Archives

Publié par Anthony Le Cazals

Le Tirage au sort pratiqué lors de la République de Venise.

 

http://www.franceculture.com/emission-les-idees-claires-le-tirage-au-sort-d-athenes-a-venise-2011-04-26.html

 

Les analystes politiques remarquent qu’en un sens « toute société est inévitablement une oligarchie » quel que soit le système politique revendiqué. Le nombre de membres de l'oligarchie (nombre absolu ou relatif) n'apparaît pas dans sa définition.

Même dans un système électif, il se crée une classe qui regroupe les personnes qui connaissent les mécanismes de l'Etat et exercent son contrôle. Aristote écrivait d'ailleurs : « Il est démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort, et oligarchique qu'elles soient électives » Les Politiques, IV, 9, 4 Traduction: Pierre Pellegrin (le livre IV est parfois placé en VI).

Les oligarchies sont des systèmes politiques complexes, avec souvent plusieurs cercles (plus ou moins formels) de pouvoirs de plus en plus concentrés, des spécialisations selon le domaine de pouvoir (commercial, juridique, religieux, militaire, technologique, etc.), et un exercice du pouvoir souvent discret et collégial. On y retrouve généralement des familles dominantes, pour qui la position politique est un élément de patrimoine transmis aux enfants, dont l'éducation est organisée dans cette perspective. On peut y trouver, ou non, des systèmes de caste.

 

Ne partageant ni les vues égalitaires de Rancières (qui en vient à nier la spécificité des experts) ni les vues subjectives et imaginaires de Castoriadis, c'est toutefois comme Montesquieu que je dirais que le plus important n'est pas le tirage au sort mais les institutions de contrôle qui viennent avant, pendant et après la magitrature tirée au sort (qui chez Rancière est une éloge de l'incompétence puisqu'il veut l'étendre jusqu'aux magistratures stratégiques ou d'experts).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anthony LC 06/09/2011 15:42



Je cherche à interroger c'est qu'est une démocratie participative. Etienne Chouard (un pro tirage au sort) affirmant que le Vénézuela est la seule démocratie par opposition à l'oligarchie
(républicaine) ou non nous trouvons actuellement. Pour affirmer ce grand renversement de sens je m'en tiens à cette citation d'Aristote : « Il est démocratique que les magistratures
soient attribuées par le sort, et oligarchique qu'elles soient électives » Les Politiques, IV, 9, 4 Traduction: Pierre Pellegrin (le livre IV est parfois placé en VI).
(citation qui il faut le croire sera reprise par Rousseau dans son contrat social quand il fustige déjà l'élection, la version galvaudée contemporaine étant "élection piège à cons").
Dans une formule lapidaire on peut dire que l'élection est juive (installation de la royauté des prêtres) et le tirage au sort grec (seuls les experts et les
militaires étaient élus : c'est la différence avec le ranciérisme qui estime que l'égalité doit nier les experts - le maître ignorant).

Le tirage au sort est toutefois présent dans la bible même si le sort semble substantifié :
http://radicalreformation.over-blog.com/article-29-le-systeme-du-tirage-au-sort-l-instructeur-de-verite-83213982.html. Les structuralistes comme Detienne et Vernant faisant remarquer que la
délibération en assemblée était ce qui écartait les dieux de la cité. Une résurgente actuelle la démocratie délibérative de Rawls t Habermas (cela tient plus de l'idéal et je ne sais pas de quoi
il en revient au-delà du terme)

Je redonne les citations suivantes : car l'élection ou le choix est une thématique philosophique contemporaine notamment quand les philosophes interpêtent Rimbaud et la phrase de Mallarmé :
jamais un coup de dé n'abolira le hasard (Mallarmé était le poètes des situationniste en mai 68).

« Le tirage par le sort est de la nature de la démocratie ; le suffrage par le choix est de celle de l’oligarchie » Montesquieu (Esprit des lois, livre 2 chapitre 2)
« Il est démocratique, par exemple, de tirer au sort les magistrats ; oligarchique de les élire » Aristote (Les politiques, livre 4 (ou 6 suivant édition), chapitre 9)