Archives

Publié par Anthony Le Cazals

La classe de race est un «  concept » classique qui repose notamment sur le principe de raison suffisante. Les races existeraient d'autant plus qu'il y aurait des métisses c'est à peu près ce que dit Kant dans Définition du concept de race humaine KtDCR :

 

« Je n'ai admis que quatre races du genre humain. Non que je sois tout à fait certain qu'il y a de traces d'autres races. Mais parce que c'est seulement chez celles-ci que ce que j'exige pour fixer le caratère d'une race, à savoir la génération métissée, se produit réellement ; et ceci ne eut être démontré de façon suffisante pour aucune autre classe » KtDCR°VIII_100-101

 

Noter que la pensée classique pose le réel (« réellement ») et non le complexe et que ses classes se « fondent » sur des caractères. La génétique montre que l'on reste dans une symbolique, notamment au niveau du gradient de peau.

 

225_carte_des_couleurs_de_peau_indigenes.png

 

Le passage d"une pensée classique à une pensée quantique  entraîne nombre de conséquences.

Notamment le taux de mélanine contenu  dans la peau fait tomber en ruine les critères classiques : il n'y a plus de peaux rouges ni de peaux jaunes, ce qui est dommageable pour le « mélange des races », si déjà la moitié du bataillon classsique tombe sur le champ d'honneur de la connaissance quantique.  On peut voir aussi une analogie des bandes graduelles avec la progression de l'homo sapiens.

 

226_Progression_homo_sapiens.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article