Pages

Archives

Publié par Jean-Charles Robin

Camille Marsault

Camille Marsault

Dessinateur d'extrême-droite

Parcours
Né en 1988 en banlieue parisienne, il quitte l'école à 16 ans et travaille comme manœuvre de chantier. Dessinant d'abord pour faire rigoler ses copains de comptoir, il décide rapidement de passer à la vitesse supérieure. Il apprend le métier de dessinateur en autodidacte et se forge sa technique en recopiant la bande-dessinée des années 60-70, Gotlib en tête (0).  

Engagement politique et activisme :
Dans une interview, le dessinateur reconnaît avoir « plus de « fachos » que de « gauchos » » parmi ses lecteurs car il pratique un « humour de droite » — ce qu'il définit avant tout comme un état d'esprit — mais revendique avoir avant tout un lectorat apolitique (1).

Faits
En septembre 2018, Lindingre, exaspéré de voir Marsault revendiquer l'esprit de Fluide glacial et de Gotlib et à la suite de ses propos polémiques, publie sur Facebook un texte dans lequel il le classe dans « cette nouvelle espèce qui nous envahit, ces dessinateurs de droite et d'extrême droite [qui] émerge au même moment que des mouvements néonazis totalement décomplexés, à travers l'Europe, font florès ». Au mois de novembre, Marsault l'attaque en justice pour injures publiques. De nombreux auteurs de bande dessinée lancent alors une cagnotte en ligne pour soutenir Lindingre (2).
Le 7 décembre 2018, Marsault, en même temps que deux de ses fans, passe en jugement devant le tribunal correctionnel de Créteil, pour une affaire de cyberharcèlement envers une internaute féministe.
Le 18 janvier 2019, il est finalement condamné à une amende de 5 000 euros et 5 000 autres avec sursis, ainsi qu’à 2 000 euros d’indemnisation pour harcèlement, injure publique et usurpation d'identité.
Le 30 mars 2019, Actua BD annonce, que Marsault est débouté de sa plainte contre Lindingre.

Auteur de : (0)
Sans filtre tome 1 : C'était la guerre, auto-édition, 2014.
Sans filtre tome 2 : Là où je pense, auto-édition, 2015.
BREUM tome 1 : Attention, ça va piquer, auto-édition, 2015 (réédition augmentée, Ring, 2016).
Deux poids deux mesures (en collaboration avec Cordell), auto-édition, 2015 (réédition, Ring, 2017).
FDP de la mode tome 1: Enculés va ! (en collaboration avec Papacito), auto-édition, 2015 (réédition, Ring, 2018)
BREUM tome 2 : Blindage et liberté, Ring, 2016.
Dernière Pute avant la fin du monde, Ring, 2017.
Sans filtre : l'intégrale (réédition en un volume des tomes 1 et 2), Ring, 2017.
L'Inavouable Histoire de France - La satire officielle, de Norbert Hérisson et Stéphane Burne, Ring, 2017.
Asphalte, Ring, 2018.
BREUM tome 3 : C'est pas la taille qui compte, Ring, 2018.
BREUM tome 3, éditions Ring, Septembre 2018.
FDP de la mode Tome 2, éditions Ring, février 2019.
Les recettes barbares, éditions Ring, octobre 2019.
BREUM, tome 4 : Sur ta mère comme au ciel, Ring, 2020 

Propos
A propos d'Emmanuel Macron : en faisant « abstraction des horribles crimes de masse commis », « Vous préférez un chancelier qui promeut le sport, le gigantisme architectural en pierre de taille, les aigles en marbre de 20 mètres de haut et la musique de Wagner, ou un président qui invite des travelos en shorty/bas résille dandiner du cul sur de la techno devant les marches de l’Élysée ? » (3)
Sur le charisme : « Convaincre, c'est d'abord s'habiller correctement » (3)
«  » 

Propos démentis par la réalité
Le 7 août 2018, Marsault publie sur Facebook un texte accompagnant un dessin qui évoque les meurtres de fermiers racisés en Afrique du Sud. « Nous sommes entourés de millions de gens qui nous haïssent (nous les blancs) et qui n’attendent qu’une autorisation gouvernementale pour faire légalement ce qu’ils font aujourd’hui illégalement : nous tuer et tout cramer. »

Ses références (A quoi sert l'autorité sinon de bride ?)
 

Son réseau :
Papacito
Les éditions Ring.

Avis
Le politologue Nicolas Lebourg résume en 2018 le cas de Marsault comme celui d'un dessinateur qui parvient « à retourner les codes de l’humour façon Fluide glacial contre les valeurs censément progressistes ». Pour lui « cela représente un enfoncement complet dans la dérision post-moderne, mais cette faiblesse doctrinale est loin des préoccupations des lecteurs et n’est pas grand-chose face à la viralité de la subversion des valeurs de l’humanisme égalitaire accomplie ». Il classe Marsault, aux côtés du Raptor dissident, parmi les « réussites du combat culturel d’extrême droite ». (4)

Lindingre, rédacteur en chef de Fluide glacial, raconte avoir été sollicité en 2013 par Marsault, alors inconnu mais avoir refusé : « ses dessins ne font [à l'époque] pas encore fachos, mais c'est amateur, et certains sont assez haineux, homophobes ». (5)

En décembre 2016, Causeur salue en Marsault « le Gotlib de l'underground réac » et dénonce la « censure inadmissible » dont il a fait l'objet. (6)

En juillet 2018, Valeurs actuelles fait l'éloge du « moins politiquement correct des dessinateurs » en le présentant comme un vengeur du « vieux monde » et de la « France morte ». (7)

Selon Le Figaro, Marsault est « sulfureux, souvent borderline, associé par ses détracteurs aux milieux d'extrême droite » et « se distingue par un style très cru, mêlant humour noir et violence » (8).

Actua BD juge au contraire son dessin « médiocre » et son humour « lourdingue », et le qualifie de « Dieudonné de la BD » qui « cumule tous les marqueurs propres à la fachosphère » en multipliant les « posts odieux » (9).

Libération critique « l'outrance vulgaire de ses albums, à des kilomètres des Gotlib, Reiser et Coyote », estimant que ses travaux sont « d'une affligeante banalité graphique », sa mise en scène de la violence n'offrant aucune originalité (10).

L'association Artémisia, qui décerne chaque année le prix Artémisia, estime dans un communiqué que Marsault est « un dessinateur flirtant de très près avec la "fachosphère", et véhiculant de nombreux clichés sexistes et racistes dans ses dessins » (11)

Notre ami Yves Frémion décrit Marsault comme un « dessinateur néofasciste » (12).

Sources
(0) Site de Ring.
(1) Planète BD, « Interview Bande dessinée : Marsault », 14 mars 2018.
(2) Actua BD, « Marsault débouté face à Yan Lindingre », par DP, 30 mars 2019 ; Libération « Le scénariste Yan Lindingre relaxé face au dessinateur Marsault », 1er avril 2019.
(3) L'Express, « Gaulois sans filtre. Marsault, l'auteur de BD adulé des "petits Blancs" », par Jérôme Dupuis,‎ 27 février 2019.

(4) Le Nouveau Magazine littéraire, « A l'extrême droite, quoi de nouveau ? », 25 juin 2018
(5) Les Inrocks, « Attaqué en justice par Marsault, Yan Lindingre, désormais ex-rédacteur en chef de “Fluide Glacial”, raconte »,  26 novembre 2018.
(6) Causeur, « Viril mais incorrect », par Patrick Mandon, 11 décembre 2016. 
(7) Valeurs actuelles, « Marsault, héraut de la France morte », Cyril de Beketch, 11 juillet 2018
(8) Le Figaro, « Une exposition du dessinateur Marsault déprogrammée à la suite de menaces », 4 septembre 2018
(9) Actua BD, « La "non-expo" Marsault : le raté de la rentrée de la Galerie Art Maniak », par Didier Pasamonik, 4 septembre 2018
(10) Libération, « Marsault: une expo qui sentait le faf, 5 septembre 2018.
(11) Actua BD, « Artemisia soutient Tanxxx contre Marsault » [archive], par DP, 10 septembre 2018
(12) Yves Frémion, « Tanx qu'il y aura des femmes », Les Cahiers de la bande dessinée, no 10,‎ janvier-mars 2020, p. 10.

Camille Marsault
Camille Marsault
Camille Marsault
Camille Marsault
Camille Marsault
Camille Marsault
Camille Marsault
Camille Marsault
Camille Marsault
Camille Marsault
Camille Marsault
Camille Marsault
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article