Archives

Publié par Gilles Andecq-Havre

EXTREME-DROITE / Charles Robin alias le précepteur de youtube
EXTREME-DROITE / Charles Robin alias le précepteur de youtube

Nous pourrions dire que Charles Robin fait le jeu de l'extrême-droite mais plus nous creusons plus nous allons de découverte en découverte pour voir cette évidence qu'il est d'extrême droite. Jamais un socialiste ne se ferait payer pour des cours du soir. Son éditeur n'est rien d'autre qu'un éditeur d'extrême droite (Krisis) qui provient de la revue d'extrême-droite du même nom. Tout cela est vérifiable. Le nouvelle droite est une émanation de l'échec de l'OAS et de sa reconversion européiste (civilisation européenne, esprit communautaire) que l'on retrouve dans le creuset qu'à constituer Europe Action, qui n'est qu'une résultante du travail d'élargissement de la pensée d'extrême droite à l'Europe, modifiant ainsi son socialiste (0). Se réclamant socialiste comme le Mouvement Socialiste Royaliste, le Mouvement social italien (officine mussolinienne), l'OSRE, organe à la revue duquel il a participé (14), il place d'emblée comme libéral politique donc comme capitaliste, c'est-à-dire que comme pour Rousseau il n'y a que les individus et l'Etat et rien entre les deux. Le problème est qu'il faut qu'il y ait des individu d'où la question de la transcendance que nous verrons à la fin au niveau de la note 27, qui sépare la réalité entre matériel et spirituel avec l'aide nécessaire de la transcendance - parfois de l'immanence. Le problème surgi quand il n'y a plus de substance (l'absolu, l'inconditionné) et que le sujet acquiert une position secondaire - Hegel l'a construit en réaction à la perte de substance ou de pureté amené par Kant.

Sur la question de l'éducation.
On peut très vite repérer un certain nombre de contradiction, il critique le terme d'apprenant pour qualifier l'enfant  et dans la même vidéo, sortir ceci : « Alors même que l'essence de l'enfant c'est d'apprendre. » (1) ou encore « Alors, que le modèle d'enseignement traditionnel ne soit pas le plus adapté, on va dire, à l'équipement cognitif de l'élève, mais ça ne veut pas dire qu'on doit renoncer à transmettre et à apprendre quoique ce soit. » Il a enseigné à l'université Paul Valéry de Montpellier « c'est une expérience qui ne [lui] a pas donné envie de poursuivre, tout simplement parce que le rapport qu'on a avec nos étudiants quand on est prof à l'université c'est un rapport distancié, il y a comme un écran entre les étudiants et les enseignants » « Personnellement, dans mon rapport à l'enseignement j'ai besoin d'être dans une relation de face à face, d'interaction, d'échange avec mes élèves » Mais il avait été gauchiste et qu'il avait enseigné à Paris 8, il aurait été en contact direct avec les étudiants dans de petites salles et non par des cours magistraux. Cet argument est non valable mais nous ne reviendrons pas sur le climat qui règne au département de philosophie de Paul Valéry à Montpellier dont sont sortis plusieurs youtubeurs à la posture insincère (Dany Caligula entre autres exemples). C'était aussi le département de François Zourabichvili qui ne s'en est jamais remis.

Son individualisme ressort à plusieurs moment
« c'est pour des raisons de confort personnel que je n'ai pas essayé de donner des cours au lycée, peut-être j'avais une appréhension que mes cours ne captivent pas mes élèves » (2)
Il dit s'opposer au subjectivisme (une de ses inventions) « Le subjectivisme dont on parlait tout à l'heure, l'idée que c'est l'individu qui détermine ses propres contraintes, c'est poussé à un tel degré qu'on veut refuser tout ce qui serait un déterminisme » (3) Et pourtant la frontière est mince chez lui entre sujet et individu (peut-être parce qu'il connaît mal Hegel, je lui donne une piste, nous en avons parlé ailleurs). On a donc à deux reprises une insistance sur l'individu dans sa pensée et encore une fois notre pensée n'est ni subjective ni individuelle ni marqué par la totalité mais par le dividuel. Alors voici les deux extraits « le but étant pour l'idéologie libérale de ne plus avoir affaire à des individus conscients, à des individus qui soient des sujets, des sujets capables de pensée critique, capables d'élévation spirituelle non plus donc avoir à faire à des sujets conscients mais plutôt à des atomes sociaux qu'ils ne soient préoccupés uniquement que de satisfactions matérielles immédiate » (4) Sur la transcendance) « la communauté ne s'oppose pas à l'individu. Elle fait exister l'individu puisse qu'on existe et on se définit que par référence un tout qui nous précède » (5). Cette communauté ce serait le peuple, vous pouvez l'appelez jamais vous ne le verrez se lever tout au plus les couches populaires et prolétarisées que sont les Gilets Jaunes.

Un sophiste libéral qui fait dans la culture
Cette citation ne dit rien d'autre : « Si on admet que c'est l'économie qui détermine l'idéologie, c'est le libéralisme économique qui tient sous sa coupe le libéralisme culturel, donc il y en a un qui travaille pour l'autre. » (6). L'argument éculé et de diversion de "je suis un socialiste" a déjà été éprouvé par Bruno L'Epée (voir tout à la fin). « il n'y a plus de philosophie parce qu'en fait la philosophie a connu aussi son histoire et son évolution » (7) Pour Charles Robin elle est devenue un capital culturel que l'on monnaie. Relativiser pour Charles Robin veut dire mettre à l'horizontal, supprimer les hiérarchie de la tradition comme la transcendance, empêcher l'élévation. « Cette pensée libérale qui veut tout relativiser » https://youtu.be/3Wi95U3rxLg?t=419. C'est marrant je n'ai jamais entendu les libéraux dire qu'il n'y a de riches que pour autant qu'il y a des pauvres et que donc richesse et pauvreté sont relatifs, même si le bitcoin nous l'a fait un peut mieux saisir et on ne devrait avoir qu'une monnaie fractionnaire comme le bitcoin faisait saisir le quelque unités en circulation (chacun possèderait un septième de milliardième de cette unité de monnaie).

Sur la frustration et l'université
« Je ne me sens pas frustré particulièrement dans la société dans laquelle on vit et si tu veux moi je me sens pas menacé par le gauchisme pas du tout mais par contre j'en fais une critique que je veux impitoyable c'est à dire que je vais pas me préoccuper de savoir si je fais de la peine aux gens. Si je leur fais de la peine, eh bien, il y a des choses qui me font de la peine, si tu vois ce que je veux dire. » (8)
« C'est assez ironique en fait de se dire que à partir du moment où on veut faire de la philosophie pratique c'est à dire ne pas simple être dans la posture du philosophe mais tout simplement essayer de trouver cette foutue vérité. A partir du moment où on retrousse les manches pour se donner les moyens de cette ambition là c'est assez mal perçu c'est à dire que il ne faut pas sortir des sentiers battus et quand on commence à avoir un discours minoritaire ou contestataires, on est vite rappelé à l'ordre et on nous fait comprendre qu'on ne fera pas carrière à l'université » (9)

Le format vidéo ne relève-t-il pas de la manifestation grossière et tronquée ?
« alors je vais vraiment faire des raccourcis idéologiques mais là pour le coup fut obligé pour vraiment parce qu'on n'a pas le temps » (10)
« Je caricature bien sûr »  (11)
« On ne va pas faire des manifestations pour ça parce qu'à chaque fois que quelqu'un va alors tu es notre sensibilité » (12). C'est pourtant ce qu'il a fait avec Vincent Cespédès, alors que demander à retirer Heidegger des auteurs recommandés pour la classe de terminale n'empêche nullement qu'on le lise et tient à ce qu'on a trouvé les cahiers noirs de ce dernier qui en appelle à l'extermination des juifs.
Certaines de ses vidéos sont hyper-cuttées, hyper-montées à vous en rendre malades comme si on voulait vous asséner des vérités sans vous laisser respirer à la fin de chaque phrase. Notre sophiste s'en rend-il compte ?

Sur le débat
« je ne sais plus qui a dit ça : "mais je prendrai les hommes politiques au sérieux quand lors d'un débat ils viendront avec un papier et un stylo et qu'ils essaieront trouver ensemble des solutions ils viennent pas pour ça ils viennent pas pour trouver des solutions." Ils viennent pour éclater la gueule de l'autre en disant "c'est moi qui ai raison et c'est toi qui a tort" » (13)

« ...c'est à dire qu'aujourd'hui une pensée antique qui va qui va parler du rôle du citoyen dans la cité on va trouver que c'est totalitaire puisque l'homme doit pouvoir se définir par autre chose que par la communauté tu vois donc ensuite on a défini l'homme par la raison oui mais c'est un peu réducteur aussi parce qu'il y a d'autres choses etc etc et finalement on en vient aujourd'hui à définir l'homme par le droit et la philosophie a suivi cette évolution où tout ce qui avait un tant soit peu de solidité sur le plan philosophique s'est trouvée disqualifiée comme étant le produit d'une pensée archaïque, tu vois, la pensée communautariste devenait quelque chose d'archaïque il fallait penser à l'échelle de l'individu et lorsque tu suit cette logique tu en arrives au fait que la philosophie elle même devient purement purement subjective,  tu vois, et si la philosophie devient purement subjective mais il n'y a plus de fondement à la pensée qui puisse être qu'ils puissent être à nuit par tout le monde tu vois donc même la philosophie a subi les conséquences du libéralisme dans sa pratique »

Sur le socialisme
Charles Robin se prétend socialiste comme son ami (sous pseudonyme) Bruno L'Epée rédacteur en chef de la revue d'extrême droite Krisis et qui n'est rien d'autre que son éditeur (14). On pourra dire que et Adolf Hitler et Benito Mussolini et Pierre Laval se réclamaient socialistes à leur début (où est le problème d'ailleurs ?), donc cette déclaration ne vaut pas pour argument surtout quand on pense comme suit : « et finalement le socialisme n'existe plus le socialisme est mort et sa s'illustra c'est bien par exemple dans la personnalité d'un Emmanuel Macron dont le mouvement en porte pour nom en marche donc la référence au socialisme est totalement inexistante et je pense que de ce point de vue là macron a compris beaucoup de choses et il a compris que en France le socialisme était mort » (15). Derrière lui, dans son décor de sophiste youtubeur trône une affiche de Jaurès avec cette citation : Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques. Et puis si on regarde à gauche on voit la revue éléments et aussi en gros le nom d'Alain de Benoist

 

Sur cette capture, on peut voir à droite un exemplaire de la revue éléments et juste au-dessus le nom sur font rouge le nom d'Alain de Benoist. Petit clin d'oeil qu'affectionne l'extrême droite surtout quand elle se tient loin du pouvoir.

Sur cette capture, on peut voir à droite un exemplaire de la revue éléments et juste au-dessus le nom sur font rouge le nom d'Alain de Benoist. Petit clin d'oeil qu'affectionne l'extrême droite surtout quand elle se tient loin du pouvoir.

Un penseur d'extrême-droite
« personnellement c'est parce que j'ai repéré des incohérences dans le discours de l'extrême gauche que je m'en suis détaché ce n'est pas du tout parce que je considérais que le discours de l'extrême gauche sur la justice sociale était quelque chose de mauvais et que je j'ai préféré adhérer à aux valeurs de la droite et de l'extrême droite ça n'a rien à voir avec ça c'est vraiment un positionnement dialectique [il toussote] » (16). On le comprend mieux lorsque l'on voit que c'est un penseur d'extrême qui a préfacé son premier livre en 2015. On le comprend mieux lorsque l'on voit . On le comprends mieux lorsque l'on sait qu'il a  ou qu'il se fait interrogé par la revue éphémère d'extrême droite Françoise, ou encore par TV Libertés qui ne sont que des médias d'extrême droite. Il aimera taper sur Besancenot, sur Mélenchon, sur la gauche anticapitaliste, sur l'extrême-gauche mais il n'attaque jamais la droite et encore moins l'extrême droite, d'ailleurs il prend un certain soin de mettre des guillemets quand il écrit ce mot, notez ce détail. Mais ça se retrouve ailleurs « Aujourd'hui alors par exemple dénoncer l'alliance et la connivence entre la gauche et la droite ce serait faire le jeu du front national de l'extrême droite entre guillemets » (17). Il est intéressant que la diversité qu'il refuse de voir dans le peuple quand Tepa l'interroge, il en voit toute la richesse à l'extrême droite comme dans une idylle de nuit nuptiale : « parce que on constaterait si on voulait bien s'en donner la peine, on constaterait que les groupes auxquels on fait référence ou le thème d'« extrême droite » sont composés de personnes extrêmement vaille extrêmement différentes les unes des autres extrêmement diverses dans leur origine à tous les niveaux et que cette diversité correspond à la diversité qu'on trouve dans le peuple où les gens même s'ils partagent des conditions de vie relativement homogène développent leurs propres pensées et leur propre manière de voir c'est ce que je disais dans une précédente vidéo où je faisais remarquer que la communauté ne s'oppose pas à l'individu. Elle fait exister l'individu puisse qu'on existe et on se définit que par référence un tout qui nous précède » (18) Nous avons respecté sa pensée et mis des guillemets à « extrême droite », apprécier a-t-il cette attention ?

Son étrange rapport au peuple et au populisme
Plutôt que de parler de prolétariat ou de classes populaires, il emploie le terme de peuple, mais Emmanuel Macron fait parti du peuple, non ? Cette entité bien large qui n'existe pas. Parfois il prends la posture du populiste transversal (tel Etienne Chouard - qui au final vu son investissement rêve et l'attention dont il jouit de pouvoir). Bien entendu il nous critiquera en nous disant que nous cherchons à . Mais les seules doctrines que savent prôner l'extrême droite ce sont la participation (le solidarisme de Ayoub) et le civisme (apartheid qui ouvre les supermarchés à tout le monde sauf aux sans-papiers précisément, à ce qui n'ont pas de droit). La participation (au bénéfice de l'entreprise et au capitalisme) a été mis en place par le libéral de Gaulle et a été freinée par le libéral Macron alors qu'elle visait à éviter la révolution.

Son étrange rapport à Onfray
On ne peut que tiquer lorsqu'il se réjouissait de voir Michel Onfray alors précisément que Michel Onfray est un gaulliste (le père de Raphaël lui a fait renoncé alors que Jerphagnon l'y encourageait) et se réclame des Girondins qui sont parmi les premiers libéraux français. N'importe quel personne sensée s'indignerait de la trajectoire opérée par Onfray qui ne visait qu'à introduire un malentendu, car tout succès naît sur un malentendu pour Onfray qui multiplie les brouillage de sa pensée tant vendre des livres est ce qui le rassure dans son amour propre. Michel Onfray est un libéral d'autant plus qu'il prône une pensée soit disant libertaire donc basée sur la liberté mais cette fois sans l'égalité (ce qui est à l'origine du terme libertaire basé sur égalitaire - ses idées reçues sur le communisme comme ce qui imposerait l'égalité sont la preuve de son rejet du libertaire - nous permettons cette critique et ce serait notre point commun avec Charles Robin à la différence près qu'il se recentre sur des idées réactionnaires comme il le reconnaît lui-même, donc nullement socialistes mais bien plutôt la transcendance).£
« Michel Onfray, aux yeux des médias, il commet des crimes le premier crime c'est d'avoir une pensée réactionnaire le deuxième crime c'est d'avoir une pensée réactionnaire en ayant été de gauche, tu vois que ça c'est impardonnable » (19)
« Le fait que sur un certain nombre de points il se soit complètement opposé à l'idéologie libérale, on a dit ça c'est impardonnable parce que c'est un affront c'est une provocation » (20)
« Michel Onfray, je pense se fait un plaisir de remettre à leur place les pontes de l'idéologie libérale dont il sent que philosophiquement il les croquent » (21)

Récupération et marque d'ouverture
Il tente à plusieurs reprises de faire un pont avec les philosophes analytiques et libéraux de La tronche en biais (24). Il s'agit de brouiller les cartes pour mieux avancer.

Pourquoi je dialogue avec l'extrême droite
Il ramène sa relation à l'extrême droite à une simple fréquentation (23) et par un étrange sophisme s'en dédouane. Il a pour maître en la circonstance Francis Cousin, un autre sophiste. Toute cette vidéo n'est qu'un enfumage, c'est peut-être pour cela qu'elle est floutée et que Charles Robin n'y apparaît pas. Mais est-ce une simple fréquentation quand on qualifie d'amis des personnalité d'extrême-droite comme Sylvain Durain (24a,b,c) ou Patrick D'Hondt. La question n'est plus Monsieur vous avez de biens étranges fréquentation ? mais l'affirmation Monsieur vous avez de bien étranges amis ! Et Charles Robin de miser sur votre tolérance :) (naïve). Soit ça s'appelle de la manipulation (il n'est pas un novice en cela) soit il vous prend pour des cons !

Ses liens avec Francis Cousin (25)
Au début on pourrait penser à un simple dialogue, vu que tous les deux ont été conférenciers pour la même organisation. Et pourtant il a prononcé ceci : « le capitalisme mondialisé qu'on peut désigner en termes marxistes par le règne du fétichisme de la marchandise une expression qui a été beaucoup reprise ces derniers temps par le philosophe Francis Cousin à la suite de Marx », preuve qu'il est imprégné de son discours. Il n'est pas idiot, il sait très bien que Francis Cousin est un rouge-brun et lui qui chasse les sophistes, il fait semblant de ne pas voir que Francis Cousin en est un. Francis Cousin le qualifie en retour de « philosophe entre guillemets » (25).

Ses liens avec Alain de Benoist
Déjà nous l'avons vu plus haut sur la photo, Charles Robin met bien en avant le nom d'Alain de Benoist ainsi que la revue Eléments. Il a mené plusieurs conférences communes avec Alain de Benoist nous avons la trace de celle-ci (26). L'introducteur n'est autre que David L'Epée
Le préfacier de "La Gauche du Capital". Ils ont fréquenté les mêmes revues infréquentables Rebellion (la revue des Rouges-Bruns de la prétendue OSRE) et Eléments. Ce sont les mots même de Bruno L'Epée, pour qui douterait encore. Comme le rappelle notre cher Bruno, qui ouvrira les yeux aux derniers sceptiques, il y est question de : « le philosophe Jean-Claude Michéa dont nous nous inspirons beaucoup ». Pagani avait alerté en son temps quant à l'usage qu'on pouvait faire de Jean-Claude Michéa.

Ses liens avec Marine Le Pen
Il faut être tordu pour mettre en parallèle les programme de Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, c'est la signature d'un rouge-brun qui rabat le chaland pour son camp l'extrême droite. 

EXTREME-DROITE / Charles Robin alias le précepteur de youtube

Certains pensent qu'il n'est plus en lien avec la mouvance soralienne. C'est étrange cette vidéo avec Frédéric Delavier dans l'appartement du Précepteur. C'est intéressant parce que Frédéric Delavier est la personne qui insulte Romain Filstroff, la même personne qui refuse de faire des vidéos avec le précepteur.

EXTREME-DROITE / Charles Robin alias le précepteur de youtube

Oui un jour nous n'aurons plus d'enseignants mais les bourgeois auront leurs précepteurs. C'est amusant comme Youtube nous fait avaler la fin de l'enseignement public car c'est un marché juteux ! C'est la lente dérive d'une personne qui se dit anticapitaliste tout en manipulant comme il l'assume tous les code du marketing et de la manipulation : pour lui le pédagogue est un manipulateur, c'est la définition la plus récurrente qu'il en donne. On peut se dire anti-capitaliste, même si c'est difficile à croire -sinon pourquoi être un indépendant avec sa société sur Youtube ? qui défend le droit d'auteur et de propriété et même en avant les leaders d'opinion. "Je pensais que si je déviais de la ligne officiel de ce courant sur un certain nombre de sujets je me rendais coupable de mauvaise pensées. Pour moi la Gauche c'est le camp du bien, l'extrême gauche son armée et la droite un peuple barbare" (27). Une façon binaire de penser, si vous y ajouter la transcendance et une vision réactionnaire assumée... "je pense que la plupart des analyses sérieuses aujourd'hui montre bien à quel point ces deux dimensions, matérielles et spirituelles, sont jointes l'une à l'autre et je pense pour terminer là-dessus que si quelqu'un trouve critiquable le fait d'intégrer ces notions dans une analyse du capitalisme devrait se demander dans ce cas là d'où ils puisent leur concept de justice [et la binarité qui en découle] si ce n'est de cette transcendance" (28).  C'est le point de vu de la réflexion idéaliste ou réaliste mais il y a longtemps que la philosophie à basculer dans la pensée c'est-à-dire loin du schisme du matériel et du spirituel, bref de l'impasse conservatrice où se place Charles Robin et qui est impropre à sortir du capitalisme puisque la vision du matériel et du spirituel disparaîtrait. Il n'y a pas trente-six façon d'être ni de Gauche (et extrême gauche) ni de droite, sois en étant communiste ou autonome soit en étant d'extrême droite avec renvoi d'un dixième de la population chez eux, ce qui est le souhait d'Alain de Benoist dont il est le subordonné. D'où la vidéo en défense de Heidegger et contre qui vire à l'outrage, vouloir retirer d'une liste de recommandation un auteur parce que les écrits récemment découverts comportent des propos nazi ne relève pas de la censure mais du bon sens vis-à-vis de l'enseignement d'adolescents encore mineurs. "Je ne suis pas dans le normatif, je ne suis pas dans le jugement de ce qu'il faut faire [le prescriptif], je ne fais pas de politique ça ne m'intéresse pas" (29) c'est étrange pour un anticapitaliste, il serait économiste alors et nous aurions mal compris sa pensée...

Sources :
0. C'est un des trait du lavalisme, oui ce cher Laval d'abord ministre des affaires étrangères était socialiste européiste, c'est sur ce point qu'il s'accordait plus que Pétain avec les Allemands. Eberhard Jäckel, La France dans l'Europe de Hitler.
1. https://youtu.be/u5Uee78kNdU?t=3294
2. https://youtu.be/cGDVqmTjrjI?t=150
3. https://youtu.be/3Wi95U3rxLg?t=150
4. https://youtu.be/Rh5r6pVxk2c?t=119
5. https://youtu.be/W2aNAk5-y_Y?t=359
6.. https://youtu.be/3Wi95U3rxLg?t=52
7. https://youtu.be/3Wi95U3rxLg?t=599
8. https://youtu.be/3Wi95U3rxLg?t=547
9. https://youtu.be/cGDVqmTjrjI?t=731
10. https://youtu.be/3Wi95U3rxLg?t=608
11. https://youtu.be/3Wi95U3rxLg?t=1005
12. https://youtu.be/3Wi95U3rxLg?t=565
13. https://youtu.be/ckfe5-dwoIE?t=549
14. introduction de David L'Epée à la conférence de Charles Robin - https://youtu.be/watch?v=-g7hS6qz4hM
15. https://youtu.be/EA84BNBf0WU?t=407
16. https://youtu.be/EA84BNBf0WU?t=810
17. https://youtu.be/EA84BNBf0WU?t=163
18. https://youtu.be/W2aNAk5-y_Y?t=359
19. https://youtu.be/ckfe5-dwoIE?t=84
20. https://youtu.be/ckfe5-dwoIE?t=286
21. https://youtu.be/ckfe5-dwoIE?t=396
22. https://www.youtube.com/watch?v=y9Miu8OiKCc
23. https://www.youtube.com/watch?v=W2aNAk5-y_Y
24. www.youtube.com/watch?v=OJKg1DrF99M - Sylvain durain étudie le matriarcat dans les sociétés vernaculaires. Le matriarcat est une dimension souvent étudiée chez les soraliens, enfants de divorcés. Pourquoi vouloir passer d'une hiérarchie à une autre ? youtu.be/watch?v=yjD5BETArgU - on retrouve Sylvain Durain dans l'appartement de Charles Robin - youtu.be/cGDVqmTjrjI?t=4134 - il remercie encore là comme ami. Il dit pourtant dans sa vidéo où insulte Vincent Cespédès le qualifiant de sophiste et autre mots aimables, que ce ne pas parce que l'on fréquente que l'on est ami. Là  il semble qu'il soit ami.
25. https://www.youtube.com/watch?v=PzaHOCSBe1A
26. https://www.youtube.com/watch?v=-g7hS6qz4hM
27. Charles Robin présente "Itinéraire d'un gauchiste repenti" - https://youtu.be/watch?v=fal78km3qus à 4;25
28. Sur la transcendance - https://youtu.be/watch?v=Rh5r6pVxk2c à 16:47.
29. Charles Robin sur META TV - Partie 1 - YouTube https://youtu.be/u5Uee78kNdU?t=816

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article