Archives

Publié par Le Cazals

La pose du voluptueux inquiet. — Michel Onfray

Michel Onfray comme tous les " épicuriens " saisis d'enthousiasme, croit au divin, et non pas comme tous les bons ariens aux humain ayant une part divine comme Nietzsche le dionysien (hypostase semi-divine). En fait il faut dire Saint Michel Onfray le Paraclet, car il est le grand consolateur de nos temps modernes. Epris de spiritualité 2a depuis la mort de son père, il n'hésite pas à se réfugier dans les Églises 2b comme tous ceux qui ont poussé trop loin le rejet de Dieu plutôt que l'indifférence à son égard. En bon platonicien il est épris de Bien et de sainteté. Le saint est une figure platonicienne et non christique. Il adopte en fait la posture théorique d’un voluptueux inquiet. Michel Onfray nomme certains événements : hapax existentiel à la suite de Vladimir Jankélévitch. Cet hapax influence suffisamment l’existence d'un « individu » jusqu'à être le déclencheur d’une œuvre. On retrouve ce moment deux fois au moins dans la vie de Saint Michel Onfray. Il est confronté à un infarctus en 1988 et à deux accidents vasculaires cérébraux en 2004 dont à chaque fois il réchappe lire le Magazine littéraire, février 2006. De là naît l’idéalisme d’un voluptueux inquiet comme Onfray. Il est tout sauf épicurien, puisque il finit par dire que la mort est une idée, ou devrait-on dire une appréhension, une obsession OnfPE_191-197, 3 que la disparition de son père le pousse à chercher la spiritualité dans les églises. C’est alors un sentiment d’urgence qui contamine ce qu’il appelle sa névrose d’écriture, sa graphomanie. Dans Féerie anatomique, Michel Onfray trace le portrait de l’hédoniste : il envisage la mort non comme un poids qui rend le quotidien impossible mais telle une menace qui l'oblige à densifier sa vie, y compris dans le quotidien; [...] il sait que la mort sanctifie son projet et que l'heure venue il pourra prendre une dernière fois son existence en main pour affirmer paradoxalement son ultime vitalité en portant la main sur soi afin de maîtriser le plus longtemps possible cette force à laquelle il donnera volontairement congé. Dans Théorie du corps amoureux, la conception d’Onfray touche à une métaphysique de la stérilité : par amour des enfants, on ne devrait pas en avoir. Car en infligeant la vie, on voue sa progéniture à l'inéluctabilité de la mort, on la soumet à l'intérêt qui mène le monde, on l'oblige au travail salarié dur et contraint, on l'expose à la précarité et au chômage. C’est là un renoncement et un refus de la natalité 4 comme ce qui engendre et génère ce qui n’était pas là avant.

 

 

L'élan (dont il parle à propos de lui-même) contrebalance cet aspect et sert de surface. En cela il appartient à la dynamique leibnizienne, que certainement un jour il abordera. Il ne reproduit en rien la pensée d'épicure avec le crâne d'homme qu'il possède sur sa bibliothèque, preuve de son obsession mortifère, mais il est peut-être proche de celle des épicuriens tardifs que fréquenta Paul de Tarse (Actes, 17, 28). Mais en résumé quand j'entends un parisien intello dire qu'il est épicurien, je souris ou paradowalement tout ceux qui sont épicuriens au sens de disciples et non de bons vivants sont des angoissés de la ie les opposés s'attirant, ne plus s'en réclamer est peut-être la meilleure des choses à faire. 

 

Sur les idées, sa manière idéaliste de penser : " Il était une fois Michel Onfray... part1

Sur le paradoxe de sa chaire de philsophie : "C'est la pire des choses qui puisse vous arriver d'être ensigner par des gens qui vous découpe en rondelles - vous le faites très bien quand vous eseignez la contre-histoire - n est pas nombreux à le faire comme je le fais en sympathie ou en empathie [i. e. avec Freud, avec Sartre, avec Foucault et Deleuze]" http://youtu.be/NRK2HLE8x7A?t=7m10s

 

1 OnfPE_191-197 : onfray, puissance d'exister pages 191 à 197.

2a. à peine dit ici  [lien mort : les nervures philosophiques de michel onfray à 48m12s] son besoin de spiritualité depuis la mort de son père, va de pair avec son reniement , avant de 2002, il disait tout philosophe à succès, l'est sur un malaentendu, son but ces dernières années était d'être le philosophe le plus vendu au nombre des livres, ce qui est compatible avec le capitalisme " libertaire ".

2b. 14e minute

3. urgence à vivre chaque instant

3. 16e minute

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Samuel 26/07/2014 02:26

Michel Onfray est un très bon vivant, je vous invite à plus vous y intéresser!

Anthony Le Cazals 15/10/2015 15:15

Couillon, c'est un voluptueux inquiet, rien de plus à dire.