). Il est alors élu directeur d'études et de recherches à la Fondation nationale des sciences politiques, poste qu'il occupe jusqu'en 1990. Il fut également professeur à l'ENA et dans divers établissements d'enseignement. Parallèlement, il travaille au sein de plusieurs cabinets ministériels centristes : Jean-Marcel Jeanneney, Joseph Fontanet, Raymond Barre.

Il a eu également une importante activité comme éditorialiste ou auteur; il a cofondé, avec Raymond Aron, la revue Commentaire, dont il est le directeur depuis sa création en 1978. Il est de plus éditorialiste associé au journal Le Monde après l'avoir été à L'Express de 1985 à 1995. Il collabore également au Figaro ainsi qu'à France Culture. Dans l'édition, il est directeur-adjoint de la collection Thémis Économie (Presses Universitaires de France) depuis 1986 et préside plusieurs jurys de prix littéraires.

Après ses activités de conseiller ministériel, Jean-Claude Casanova avait repris ses activités d’enseignant, à l'Institut d'études politiques de Paris, animé des séminaires de recherche en pensée politique ou en relations internationales, et a dirigé jusqu’en 2002 l’un des deux centres de recherche en économie de l'IEP : le Service d’étude de l’activité économique (SEAE).

Jean-Claude Casanova a été membre du Conseil économique et social de 1994 à 2004, et depuis 2004 est membre du Conseil d'analyse de la société. Il est membre depuis 1997 de l'Académie des sciences morales et politiques. Il est également Président du Conseil scientifique de l'Institut national d'études démographiques, depuis 1996.

Engagement libéral
A travers ses œuvres, et tout comme la revue Commentaire, il s'inscrit dans la tradition du "libéralisme mélancolique" décrit par Pierre Hassner : une façon d'être lucide sans renoncer à l'espérance - dans la lignée d'Alexis de Tocqueville, d'Élie Halévy, de Raymond Aron et de François Furet.
Il considère que la distinction entre libéralisme classique et libertarianisme est nécessaire, car il ne s'agit pas uniquement pour lui d'une différence de degré entre ces deux philosophies. Le libéralisme classique dont il se revendique se décline principalement dans le champ politique avec l'insistance sur plusieurs valeurs essentielles : « les libertés publiques, le régime représentatif, la liberté d’expression, les droits individuels, la propriété privée, la concurrence et le libre-échange »(2).
Il lui oppose le courant libertarien, qui séduit « pour partie [les] anarchisants, pour partie [les] économicisants »(2). La vision libertarienne est pour lui anti-politique, profondément anarchisante en fait. A l'inverse de cette dernière, Casanova défend par exemple un État-providence.

Faits
Le 18 mars 2019, participe au Grand Débat d'Emmanuel Macron lors du mouvement des Gilets Jaunes avec les intellectuels (3).

Propos
«  »

Propos démentis par la réalité


Livres
Essai sur quelques tentatives d'intégration de l'économie et de la sociologie, 1963
La politique scientifique des États-Unis, 1968Principes d'analyse économique, 11 fascicules, 1969-78
Reshaping the international economic order, en collaboration, 1972
Rapport du groupe d'étude de la tarification de l'électricité, (en collaboration), 1974
Histoire de l’analyse économique de Joseph Schumpeter, directeur de la traduction française, 1983
Mélanges en l'honneur de Raymond Aron, édition, 1985
Six manières d’être européens, en collaboration, 1990
Entre l'État et le marché. L'économie française de 1880 à nos jours, in Les Echanges extérieurs : un équilibre précaire, avec Maurice Levy-Leboyer, 1991
Réformer le mode de scrutin européen, rapport, Paris, Mouvement européen, 1996
La Construction de l’Europe, Louis Audibert Éditions, 2004
Préface à Raymond Aron, De Giscard à Mitterrand (1977–1983), Éditions de Fallois, 2005

 


Ses références (A quoi sert l'autorité sinon de bride ?)

Son réseau :
 

Avis
« »

Sources
1. France Culture, Qui sont les intellectuel(le)s qui vont échanger avec Emmanuel Macron ce lundi ?, 18 mars 2019.
3. http ://www.la-philosophie.fr/gilets-jaunes-grand-debat-18-mars-2019.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article