Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Si la deuxième démocratie passe par la mise en place du tirage au sort ce que refuseront les tenants de la démocratie représentative (ou de l'oligarchie des puissances dominantes - qui font lobby - il faut bien comprendre que la foule des gens s'illusionne encore d'humanité et de repos plutôt que de "liberté" et d'effort surhumain pour la maintenir... car il y aura une guerre toute d'irréductibilité gauloise contre les forces réactives qui pensent pétrole et profit à court terme avec leur cerveau fossile soutenus par la servitude volontaire des cerveaux vgétatifs (Fédier-Zagdanski). Nous retiendrons cet échange de Sloterdijk lors de la sortie de son second volume des Sphères à savoir Globe :

 

"La deuxième démocratie c'est l'arrière fond de nos soupçons et de nos doutes car nous commençons aujourd'hui à nous poser des questions sur la rationalité et la faisabilité de cette deuxième démocratie. Le monde contemporain est peuplé par des individus qui sont pour ainsi dire très déçus de la société. La religion de la société n'était pas vraiment un ersatz, un succédané suffisant pour ce que l'ancienne religion pouvait fournir. Dans la mesure où ce doute se répand, tout le monde commence à se demander est-ce que peut-être on a abandonné l'autre système immunitaire symbolique (le système métaphysique) de façon un peu trop rapide. Peut-être a-t-on  frivolement abandonné quelque chose de très utile dans le triomphalisme de la nouvelle religion sociale et au moment où les membres de la société adorent la cohérence sociale sous le nom de solidarité, où cette nouvelle religion se décompose et où la désolidarisation fait des progrès vertigineux, il vaut mieux se rappeler une époque où les individus comme les groupes ont trouvé leur salut dans une forme de transcendance ou une forme de cohérence alternative. Ceux sont les membres communautés de nos jours qui résistent le mieux à l'athéisme social qui règne un peu partout dans le monde occidental... Les derniers membres des communautés résistent mieux que ceux qui se sont jetés dans un solidarisme vide, d'un solidarisme abstrait, un culte de la déesse Humanité, dont ont comprend aujourd'hui qu'on était un peu trop frivole en comprenant aujourd'hui qu'elle ne pourrait vraiment remplacer l'ancien système." - Peter Sloterdijk

 

La phase nihiliste que nos traversons est celle de l'inhumanité (dont les tenants furent Céline, Foucault, Badiou, Caron en ce qu'il exècre l'humanité). Cet extrait symptmatique de Sloterdijk produit la même erreur que Castoriadis et se suivants, on se crispe sur l'humanité au lieu d'aller dans le sens de la Terre, à savoir - littéralement - le Surhomme.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article