Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Nous avons reçu ce petit message amical de la part de Fabien Tarby. Il nous sait gré à nous mêmes de ne point le taire pour éviter les malentendus. Même si notre démarche articulée d'une part au métier et d'autre part à la connaissance demeure pour partie incomprise de ceux qui se donnent la fonction de dire ce qu'il croit être la vérité (c'est-à-dire tombant dans la véridiction), ce qui ne saurait être l'importance issue d'une délibération, ce qui arriva en toute démocratie. Juste deux points avant de vous présenter le message et une dernière précision. Alain Badiou n'est pas un platonicien mais un post-kantien (ce qu'il réfute) pour le simple fait qu'il a reposé Dieu comme principe de l'Un et de liberté mais surtout pour avoir pser que les idées étaient immanente ce que ne saurait toléré tout système platonicen. Ayant botté en touche avec ses propres hypothèses (notamment le Deux) que seul sont trajet subjectif permet de conciler à présent, nous pouvons dire qu'il s'adonne à présent au spectacle, simplement parce que Bensaïd et d'autres (dans un texte critiquant la dimension christique de son événement), l'ont stratégiquement conduit à renier sa petite politique et notamment sa collaboration avec Lazarus, pas assez bien pour lui.

"Salut à toi, Génie...
Tiens, c'est donc toi la Terreur...
Toujours prêt, de mon côté, à discuter avec du fil à retordre.
Inutile d'ajouter que la peine de t'écrire un mail est amicale. Même et surtout en ennemi de pensée ... Faut croire que tu m'inspires du ''bon'' Nietzsche.
F."

Dernière précision, la Terreur ce n'est pas "moi", la santé de l'éperon n'est pas de ce registre bien au contraire il immunise. Mais déjà le communisme de Terreur de Badiou ne peut plus se réclamer de Gracchus Baboeuf.

 

Ce ne sont pas ici des pourparlers mais des pouragirs.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article