Archives

Publié par Anthony Le Cazals

La déflation n'est pas la baisse de l'inflation (désinflation), j'y reviens un peu plus bas, mais la baisse des prix qui a différentes conséquences. Je n'en retiens que quelques unes:

- selon les keynésiens, la déflation conduit à la désindustrialisation (on dirait aujourd'hui accentue la désinductrialisation).

- la baisse des taux d'intérêt en réaction. L'un des remèdes appportés classiquement est la baisse des taux d'intérêt par les banques centrales mais cela conduit reporter les effets dévastateurs de la déflation.

 

Indices : Chaque personne qui loue un appartement aura pu remarquer la baisse de l'indice de la constructrion et la baisse relative ou la stagnation de son loyer. C'est une des marque de la déflation et non un bonus fidélité de votre propiétaire. Toute personne normale devrait s'en réjouir mais au final pas sûr...

 

L'inflation est la baisse de la valeur monétaire (on pensera à l'Allemand de la crise de 29 allant à la boulangerie avec sa brouette de billets) qui va contre l(optique des rentiers qui veulent avoir . D'oùconsiste en uneLes capitalistes spéculent sur la dette des Etats, et ces derniers, mis sous pression, décident de mesures d'austérité qui pèsent sur les salariés pour diminuer la dette et honorer la rente, provoquant ainsi la grogne sociale.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

les-naufrages-de-dieu.over-blog.fr 09/11/2010 22:47


Bonjour à tous. Je profite de l’occasion qui m’est donnée pour vous inviter à venir découvrir un nouveau site consacré à la philosophie et à la « pensée libre » de manière générale. Ce blog est
encore récent, mais il ne demande qu’à vivre. J’y prends le parti d’y diffuser mes textes en toute gratuité, seul remède possible à la pensée sclérosée et anémiée qui semble de plus en plus
caractériser ce siècle à peine né. Laissez-y vos commentaires, vos suggestions, vos humeurs et coups de cœur. À très bientôt donc sur le blog : Les naufragés de Dieu. Sébastien Junca. Au sujet des
sophistes, pythagoriciens et autres cyniques présocratiques, pères de la pensée moderne, JEAN-PAUL DUMONT nous dit en quelques mots ce que devrait s’attacher à être toute philosophie : « Ces grands
professeurs et conférenciers itinérants [...] apportent avec eux l’éclat de la rhétorique, l’amour de la dispute, l’esprit critique, la remise en question des valeurs traditionnelles, l’irrespect
et la lucidité cruelle foncièrement constitutifs de la pensée libre... ». Jean-Paul Dumont, Les Présocratiques. Éditions Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1988, p. XIX.