Archives

Publié par Anthony Le Cazals

  Le cœur, muscle auto-animé et organe de vie, aurait-il encore des secrets à nous livrer ? Au début des années 90, des chercheurs américains ont fait une découverte surprenante : notre cœur est entouré d'un réseau de neurones – environ 40000 – identiques à ceux présents dans notre cerveau, qui leur a fait parler du “ cerveau du cœur ”.On a ainsi découvert que le petit cerveau du coeur reçoit en premier les informations émotives et les transmet ensuite au cortex qui assure leur traitement et les redistribue aux organes concernés.Le coeur semble également être une puissante source d'ondes électromagnétiques, acoustiques et autres fronts d'ondes que d'autres organes reconnaissent et interprètent.

 

 

Première interaction

Les neurones et l'électricité

La communication neurologique au moyen de la transmission d'impulsions nerveuses. Le cœur envoie plus d'information au cerveau qu'il n'en reçoit, il est l'unique organe du corps doté de cette propriété, et il peut inhiber ou activer des parties déterminées du cerveau selon les circonstances. Cela signifie-t-il que le cœur peut influencer notre manière de penser ? Il peut influer sur notre perception de la réalité, et de ce fait sur nos réactions.

 

Deuxième interaction

 

Le cœur a un Cerveau : Les neurones et les neurotransmetteurs

L'information biochimique au moyen des hormones et des neurotransmetteurs. C'est le cœur qui produit l'hormone ANF, celle qui assure l'équilibre général du corps : l'homoeostasie. L'un de ses effets est d'inhiber la production de l'hormone du stress, et de produire et de libérer l'ocytocine, connue comme hormone de l'amour.

 

Troisième interaction

La communication biophysique au moyen des ondes de pression. Il semble qu'au travers du rythme cardiaque et de ses variations, le cœur envoie des messages au cerveau et au reste du corps.

 

Quatrième interaction

La communication énergétique : le champ électromagnétique du cœur est le plus puissant de tous les organes du corps, 5.000 fois plus intense que celui du cerveau. Et on a observé qu'il varie en fonction de l'état émotif.

PENSEE / Les interactions cérébro-cordiales ou le génie du coeur
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article