Archives

Publié par Anthony

La justice se fait par le balance et par le glaive, tels sont ses deux symboles...

La justice est toujours l'expression du vainqueur, il suffit de voir les affaires politiques faites par d''honnêtes' hommes, le Président l'a bien rappelé, lui qui a créé ou permis la création d'une société off-shore. D'autres plus petits, voire inconnus comme Jacques Cheminade, dont je ne partage pas les idées et la morale, mais respecte l'endurance leibnizienne, se sont vus embetés jusqu'à l'hypothèque de leurs biens et , tout cela parce qu'ils remettaient en cause le système auquel participait Rolland Dumas qui trois jours durant à joué de sa personnes pour faire valider aux rapporteurs qui refisaient de valider les comptes de campagne d'Edouard Balladur. Et ce n'est que ça en politique. Ca arrose autant à droite qu'à gauche... Ce n'est pas du populime juste le constat que la justice ne va jamais au fond des choses. Voir la perquisition empêché des époux tibéri par ordre de la hiérarchie de la PJ... Pour en reste aux affaires traitées par le juge Van Rumbeke. Ecoeuré, il démissionna, comme le juge Jean-Pierre qui enquêtait sur les malversation à gauche ou la juge Joly sur le conglomérat Elf. C'est cela la rente, l'empêchement de produire ses propres billets pour financer son infaltion, ce qui ferait baissé avec le temps les capitaux de rentiers. La rente doit être protégé par le glaive et aussi quelques mensonges comme la lutte contre le chômage, comme si celui-ci était conjecturel alors qu'il est structurel, les fameux 9 % de chômeurs minimun dont se vante Strauss-kahn pour le bon renouvellement de la main d'oeuvre. A cela rien de grave, mais en stendhalien je m'inqiuètes davantage de voir les français aussi amorphes. La subodination du politique à l'économique qui vise à la dispartion de l'Etat, pour faire mieux que Guattari, Castoriadis et les autres radicaux (de la deuxième branche), tient à l'empêchement de l'Etat de détenir sa propre dette. Voilà tout, ceci dans une visée cosmopolite, inscrite dans la Bible et la Torah, la domination de la Terre par l'homme... La justice n'étant que le garant du remboursement de la dette privée, elle garantie "au passage" que les dominants, les hommes supérieurs (ces esclaves du système qui imitent les anciens maîtres, ceux qui créèrent la hiérarchie et la justice à leur image), capte une grosse partie des intérêts. Toutes les annulations pour vice de forme, ne sont que le reflet de ce que ceux qui en possèdent les codes (par l'argent, par l'obtention des avocats procéduriers) possèdent aussi les rouages.

Oui la justice est l'expression de l'esprit de vengeance, certains en jouent, d'autres en pâtissent.

J'ai déjà fait trop tant je suis révolté de ce que les comissions Warren ou autres commissions gouvernementales arrivent toujours à finaliser des supercheries. Je me permets de renvoyer à ce site où vous verrez que Lee Oswald était un code 201 à la CIA : http://www.maryferrell.org/wiki/index.php/Main_Page. Est-ce sans rapport, que nenni tant à l'amour de l'égalité et de la justice (vu par l'oeil déformé et indigné de l'homme supérieur il faut préférer l'amour du combat, c'est toujours philosophique, il faut simplement remonter un peu avant comme le répétait Gorgio Colli dans ses livres publiés aux éditions de l'Eclat, par exemple à Héraclite).

 

Extrait d'un artictle de LHL d'où est pati ce post :

 

 

Voici un texte parmi tant d'autres sur la justice, ou soi-disant "amour de l' égalité". Selon Nietzsche. la volonté de justice n'est que le masque et l'alibi d'un désir de vengeance :

 

 

 

DES TARENTULES


"Voici l'antre de la tarentule. Veux-tu la voir elle-même? Voici sa toile . Touche-la. Elle frémira.
La voici qui s'empresse. Sois la bienvenue, tarentule! Tu portes sur ton dos ton triangle noir et ta marque, et je sais aussi ce qu'il y a dans ton coeur.
La vengeance habite en ton coeur ; ta morsure produit une noirâtre ; le venin de ta vengeance fait tournoyer les âmes.
Je vous parlerai donc en parabole, vous qui donnez le vertige aux  âmes,  prédicateurs d'égalité. Vous n'êtes que des tarentules, la rancune  cachée vous habite.
Mais je finirai bien par découvrir vos cachettes; aussi je vous ris au  nez, de mon rire des hautes cimes.
Aussi je déchire votre toile, pour que la fureur vous fasse sortir de vos  cavernes de mensonge, et fasse jaillir aussitôt vos paroles de « justice".
Car délivrer l'homme de toute pensée de vengeance, c'est pour moi le  pont qui mène aux plus hauts espoirs, et l'arc-en-ciel qui succède longs orages.
Mais tout autre est la volonté des tarentules. « Ce que nous appelons  la justice, c'est de remplir le monde des tempêtes de notre vengeance - voilà ce qu'elles se disent l'une à l'autre.
« Nous entendons nous venger et injurier tous ceux qui ne nous point semblables » - voilà ce que se jurent les tarentules dans leur coeur.
« Et « volonté d'égalité » - voilà désormais le nom qu'on donnera à  la vertu ; nous poursuivrons de nos cris tous ceux qui détiennent la  puissance. »
C'est ainsi, prédicateurs d'égalité, que la folie tyrannique de l'impuissance réclame à grands cris « l'égalité » ; vos plus secrets désirs de tyrans  se déguisent ainsi sous des noms vertueux.
Vanité acrimonieuse, jalousie contenue, peut-être vanité et jale ancestrales, voilà ce qui jaillit de vous comme une flamme et comme  une folie de vengeance.
Ce que le père a refoulé en lui, le fils l'exprime en paroles, et soc le fils m'a trahi le secret du père.
Ils ressemblent à des enthousiastes, mais ce n'est pas le coeur qui brûle en eux, c'est la vengeance. Et quand ils se montrent subtils et  froids, ce n'est pas l'esprit, c'est l'envie qui les rend subtils et froids".
Nietzsche,  Ainsi parlait Zarathoustra 

 pp 408-409, Oeuvres, Flammarion, Mille et une pages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article